Happiness Palace » Blandine P. Martin

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Happiness Palace. Deux mots bien étranges, comme tombés du ciel. Amy, 26 ans, n’est plus que l’ombre d’elle même, victime d’un mari violent et spectatrice d’une vie déjà tracée. Alors qu’elle n’aspire plus qu’à quitter ce monde infâme, le destin semble lui tendre la main. Une seconde chance où l’entraide et la solidarité seraient maîtres mots. Un endroit pour les gens « comme elle », ceux dont la société se fiche, ceux qui n’ont plus rien, ni personne. Peut-elle encore faire confiance à qui que ce soit ? Partagée entre une peur viscérale de tomber et l’envie dévorante d’espérer, Amy devra trouver le chemin de la guérison. Le Happiness Palace lui ouvre ses portes.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Cela faisait un moment que j’avais envie de découvrir cette parution de Blandine P. Martin, un peu après sa sortie, j’avais complètement accroché au résumé, mais vous savez que les journées sont toujours bien trop courtes. Lorsque j’ai vu que Blandine le proposait sur Simplement.Pro, impossible de passer à côté, c’était une évidence qu’il fallait que je fasse la demande pour le découvrir enfin.

Blandine nous parle ici d’un sujet assez grave, et pourtant, à aucun moment lors de ma lecture, je n’ai eu d’impression de lourdeur, au contraire, j’ai plutôt trouvé que l’auteure avait rendu son récit léger alors que le sujet est super bien traité.

Si je devais à mon tour vous faire un résumé, je vous dirais tout simplement que c’est un récit rempli d’espoir. Le thème aurait pu donner une couverture beaucoup plus sombre, mais le choix des couleurs est juste parfait, il est attrayant, il attire beaucoup le regard que si cela avait été dans des tons plus sombres. Au contraire, je trouve que ce choix de couverture reflète bien l’état d’esprit du livre, et surtout les tons clairs qui ont beaucoup plus tendance à égayer qu’autre chose. Pour moi, un choix parfait.

Au fil des pages, j’ai vu Amy comme une chenille qui se transformait petit à petit en un superbe papillon. Bien qu’un papillon soit de nature fragile, alors que ce n’est pas le cas d’Amy, mais cette image ne me quitte pas depuis que j’ai tourné la dernière page. Il n’y a pas qu’elle, bien entendu, mais si je devais vous parler de tout ce que j’ai aimé chez chacun des personnages, eh bien je suis partie pour vous écrire un roman moi-même ! Donc faisons court et simple.

Happiness Palace, je le vois comme une très belle leçon, mais surtout comme un livre qui vous donne la pêche lorsqu’arrive le moment du mot fin.

Les larmes arrivèrent finalement et je ne fis pas le moindre effort pour les retenir. Elles emportaient avec elles un peu de la douleur écrasante qui lancinait mon cœur depuis des mois. Je vivais de nouveau.

Merci à Blandine ainsi qu’au site Simplement.Pro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *