La Sorcière oubliée » Melvin Burgess

Editeur : Gallimard Jeunesse

Livre : ICI

Traquée, Béa ne sait plus à qui faire confiance, ni où elle est en sécurité. Elle a des visions étranges, entend des voix… et se découvre un pouvoir très rare, celui d’invoquer les esprits. Lars, le mystérieux, le séduisant skateur avec qui elle s’est entraînée pendant l’été, connaît son secret et la prend au piège d’une relation toxique. Manipulée, elle se met à douter de tout -sauf des conséquences de ses actes.

 

⭐⭐⭐

Si ce roman avait tout pour me plaire de prime abord, il en fut tout autre durant et après ma lecture. Ce n’est pas que je n’ai pas aimé, mais je suis assez mitigée sur mon ressenti global et je vais vous expliquer pourquoi.

Il y a pas mal de choses que je trouve positives, malheureusement, les négatives prennent le dessus, ce qui a pour résultat que je ne suis pas convaincue. Ce roman est censé être pour les jeunes à partir de 13 ans, mes enfants en ont 16 et 17, pourtant, je ne leur laisserai pas le lire. Si certains sujets doivent être abordés, pourquoi pas justement dans les livres, il y a une certaine manière de les aborder. Mon moi adulte, n’est pas d’accord avec la vision de l’auteur. Mon moi qui se rapelle ce qu’elle lisait à cet âge-là, est certaine que je n’aurais pas apprécié ma lecture. Mon moi maman est réticente à mettre ce livre entre les mains des ados.

Les sujets sérieux abordés ici, le sont avec une certaine légèreté qui, je trouve, ne devrait justement pas l’être. Des sujets graves, ne devraient pas se retrouver aussi légers alors qu’ils ne le sont certainement pas. C’est mon point de vue, j’estime que, à partir de 13 ans (âge conseillé pour ce livre) nous pouvons apeller un chat un chat, que les enfants ne doivent pas être pris pour plus bête qu’ils ne le sont, n’oublions pas que nous sommes à l’ère d’internet, un endroit riche en information en tout genre.

Un autre point qui me gêne, c’est que le côté fantasy est trop survolé et parfois même plus que cliché. C’est ma vision en tant qu’adulte ayant déjà lu pas mal de livre du genre, cela va de soi. Mais je trouve que si le côté sorcière avait été plus travaillé, cela aurait pu être beaucoup plus positif, que cela aurait apporté un réel plus au récit. Tout comme les personnages d’ailleurs, principaux ou secondaires, je les ai trouvé un peu trop plats, sans réelles émotions à transmettre au lecteur.

Pour moi, la fantasy est un genre qui est censé faire rêver, emporter le lecteur dans un autre monde et totalement dépaysant. Toujours pour moi, ce ne fut pas le cas ici malheureusement.

Je termine en rapellant que, comme sur chacun de mes avis, il s’agit de mon propre ressenti, celui-ci m’est totalement personnel, il ne sera forcément pas le vôtre. Comme chaque fois que mon avis n’est pas entièrement positif, j’en suis la première désolée, que ce soit vis-à-vis de l’auteur qui a certainement passer pas mal de temps sur son manuscrit, ou encore envers l’éditeur. Quoi qu’il en soit, peut-être que ce roman vous plaira, vous n’avez pas les mêmes attentes que moi, et j’espère vraiment qu’il trouvera son public.

– Votre fille a un don, déclara Odi. Elle est capable de réveiller les esprits du passé.

– De réveiller les esprits ? répéta sa mère d’une voix glaciale. J’imagine que vous voulez parler des morts.

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *