Sauvages #3 – Le Chant du loup » Maria Vale

Editeur : Milady

Livre : ICI

La légende dit que ses yeux annonceront la fin du monde… ou sa renaissance.

Né avec un œil bleu et un œil vert, Eyulf a été abandonné à la naissance et n’a jamais compris sa véritable nature. Varya est férocement loyale à la meute du Grand Nord qui l’a recueillie après que la sienne l’ait exilée. Lorsqu’elle découvre Eyulf blessé et affamé lors d’une patrouille, elle sait instantanément que jamais celui-ci ne sera accepté. Car son apparence fait de lui un présage de malheur… Pourtant Varya lui sauve la vie, au péril de la sienne, et dissimule sa présence aux loups superstitieux qui ne manqueraient pas de les condamner tous les deux. Jusqu’au jour où ils devront lutter côte à côte, pour leurs vies et pour la survie de la meute…

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Le coup de coeur n’était pas très loin pour ce troisième opus de Sauvages, je trouve que niveau émotion c’est le plus aboutis. Pas que les précédents en soient dénués, mais ils ne m’ont pas donner envie de pleurer sur certains passages, alors qu’ici je n’en étais pas loin, j’avais déjà la boule dans la gorge.

Nous poursuivons notre découverte de la meute du Grand Nord,nous retrouvons cette grande famille prête à tout sacrifier, jusqu’à leur vie, pour garder sain et sauf ce qu’ils ont de plus cher au monde. Non seulement pour garder l’équilibre de la meute dans son ensemble, mais plus que tout, afin que les louveteaux puissent grandir sans avoir la peur au ventre de ce qu’ils sont. D’autant plus, que ce n’est pas souvent qu’une femelle mène une grossesse à terme, alors les petits sont plus que précieux pour la meute.

Le danger est omniprésent, la meute du Grand Nord devra toujours surveiller ses arrières. Mais ils ne doivent pas se méfier uniquement des métamorphes ou des humains, parfois, le danger peut se montrer beaucoup plus vicieux, ils vont l’apprendre de bien cruelle manière.

Dans ce troisième opus, nous sommes principalement avec Varya qui donc au centre de cette suite. Varya ne vient pas de la meute de Grand Nord, elle y est arrivée alors qu’elle était encore toute jeune, depusi elle s’y sent chez elle, mais ce ne fut pas facile pour elle. C’est lors d’une mission de surveillance qu’elle va découvrir un loup solitaire, blessé, elle va prendre soin de lui. Mais lorsqu’elle découvrira ses yeux, elle va le mettre en garde de ne pas trop approcher de la meute alors qu’il est déjà sur leur territoire. Il y a une légende qui parle d’un loup avec un oeil vert et un autre bleu. A cause de cette légende, ce loup solitaire sera toujours en danger, voir rejeté par les autres loups.

Malgré cela, Varya va continuer de le soigner afin de le remettre sur pied pour qu’il puisse poursuivre sa route, seul. Mais au fil des jours qui passent, un lein va se créer entre eux, ils se comprennent, et en y regardant de près, ne sont pas vraiment différents dans leurs vécus. Sauf que pour elle, la vie au sein d’une meute est possible, alors que pour lui, cela ne le sera certainement jamais. Varya va ui apprendre énormément de chose, notamment sur sa nature de loup, sur la légende, sur la vie dans la meute. Mais Varya a une vie, au sein de la meute du Grand Nord, elle a des responsabilités envers cette meute qui l’a accueillie des années plus tot. Elle est maintenant tiraillée entre lui et la meute.

Finira-t-elle par trouver la solution qui pourrait l’empêcher de voir partir ce loup auquel elle c’est attachée ?

Un tome riche en émotions, un peu plus calme au niveau de l’action, mais c’est pour moi, le meilleur.

Eyulf gémit tout doucement parce qu’il ne comprend pas ce que ça veut dire quand une louve lui tend la gorge. Je m’étire de plus belle, plus vulnérable que jamais, jusqu’à ce qu’un instinct primordial lui souffle ce qu’il faut faire. Alors il déplace son baiser de façon à approcher ses dents de mon cou, de chaque côté. Il reste très prudent, si prudent que ces crocs capables de broyer des os écartent à peine les plus longs de mes poils de garde.

Pour des loups, s’accoupler n’est pas la chose la plus intime qui soit. Ca, en revanche… c’est ce que font les loups quand ils n’ont pas de mots. Ca veut dire « je te livre ce qu’il y a de plus vulnérable en moi, en sachant que tu ne me feras pas de mal ».

Ca veut dire « je te fais confiance ».

Ca veut dire « je t’aime ».


Merci aux éditions Milady pour leur confiance.

Retrouvez mes avis sur les tomes précédents :
#1 Le dernier loup
#2 La cité des loups

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *