Love & Rehab > Jay Crownover

PARU LE 5 DÉCEMBRE 2019 AUX EDITIONS HUGO NEW ROMANCE

LIEN D’ACHAT – ICI

Elle seule peut l’aider à lutter contre ses démons.
Un roman sombre et envoûtant.

Elle ne le connaissait presque pas, pourtant, elle a été la seule à voir les signaux d’alerte. Cable James McCaffrey, si cool et populaire, est un junkie au bord de l’auto-destruction. Affton a trop souffert de l’addiction de sa propre mère pour ne pas au moins donner l’alerte, aussi odieux soit ce garçon.

Quand la mère de Cable apprend qu’une personne est assez folle pour se préoccuper sincèrement de son fils, elle s’empresse de faire une proposition à Affton : passer l’été en compagnie de Cable dans une villa du bord de mer et s’assurer qu’il ne retombe pas dans la drogue. Un service qu’elle saura payer suffisamment généreusement pour permettre à Affton d’étudier dans l’université de ses rêves.

Comment refuser ? Affton en est incapable, même en sachant pertinemment que Cable va détester ce projet. Et, surtout, qu’il est susceptible de développer chez elle une tout autre forme d’addiction, peut-être plus dangereuse encore…

💚💚💚💚💚

UN NOUVEAU TOUR DE FORCE POUR QUEEN JAY ! 

Ce n’est un secret pour personne, je suis une fan inconditionnelle de Jay Crownover, et si toutes ses romances n’ont pas été des coups de cœur, j’ai à chaque fois trouvé que l’autrice allait au bout de ses idéaux en transmettant des messages de tolérance avec des thématiques sensibles qui souffrent encore de bons nombres de préjugés.

Avec [Love & Rehab], Jay ne déroge pas à la règle et elle s’aventure sur des chemins ardents, elle y aborde les thèmes de la dépendance et de la dépression avec brio. Ce roman est un vrai coup de cœur car l’autrice s’est appuyée sur sa propre expérience pour rendre l’ensemble très vivant. C’est un récit intime qui nous narre une romance en huis clos qui m’a énormément plu.

En découvrant les thématiques, on peut avoir peur que l’histoire aie un côté trash et décadent, et bien ce n’est pas du tout le cas ici, Jay Crownover n’a pas choisi un axe dramatique oppressant, elle a su manier les mots à la perfection grâce à un aspect psychologique très bien exploité.

J’ai aimé les choix de l’autrice quant à la romance entre Cable et Affton. Rien n’est gagné entre nos héros et ils vont eux aussi flirter avec une sorte de dépendance affective que j’ai trouvé enivrante. On les sent sur le fil du rasoir et en même ils semblent trouver un certain équilibre durant cet été de tous les possibles. Nos deux héros sont une vraie surprise dans ce roman, exit les clichés classiques. Cable et Affton ne ressemblent à aucun autre héros. Ils sont singuliers, avec des caractères complexes et ils sont terriblement attachants. Je les ai aimé pour tout un tas de raison, mais ce que je retiens d’eux c’est qu’ils pourraient faire partie de mon entourage tellement ils sont accessibles comme personnages de fiction.

Jay Crownover nous a habitué parfois à des récits sombres, à des héros torturés et des histoires tout aussi borderline et ici elle a su se réinventer en nous offrant une romance qui est finalement plus calme sans être dénuée de rythme et d’émotions bouleversantes. J’ai aimé ce changement significatif dans la dynamique de cette histoire qui n’est pas uniquement une romance.

Cette histoire est portée par des personnages charismatiques qui se débattent dans un quotidien qui pèsent lourd sur leurs épaules. Cable est à la dérive, il en est conscient sans savoir comment reprendre sa vie en main, sans savoir s’il souhaite réellement sans sortir. Affton a quant à elle comme un syndrome du sauveur qui est terriblement bien exploité par l’autrice car au final elle se laisse aller dans les bras de Cable qui saura lui aussi lui apporter ce dont elle n’a jamais cru avoir besoin.

Ce roman parle d’addiction, des conséquences pour le dépendant et son entourage, il aborde la dépression, les répercussion de celle-ci et la manière de s’en sortir. Jay Crownover nous offre une nouvelle facette de sa vie d’autrice en se livrant à ses lecteurs, elle est toujours d’une générosité sans limite et cela fonctionne à merveille car je n’ai pas perdu de vue une seule fois pendant ma lecture que c’était un partie bien réel de sa vie même si elle y a apporté des changements pour mélanger fiction et réalité.

J’ai trouvé ce récit d’une justesse implacable, j’ai adoré nos héros et la façon dont ils se sont liés au fil des pages. J’ai aimé cette dualité en eux, cette manière de s’apprivoiser, de se heurter pour mieux s’aider. Il y a juste équilibre entre le côté dramatique de l’histoire et la romance qui a un côté sexy, sensuel et addictif. Je me suis laissé porter par les vagues, par le tumulte de cette histoire. J’ai vécu au gré des facettes de la personnalité de Cable, j’ai été touché par l’histoire d’Affton et sa détermination à aider les gens autour d’elle.

En bref, Jay Crownover revient avec un récit qui se démarque de ses précédentes romances. J’ai adoré le côté huis clos de l’histoire, les thématiques sont abordés avec justesse et humanité. Jay Crownover nous offre une partie de sa propre histoire à travers une romance riche en émotions. Cable et Affton nous transportent dans une histoire à fort potentiel psychologique, Jay Crownover les a façonné d’une telle façon que l’on ne peut que s’attacher à eux et espérer qu’ils aient leur happy end… Une romance différente qui met en lumière des thèmes réels et percutants avec beaucoup d’humanité et de crédibilité. Jay Crownover nous démontre une fois de plus son talent avec sensibilité et sa propre expérience de la vie et de l’amour.

C’était le plus beau baiser que j’avais jamais connu.

Un baiser humide et sauvage.

Un baiser si torride que je pouvais à peine y croire.

Elle avait un goût sucré, et sa gorge émettait le plus sexy des gémissements qui existent.

Ses doigts étaient plantés dans mes épaules et ses jambes remuaient sans répit sous l’eau. À travers le tissu ultrafin de son maillot de bain, j’ai senti ses tétons se durcir contre mon torse.

J’étais en train de capturer un fantasme, de créer un souvenir auquel je pourrais me raccrocher plus tard. Me raccrocher à quelque chose qui ne devrait pas être réel, qui ne devrait rien avoir à faire entre mes mains. Elle s’est pressée un peu plus contre moi et a suivi mon rythme tandis que je l’embrassais plus langoureusement.

C’était le pire baiser que j’avais jamais connu. Il était trop rapide, trop brusque. Je sentais bien qu’il lui faisait peur. Je lui faisais peur. Je n’en avais aucune envie, mais c’était plus fort que moi. J’étais habitué à prendre et elle n’était pas habituée à donner. L’espace d’un instant, je n’ai pas pu faire autrement que de la dévorer, de l’engloutir dans tout ce que je ressentais. Mais cette fille était faite pour être savourée, appréciée à sa juste valeur.

Nos dents s’entrechoquaient, nos langues se disputaient le contrôle et nous campions chacun bien trop sur nos positions.

De toute évidence, nous n’étions ni l’un ni l’autre très doués pour embrasser : elle par manque d’expérience, moi par manque d’intérêt. Au bout d’un moment, quand mon cœur a arrêté de me marteler la poitrine et que le sien s’est mis à accélérer, nous avons réussi à trouver un terrain d’entente. C’était toujours un baiser maladroit, empressé, nerveux.

C’était un baiser avide, parce que ni elle ni moi ne pouvait se repaître de la bouche de l’autre. Je n’avais pas bu depuis presque un mois, mais j’avais l’impression d’être ivre de son goût. Mon cerveau s’embrouillait et mon corps était à deux doigts de tomber en léthargie.

Cette fille semblait toujours être le meilleur et le pire de tout.

Je remercie les éditions Hugo & Cie pour cette lecture.

Un commentaire sur « Love & Rehab > Jay Crownover »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *