Romance

Santi > Matthieu Biasotto

PARU LE 15 MAI 2020 EN AUTOÉDITION

LIEN D’ACHAT – ICI

Au Costa Rica, la sensualité virile de la danse porte un nom : Santi. Bourreau de travail, sa vie est un pari qu’il aime jouer à pile ou face. Pourtant en coulisse, le destin vient de trancher et le pousse à suivre un autre chemin, loin de la scène et de la capitale, sur la route d’une tatoueuse de talent.

Rien ne présageait sa rencontre avec Nita, éternelle épicurienne addict au Coca Light, dotée d’un caractère aussi volcanique que la péninsule qu’elle habite. Mais il faut croire que l’existence joue à quitte ou double avec ces deux âmes.

Sont-ils prêts à se lancer dans un tango sulfureux qui s’esquisse dans l’encre et la passion ?

Larguez les amarres et laissez-vous porter le long de la côte Pacifique par la « Pura Vida » costaricaine sur le rythme endiablé de la salsa.

⭐⭐⭐⭐⭐

DÉPAYSEMENT TOTAL AVEC CETTE ROMANCE ENTÊTANTE !

Matthieu Biasotto a encore frappé ! Ce n’est pourtant que la seconde romance que je lis de cet auteur, et je développe déjà une forme d’addiction pour sa plume et ses idéaux !

Santi, c’est l’évasion, la liberté et la passion ! Direction le Costa Rica pour vibrer sur des musiques endiablées qui rythment le roman du début à la fin.

Cette lecture a eu un goût de renouveau, de belles émotions m’ont assaillies et j’ai savouré chaque moment passé avec Santi et Nita.

La playlist a une importance capitale pour s’immerger dans ce récit hors du commun. Découvrez-là ci dessous !

En découvrant le résumé, je ne m’attendais pas du tout à cette claque livresque ! Matthieu Biasotto a voulu offrir à ses lecteurs une romance qui sort des sentiers battus, dans un décor paradisiaque qui promet des surprises tout au long de la lecture.

Le scénario ? Envoûtant et surprenant. L’intrigue est pleine de nuances. On se laisse facilement porter par les événements en voyageant au Costa Rica tout en restant caler dans son fauteuil.

Les thématiques abordées ? Intenses et inattendus ! Matthieu Biasotto nous entraîne dans une histoire qui aborde des thèmes assez sérieux avec beaucoup de bienveillance. Sans trop de drame, il arrive à captiver le lecteur en malmenant son cœur et sa raison.

Les personnages ? Sauvages, passionnés et addictifs ! Santi c’est le feu qui couve, c’est l’homme qui veut vivre sa vie à fond quoi qu’il en coûte. Nita c’est un volcan en éruption, cette petite nana qui vibre pour son art. Les deux ensembles ? C’est chaud et ça fait des étincelles.

La romance ? Entêtante. Une symbiose parfaite entre les héros. Un slow burn diablement efficace qui fait grimper la température tout en ancrant des sentiments profonds dans le cœur de notre duo de choc ! C’est l’amour viscéral !

Pas de chapeau, pas de collier de fleur à la con, juste un sourire insolent, un regard de fauve qui me prouve que je me suis trompée : ce brun n’est pas un lion, mais un jaguar. Plus sournois, plus racé. Plus discret et létal.

Une partie de l’intrigue est tournée vers l’art du tatouage et la danse ! Nita et Santi vont être liés dans l’encre et le sang, j’ai particulièrement aimé le contexte de la naissance de leur relation. Nos héros sont des artistes, passionnés dans l’âme, ils se comprennent et se laissent guider par le destin.

Les personnages secondaires ont une importance toute particulière pour que l’histoire soit profonde et crédible. Aucun faux pas de la part de l’auteur qui a su faire naître une histoire harmonieuse et chaleureuse avec tout ce qu’il faut de tumulte et de passion.

J’ai aimé l’équilibre et le soin qu’il a apporté aux paysages du Costa Rica, on a pas l’impression d’avoir une vulgaire description de carte postale, non bien au contraire. Chaque détails nous transportent un peu plus sur les lieux foulés par nos héros. Et je peux vous dire que ça m’a fait un bien fou de vivre au rythme de la musique et des nombreuses aventures de Santi et Nita.

Il y a aussi le côté léger de l’histoire, avec cet humour piquant qui nous offre des joutes verbales vraiment drôles.

– C’est quand même dingue qu’avec toutes les femmes que t’as pu fréquenter… il faut que tu viennes ici pour trouver chaussure à ton pied.

– C’est surtout dingue que tu sois si jeune et que tu utilises l’expression « chaussure à son pied », non ?

Matthieu Biasotto a fait des choix audacieux avec sa romance, la tension grimpe entre nos héros, les sens s’affolent et l’on ne peut rester insensible face à autant d’alchimie sexuelle. Les papillons s’envolent et plongent le lecteur dans un gouffre de plaisir ! Et je valide, à 100%. D’autant plus que l’érotisme est bien dosé, tout est naturel, excitant dans l’attitude de nos héros qui se cherchent, qui attisent ce feu qui les consume ! Mon Dieu, Santi et Nita, c’est brûlant et exaltant. Le gros plus, c’est que les sentiments sont palpables dans chacun de leur geste. L’auteur a réussi l’exploit de nous livrer des scènes de sexe de son cru, c’est du made in Biasotto. Il a laissé le champ libre aux besoins primaires de ses personnages sans jamais se perdre dans une vulgarité surjouée. Et oui, j’aime le sexe dans les romances, mais le sexe bien écrit et qui donne des frissons. Et c’est ce que j’ai eu ici avec Santi et Nita.

Il y a tout un monde qui évolue autour de notre duo flamboyant. J’ai adoré Peppy, Nino et la santa madone. Les personnages de cette romance sont authentiques, ils sont humains, faillibles et sincères.

En bref, laissez-vous tenter par cette romance entêtante, par ce voyage au Costa Rica rythmé par des musiques caliente, partez à l’aventure avec ce couple volcanique qui vous réserve des frissons et des émotions intenses. Matthieu Biasotto nous revient avec une romance écrit avec passion, déterminé à nous offrir ce moment d’évasion, il s’est surpassé ! C’est une belle réussite, j’ai savouré de la première à la dernière page en ayant ce petit sourire sur le visage. Vous savez celui qui atteste du plaisir que vous avez ressenti lors de votre lecture ^^ Je termine avec l’essence même de cette histoire, « PURA VIDA ».

– Ô Sainte Nita bonita aux fesses bombées et à tomber…

– T’es con ! Arrête ça !

– Merci de rendre Santi un peu moins aigris ! Ô, grande prêtresse du tatouage et de l’allumage, soulage-le, je t’en prie !

Ce petit jeu entre lui et moi me plaît, j’ai bien envie de lui montrer que pour danser, il faut être deux.

Je remercie Matthieu Biasotto pour cette lecture.

About Author

MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *