Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? » Avery Flynn

Éditeur : Harlequin

Livre : ICI

Tu veux ma photo ?!

Selon l’expression consacrée, Gina est ce qu’on appelle une « crevette » : chez elle, tout est bon… sauf la tête. Car, si la nature lui a offert un corps à faire fantasmer Cara Delevingne, son visage, lui, ne correspond pas vraiment aux normes habituelles de la beauté. Après une adolescence difficile, Gina s’est endurcie et a appris à assumer son physique. Enfin ça, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’un jeu l’oblige à embrasser Ford, un policier ultra-sexy et visiblement sous son charme, lors d’une fête de mariage. Aussitôt, les complexes reviennent en force, et elle se demande ce qu’un mec comme Ford peut bien trouver à une fille comme elle…

⭐⭐,5

UN CONCEPT QUI M’A EMBALLÉE MAIS UNE HISTOIRE QUI N’A PAS SU ME SÉDUIRE.

J’ai été plus qu’emballée par le concept de la romance body positive. Je me suis dis, enfin des héroïnes qui nous ressemblent, des histoires qui mettent un coup de pied dans les clichés… Mais, je ressors vraiment déçue par cette lecture et ce, à cause de plusieurs points qui m’ont totalement fait passer à côté de l’histoire.

Le résumé était prometteur, je vous avoue que je m’étais énormément projeté avant de commencer ma lecture et plus j’avançais dans l’histoire plus je déchantais.

C’est dommage car la plume d’Avery Flynn a réussi à me faire aller au bout du livre, mais la déception n’en est pas moins cuisante.

DES PERSONNAGES QUI M’ONT LAISSE DE MARBRE.

Le premier point négatif est, que je n’ai pas su apprécier nos héros. Gina aurait dû m’attendrir, m’émouvoir et me donner la pêche… Hélas, je n’ai pas su dépasser mon détachement envers elle. Pourtant, elle n’a pas eu une jeunesse facile, elle avait réussi à passer au-delà du jugement des gens, et paf voilà que tous ses complexes reviennent en force dès qu’un homme sexy s’intéresse à elle. Si j’ai compris dans un premier temps, cela m’a très vite agacé que Gina perde le peu de confiance qu’elle avait réussi à gagner. Gina a une personnalité très expansive, elle est un peu dispersée, et sa rencontre avec Ford va la propulser dans un espèce de cercle infernal.

Je m’attendais à ce que l’on mette en valeur notre héroïne, qu’on fasse ressortir toutes ses qualités, que l’on mette en relief le fait que la beauté est subjective, qu’une personne pourra paraître belle aux yeux de quelqu’un mais pas aux yeux d’une autre…

Je n’ai donc pas du tout été sensible à ce que les personnages ont vécu. Je suis restée spectatrice de cette espèce de farce de mauvais goût.

UNE PLUME ENTRAÎNANTE ET ADDICTIVE…

Je n’ai pas du tout réussi à apprécier l’histoire en elle-même, trop d’humour à des moments que ne s’y prêtent pas, trop de dépréciation de notre héroïne, j’ai ressenti par moment un véritable mal être à la lecture de ce roman qui aurait dû me donner le sourire.

Alors je suis certainement passé à côté de l’essentiel car j’ai vu de supers retours sur cette histoire et je m’en faisais un joie.

Avery Flynn a malgré tout une plume entraînante et addictive. Pourtant, je ne peux m’empêcher de me poser des questions quant au côté « body positive » de cette histoire. J’ai eu presque pitié de notre héroïne, et qu’on se le dise, ce n’était pas l’objectif, n’est-ce pas ?

Je suis arrivée à la fin de l’histoire avec un puissant sentiment d’échec parce que j’attendais beaucoup de ce roman.

EN BREF : 

Cuisante déception pour ce roman qui s’annonçait prometteur. Je m’étais fait une certaine image de ce qu’allait être cette romance « body positive » et j’étais bien loin du compte. C’est un avis assez tranché et personnel, la plume de l’autrice est le réel atout de ce roman, et je suis certaine que l’histoire trouvera son lectorat.

N’hésitez pas à débattre avec nous sur ce roman, que nous puissions échanger nos ressentis.

— Finissons-en, murmura Ford, d’une voix lasse.

Elle leva les yeux vers son beau visage à la mâchoire parfaite, aux yeux vert sombre et aux pommettes hautes, et sentit l’humiliation lui chauffer les joues. Personne n’avait jamais dû se moquer de lui de toute sa vie, et il ignorait ce que ça faisait que d’être la risée d’un groupe. Alors qu’elle elle avait été appelée « lapin » pendant longtemps à cause de ses dents en avant. Elle croyait qu’une fois les bagues enlevées tout ça ne serait plus qu’un lointain souvenir, mais c’est alors qu’elle s’était vu affubler d’un autre surnom, bien pire : Tronche-de-Cake. Pourquoi ? Parce que, si elle était bien foutue, son visage, lui, était laid. L’irritation qu’elle ressentait devant toute cette injustice la piqua.

Il fallait effectivement en finir.

— Voilà ce que toute femme rêve d’entendre, ironisa-t-elle tout bas, afin que lui seul puisse saisir. Je refuse de vous embrasser.

Contrairement à elle, il ne chercha pas à dissimuler son agacement, ce qui le rendait encore plus sexy.

— Et pourquoi ça ?

Parce que ! Elle pinça les lèvres avant qu’une idiotie ne les franchisse, ravie d’avoir remporté cette bataille. Comme elle avait l’esprit d’escalier, parvenir à garder la bouche close était une victoire absolue. Lorsqu’il haussa un sourcil interrogateur, elle se hâta d’inventer une explication différente de : parce que vous êtes trop sexy.

— Je travaille, prétexta-t-elle.

Ford inclina la tête et lui adressa une expression typique de flic, ce regard inexpressif qui voulait dire : « espèce de menteuse ».

— Vous ne pensez pas que notre gentil marié, Porter, était en service quand il a rencontré Meg aux urgences après qu’un type qu’il venait d’arrêter l’avait assommé avec un tasseau ? Ce n’est qu’un baiser. Ensuite, ils passeront à une autre victime.

Plutôt que de croiser le regard inflexible de Ford, elle reporta son attention sur l’écran géant qui immortalisait cet instant terriblement gênant.

— Respecte la KissCam, Hartigan ! cria quelqu’un, alors que les encouragements de la foule devenaient plus fébriles.

Et plus forts.

— Un baiser rapide, plaida-t-il d’un ton résolu, qui dissimulait quelque chose de plus vulnérable. Après, ils nous ficheront la paix.

⭐⭐⭐

Qu’attendez-vous d’une romance body positive ? Personnellement, je sais ce que j’en attend, ce que je pensais découvrir avec ce livre de Avery Flynn. Malheureusement, ce ne fut clairement pas le cas ! Il faut savoir qu’ici, c’est un livre que je ne pensais pas lire, mais l’ayant reçu, je me suis dit pourquoi pas après tout. Etant donné que c’est un service presse, je suis allée jusqu’au bout, je ne suis pas du genre à lire la moitié d’un livre et en poster une chronique qui ne dirait absolument rien de positif. Donc je suis allée jusqu’à la dernière page, chose que je ne pense pas que j’aurais faite si je l’avais moi-même acheté !

Même lorsque je n’accroche pas à une lecture, je tente toujours de trouver du positif et de le développer. Je dois vous avouer que là j’ai un peu de mal, si ce n’est que cela m’a permis de découvrir une plume qui m’était inconnue et qui se lit facilement. Mon problème ne vient absolument pas de là, mais bien de l’absence de ce que je pensais découvrir avec une romance dite body positive.

Honnêtement, j’ai déjà lu des romances où l’héroïne n’est clairement pas parfaite, des romances où elle est bourrée de défauts, et pourtant elle était malgré tout mise en valeur d’une manière ou d’une autre. Ici, eh bien désolée mais je ne vois absolument pas à quel moment elle est mise en valeur.

Un body positive n’est-il pas censé décomplexer ? Est-ce moi qui n’ai absolument rien compris au concept ?

Pour ma part, je n’ai pas accroché, mais c’est mon ressenti personnel, à vous de vous faire le vôtre, après tout, j’ai vu des avis positif, c’est que ce récit peut plaire 🙂

– Si tu mets une cravate, ma grand-mère va croire que tu mijotes quelque chose.

Merci aux éditions Harlequin pour leur confiance.

2 commentaires sur « Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? » Avery Flynn »

  1. Cela fait plusieurs avis négatifs que je croise… Je pense bientôt le lire, mais c’est dommage de ne pas avoir fait un roman en concordance avec le  » body positive  » annoncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *