AliN – Tous différents » Axelle Colau

Editeur : Noir d’Absinthe

Livre : ICI

Kindle : ICI (disponible le 25/01)

Le collège, c’est l’enfer. Surtout depuis que Guillaume et sa petite bande m’ont pris pour cible. Moqueries, coups bas, brimades, ils s’acharnent, et je subis, paralysé par la peur.

Lili, ma meilleure amie depuis ma plus tendre enfance, bénéficie, elle aussi, du statut peu envié de souffre-douleur attitré. Guillaume nous a éloignés l’un de l’autre, et je n’arrive plus à atteindre celle pour qui mon cœur bat… sauf lorsque je prends mon violon et qu’elle chante.

Alors, je me sens pousser des ailes. Ces ailes que la réalité nous coupe, dès que nous remettons un pied au collège.

Allons-nous réussir à retrouver notre liberté et à prendre notre envol, Lili et moi ?

 

❤️❤️❤️❤️❤️

Le harcèlement, la différence, deux sujets qui me touchent particulièrement, je ne reviendrai pas forcément sur les raisons, mais cela me touche de très près. En lisant le résumé, je savais que ce serait peut-être difficile pour moi, mais je voulais découvrir comment l’auteure avait traité ces deux sujets.

Résultat, je suis en larmes en fin de lecture, mais je l’ai également été durant ma lecture. Peut-être justement parce que les sujets abordés me collent à la peau, peut-être y suis-je plus sensible que d’autres à cause de cela. Mais je peux néanmoins dire, que Axelle Colau les a traité avec délicatesse, avec justesse, en montrant bien les côtés destructeurs que  certains agissements peuvent avoir, les conséquences peuvent être dévastatrices.

Nous vivons cette histoire à travers les yeux d’Adrien la plupart du temps, nous avons parfois le point de vue de Lili, principalement en début de chapitre, lorsque la jeune fille se confia à son journal, mais également à travers Guillaume qui est l’instigateur de tout les coups bas, de toutes les moqueries. Le fait de vivre l’histoire à travers les yeux d’Adrien, la rend plus intense, nous ressentons son désespoir, son envie d’agir sans oser le faire. Il sait qu’il perd son amie en ne faisant rien, en se taisant, e ne lui révélant pas que lui aussi est la victime de Guillaume. L’adolescence est un moment des plus ingrat, c’est la période où nous nous construisons, où le regard des autres prend énormément d’importance pour notre propre développement.

Adrien est différent, il est plus petit que la moyenne, il a des lunettes, il est plutôt du genre intello. Lili n’entre pas dans le moule non plus, elle c’est surtout à cause de son surpoids. Ils sont tout les deux victimes de harcèlement, pour des raisons différentes, mais le résultat est le même. Ils se connaissent depuis toujours, ils sont amis, pour Adrien, c’est même un peu plus que de l’amitié, mais là non plus il ne dévoile rien de ce qu’il ressent à Lili.

Jusqu’au jour où tout cet enfer va trop loin, où le point de non-retour est atteint. Leur échappatoire, c’est la musique, Adrien joue du violon, Lili chante. Pour aider Lili, Adrien va ouvrir une chaîne YouTube où il postera une de leur cover, le nom de la chaîne c’est AliN, un mélange de leur deux prénoms. Leurs visages n’apparaissent pas sur la vidéo, personne ne sait qui se cache derrière, ils vont très vite avoir des vues par centaines, des abonnés qui en demande plus. Par ce biais, il veut montrer à Lili qu’elle est autre chose que son poids, que les gens peuvent l’aimer. Mais Guillaume est toujours présent quelque part, les journées d’école deviennent un véritable enfer, pourtant personne ne fait rien, personne ne voit rien (ou fait plutôt semblant de ne rien voir).

Quand tout est noir, quand personne ne vous tend la main, quand tout espoir semble avoir prit son envol. Que reste t’il . Comment encore avancer ? Comment revoir la lumière ?

Une histoire émouvante écrite avec fluidité, avec simplicité, avec justesse. Une histoire qui ne peut que faire sortir tout un tas d’émotions, il est juste impossible de rester insensible au calvaire que vivent Adrien et Lili. Comme je l’ai dit en début de chronique, j’ai terminé ma lecture en larme, alors si vous êtes autant sensibles que moi, préparez-vous à un tsunami émotionnel et surtout une boîte de kleenex pas trop loin, cela vous sera utile.

Cette matinée avait été un enfer. Une torture pour moi de la voir se faire embêter par tous. Pendant le cours de français, on lui avait jeté des boulettes de papier, à chaque fois que l’enseignante se retournait. Les plus proches d’elle la traitaient de noms que je n’oserais jamais répéter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *