#PLIB2020 – BOXAP 13-07 » Amalia Anastasio

Editeur : Scrinéo

Livre : ICI

#ISBN9782367406947

Dans un futur lointain.
La Terre n’est plus qu’une gigantesque ville, constituée d’impressionnants immeubles de béton de plusieurs kilomètres sans fenêtres.

Aïleen est une jeune femme ambitieuse qui gravit avec facilité les échelons de cette société. Elle a tout pour être heureuse, et pourtant, elle se sent en permanence frustrée. Lorsqu’elle prend ses fonctions dans un nouveau poste à responsabilité, elle découvre avec effroi que sa réalité n’est faite que d’univers virtuels qui cachent un monde extérieur sombre et impitoyable…

 

⭐⭐⭐⭐

Je dois bien avouer que ce livre m’a fait penser à un film avec Bruce Willis sorti en 2009 Clones. Je ne sais pas si vous l’avez vu, mais avec ce livre eh bien nous sommes dans le même genre d’univers. Cependant, je n’avais pas trop accroché à ce film, Bruce Willis ne m’a pas trop convaincue, mais passons, nous ne sommes pas là pour parler de ce film, mais bien de BOXAP 13-07 🙂

Je vous préviens déjà que si vous avez envie de découvrir ce livre, soyez prêt à ne pas pouvoir le lacher avant la fin. Il a eu cet effet sur moi, je suppose donc que ce sera également votre cas. Et franchement ? Je suis trop vite arrivée à la fin, en tournant la dernière page, je ne pouvais croire que j’étais déjà au bout, et pour vous dire à quel point c’est prenant, je n’ai même pas pensé à prendre de notes durant ma lecture, chose qui m’arrive rarement.

Il faut savoir que j’ai une folie avec les yeux, je ne sais pas d’où cela peut me venir, mais j’adore les yeux. Il faut agrandir l’image de couverture, ou avoir le livre sous la main pour le voir, mais les yeux de cette femme sur la couverture sont juste wahou, non seulement la couleur, mais le détail se trouve dans son oeil gauche (donc celui de droite sur l’image), c’est là que l’on comprend directement que nous ne sommes pas dans un livre qui parlera licornes et compagnie.

Mais passons car là je pense que je m’égare un peu ! Non ? Mais si, vous pouvez le dire je ne vous en voudrai pas 😉

Une des choses que j’ai grandement apprécié, c’est que nous rencontrons énormément de terme spécifique au récit, mais que chacun d’eux est expliqué dans un glossaire. Un exemple parmi tant d’autre, c’est le terme Bobio, si vous deviez en donner une signification, le sauriez-vous ? Eh pourtant c’est assez simple, il s’agit d’une contraction entre « bobo » et « bio ». Mais si certains termes reviennent souvent, dès que vous avez lu leurs significations, elles vous restent jusqu’à la fin sans devoir retourner dans le glossaire. Ce sont des termes qui peuvent paraître compliqué, mais qui au final sont simples et logiques.

Finalement, la seule chose que je pourrais reprocher au récit, c’est justement la fin. Cette fin qui n’en est pas vraiment une et qui laisse le lecteur avec beaucoup de questions. Les auteurs (oui il s’agit d’un quatre mains) ont fait le choix d’une fin complètement ouverte, à nous lecteur de créer cette fin selon nos envies, mais je trouve cela tellement frustrant !

Les auteurs abordent énormément de thèmes dans ce récit, notamment notre excès en ce qui concerne les ressources qui un jour seront totalement épuisées, ou encore notre dépendance au virtuel.

BOXAP 13-07 est ce que je considère comme une belle découverte, même si la fin m’a frustrée, mais j’espère que les auteurs pensent à une suite, et si celle-ci voit le jour, je fonce dessus 🙂

– Un drone est un robot volant muni d’une caméra et, souvent, d’une arme. Il est silencieux, pas plus gros qu’un corbeau et piloté à distance par un opérateur humain. Enfin, c’est ce que nous supposons, sur la base de récits très anciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *