Le Cinquième fils » Blaine D. Arden

Editeur : Reines-Beaux

Kindle : ICI

Un prince dénué de tout pouvoir.

Dans un monde où la magie est monnaie courante, le prince Llyskel lui n’en possède aucune. Il ne peut pas jeter de sorts, n’a jamais appris à se battre, et en tant que cinquième fils du roi, il ne montera jamais sur le trône. Tout le monde croit qu’il est faible, y compris lui-même.

Mais la faiblesse n’est pas que son problème… c’est aussi son plaisir. Dans ses fantasmes les plus secrets, le prince ne rêve que d’une chose : se retrouver sans défense, à la merci d’un autre homme… plus particulièrement à la merci d’Ariv, le capitaine de la Garde.

Lorsque Ariv fait des rêves de Llyskel une réalité, le prince sans pouvoir se soumet aux désirs du soldat, et il découvre enfin sa propre force. Mais les complots de royautés étrangères se resserrent autour de Llyskel, menaçant de l’arracher à son amant, et il aura besoin de tout son courage nouvellement acquis pour s’échapper…

 

⭐⭐⭐

Si ce récit a un certain potentiel, celui-ci n’est, pour moi, pas exploité. Bon, ok nous sommes dans une parution très courte, à peine un peu plus de 100 pages, cependant, l’auteure aurait pu tourner son récit de manière à ce que certains détails qui ne sont pas forcément utiles, soient remplacées par d’autres qui aurait réellement servi l’intrigue.

Tout comme le rythme qui est, là encore pour moi, très rapide, trop rapide. On a pas le temps d’essayer de s’attacher aux personnages, même Llyskel qui est pourtant le personnage avec qui nous sommes du début à la fin n’a pas su se frayer un chemin pour que je puisse me souvenir de lui dans quelques mois.

L’élément principal est la magie, pourtant, là aussi, il manque des explications sur le pourquoi du comment. Ce récit est tourné presque dans sa totalité sur les désirs et les fantasmes du cinquième fils. En arrivant à la fin, j’ai eu un arrière-goût amer, il reste encore tellement de questions sans réponses, tellement de choses sans explications. Ok, la romance en elle-même est pas mal, mais elle aussi aurait mérité beaucoup plus de tout.

Pour faire rapide, honnêtement, ce livre aurait amplement mérité d’avoir au minimum le double de pages. Nous aurions peut-être un récit plus complet et moins tourné olé-olé !

Le cinquième fils du roi d’Eizyrr, celui qui n’avait pas de pouvoir et qui avait besoin d’être constamment surveillé, celui qui ne pourrait jamais se battre pour son royaume. Je serais sans aucun doute le sujet de conversation des gardes le lendemain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *