Les enfants de la Sierra » Pauline Libersart

Editeur : Autoédition

Kindle : ICI

Californie 1867 – Dallas et Amélie sont heureux dans leur ranch de la Sierra. La naissance de T.J. est une fête. Très vite, la famille s’agrandit avec Ian et Doug, les jumeaux que le couple adopte, puis il y a l’arrivée de Laura et Adam, deux autres orphelins.

Les années passent, rythmées par les saisons et une vie rude. Sans le vouloir, Laura va faire naître une terrible rivalité entre les jumeaux. Chacun la veut pour lui, alors que la jeune fille n’arrive pas à les différencier.

L’amour, les passions, mais aussi les drames vont se déchaîner dans la vallée…

 

⭐⭐⭐⭐

Retour dans la Sierra avec une famille qui c’est bien agrandie cette fois.

Ce que j’aime énormément dans les livres de Pauline Libersart, c’est qu’à aucun moment je n’ai l’impression de vivre la vie des personnages par procuration, mais bien de vivre moi-même cette aventure. Les personnages, peu importe lequel, nous donnent l’impression d’être proche de nous, qu’ils font réellement partie de notre entourage, de notre famille. Non, ce ne sont définitivement pas des personnages de fiction, ce sont des personnes à part entière. Nous ne découvrons pas leur histoire, nous la vivons avec eux. Les joies, les moments de tristesse, les espoirs et désespoirs, les émois, tout cela nous arrive à nous lecteurs et non à de simples personnages de roman.

C’est la magie de la plume de Pauline, elle ne nous fait pas découvrir un énième roman, elle nous le fait vivre de manière intense. Je n’étais plus dans mon salon, ni même en Belgique, j’étais loin, très loin, j’étais dans l’Ouest. Je n’étais plus non plus en 2020, j’ai changé carrément d’époque. Mais quel plaisir de se sentir transporté de la sorte, avouez que c’est ce que nous recherchons avec nos différentes lectures !

Bien que je trouverais dommage de lire celui-ci sans avoir lu L’homme de la Sierra avant, il peut cependant se lire si ce n’est pas le cas, vous ne serez pas perdu pour autant.

Pour ma part, j’étais heureuse de retrouver Amélie et Dallas. Amélie me paraissait déjà être une femme forte précédemment, elle me le paraît encore plus maintenant car vivre dans l’Ouest n’est pas une vie des plus faciles, surtout si l’on vient d’un milieu aisé comme c’est son cas. Mais Dallas aura su la faire changer, elle fait preuve d’une telle force qu’elle en est franchement éblouissante. J’adore ce genre de femme dans mes lectures, celle qui te fait dire que finalement, peu importe le milieu d’où nous venons, nous pouvons, avec de la volonté, tout affronter.

Dallas, fidèle à ce que je savais déjà de lui, rien à faire, je l’aime cet homme. Il m’a paru dur par moment, mais lorsque l’on voit la manière qu’il a d’élever ses enfants, il en deviendrait le père exemplaire que tout le monde voudrait avoir.

Ici, nous sommes principalement en compagnie de certains des enfants du couple, chacun apportant sa pierre à l’édifice qu’est cette famille. Je les ai tous adoré, pas de préférence pour ma part, ils sont tous attachants et tellement humains, proches de nous tout comme leurs parents. Un régal du début à la fin, tout simplement.

— Elle ne se mettra pas entre nous.
— C’est déjà fait. Elle est train de nous séparer, et ce n’est même pas de sa faute.

Merci à Pauline Libersart.

Retrouvez mon avis sur le tome précédent :
L’Homme de la Sierra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *