Until the end > Laura S. Wild

PARU LE 5 SEPTEMBRE 2019 AUX EDITIONS HUGO NEW ROMANCE

LIEN D’ACHAT – ICI

Un soir d’octobre, alors que Mila rentre chez elle, sa vie bascule. Quelqu’un l’attend en bas de son immeuble. Une main se plaque sur sa bouche, et un 4X4 l’emporte…

Mila vient d’être enlevée.

Lorsqu’elle revient à elle, la jeune femme s’aperçoit qu’elle est séquestrée et coupée de tout, sans comprendre pourquoi elle a été prise pour cible. Qui est son ravisseur ? Que lui veut-il ? Retenue dans un endroit isolé, elle va devoir apprendre à vivre avec Carter, l’homme chargé de la surveiller, qui la trouble autant qu’il la terrifie.

Pour Carter, Mila n’est qu’un contrat de plus à honorer. Sa mission est simple : l’enlever, la maintenir prisonnière puis la relâcher une fois la rançon payée. Mais il commet une erreur qui va tout bouleverser : quelque chose chez sa captive lui fait baisser la garde. Et il laisse malgré lui un lien se créer entre eux…

Tandis que leur cohabitation forcée se prolonge, Carter et Mila en découvrent chaque jour davantage l’un sur l’autre et la jeune femme réalise que malgré les apparences, son ravisseur porte un lourd fardeau et qu’il est peut-être prisonnier autant qu’elle.

Et si l’amour pouvait les libérer ?


⭐⭐⭐

UN ROMAN ATYPIQUE QUI FONCTIONNE PLUTÔT BIEN.

J’ai lu tous les romans de Laura S. Wild, de manière générale, j’adore sa plume même si je n’ai pas adhéré à tout ce qu’elle a écrit. [Until the end] a tout de suite piqué ma curiosité, la couverture met en avant Carter, le héros masculin et c’est plutôt bien joué parce que c’est le pilier de l’histoire.

Laura S. Wild s’essaye à un genre nouveau avec cette fiction. Je dois dire que j’ai passé un moment assez sympa même si je n’ai pas été convaincue par tous les aspects de l’histoire, et plus particulièrement par un thème que l’autrice à choisi de traiter dans le roman.

DES PERSONNAGES ATYPIQUES.

Autant vous dire que Mila est une jeune femme lambda, je n’ai pas su ressentir d’empathie pour elle, tout simplement parce qu’elle est un peu trop lisse à mon goût. Il n’y a rien pour la rendre unique et attachante. Mila est simplement une jeune femme qui va vivre la pire expérience de sa vie, à savoir, se faire kidnapper et séquestrer. J’ai trouvé cela un peu étrange de ne rien ressentir pour cette héroïne, j’étais même un peu perturbée, me demandant si le problème venait de moi ou de Mila. Son personnage manque de relief, de profondeur. Je suis restée de marbre vis à vis d’elle et ce jusqu’à la fin. Son histoire n’a pas su m’émouvoir car toute mon attention était focalisée sur Carter.

Carter est loin d’être un héros comme les autres. Dès les premières lignes, j’ai été attirée vers lui sans réussir à me détourner de sa personnalité troublante et un peu effrayante. Carter est clairement la pièce maîtresse de l’histoire et je dois dire que son personnage est très réussi. N’ayant que peu de chapitres de son point de vue, le mystère reste entier, on navigue à l’aveugle, on subit l’enfer de Mila sans jamais cesser de se poser des questions sur Carter. C’est un héros qui a du charisme et qui transmet beaucoup d’émotions. Tout en contradiction, il nous offre plein de nuances et on comprend finalement assez vite ce qui le rend si instable. Et c’est hélas à ce niveau que cela ne l’a pas fait pour moi. La thématique qui entoure le personnage de Carter ne m’a pas convaincue. J’ai même été un peu assommée par la révélation qui est tombée comme un cheveu sur la soupe. Car par rapport à l’attitude de Carter, on est loin de la réalité en ce qui concerne ce sujet.

Il y a des personnages secondaires qui ont un rôle important. On est souvent dans un huis clos oppressant mais les protagonistes qui naviguent autour de Carter et Mila apportent de la profondeur à l’histoire.

UNE INTRIGUE ADDICTIVE ET NOVATRICE ! 

Laura S. Wild a choisi de sortir de sa zone de confort, j’applaudis vraiment cette audace car l’ensemble est plutôt réussi. L’intrigue est prenante et addictive. Je vous rappelle qu’il s’agit d’une fiction, que l’autrice n’a pas eu d’autre intention que de divertir son lectorat avec une histoire qui sort des sentiers battus.

J’adore ce genre d’histoire, celles qui nous font frissonner, celles qui dérangent et qui heurtent la sensibilité du lecteur. Laura S. Wild a pris des risques avec une telle histoire et je tiens à souligner que cela fonctionne vraiment bien dans l’ensemble.

Je n’ai eu aucun mal à m’immerger dans le récit, la plume de l’autrice est moderne, addictive et très imagée. Dans les premiers chapitres, la peur est palpable, on tremble aux côtés de Mila et on appréhende la personnalité instable de Carter. J’ai été assaillie par une multitude de questions autour du héros masculin et je ne peux pas dire que j’ai été déçue par les révélations, mais je n’ai pas été convaincue par la façon dont l’autrice a choisi de mettre en lumière une certaine thématique qui m’a touché de près pendant de nombreuses années.

J’ai trouvé l’approche maladroite et peu approfondie. Quand on commence à aborder la psychologie et ses dérives, il faut vraiment aller au bout des choses pour rendre cela crédible. Là j’ai trouvé que le thème n’a été que prétexte à justifier les actes et les réactions de Carter, l’autrice est restée dans la facilité et un peu trop en surface à mon goût ce qui a eu pour effet de me blaser. Je n’ai pas du tout adhéré à la façon d’illustrer le sujet, j’ai même été révoltée par l’image que l’autrice renvoie vis à vis de cette thématique. Plus j’y pense, et moins cela passe.

Le dénouement de l’intrigue est sans grande surprise et c’est un peu dommage car j’avais tout deviné très rapidement.

UNE ROMANCE QUI A UNE EVOLUTION PARTICULIÈREMENT CAPTIVANTE.

En ce qui concerne la romance, rien à dire, j’ai été emballée par l’évolution captivante de celle-ci… De la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas.

Laura S. Wild ne s’est pas précipité en ce qui concerne les sentiments de ses héros. La romance prend son temps pour s’installer, les héros ne sont pas sûrs d’eux. Le contexte est bien exploité et j’ai aimé les émotions que j’ai ressenti aux côtés de ces deux personnages imparfaits.

Le cheminement de l’histoire est entraînant, l’écriture de l’autrice est un régal, j’y suis sensible et je la trouve vraiment bonne malgré le fait que certains détails ne m’aient pas convaincue.

EN BREF : 

[Until the end] sort totalement des sentiers battus. Laura S. Wild nous offre une histoire sombre et addictive. Le décor est planté, l’ambiance est prenante et singulière, les personnages sortent de l’ordinaire et nous offrent une romance peu commune. J’ai passé un bon moment, je déplore seulement le fait de ne pas avoir été convaincue par tous les aspects de l’histoire ainsi que mon désintérêt pour le personnage de Mila. Mais cela ne tient qu’à moi.


« Mon problème, c’est que je ne sais pas ressentir les choses « normalement », je ne sais pas comment gérer ces émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres qui me frappent chaque jour en plein coeur. Je n’ai pas de juste milieu : si je déteste, c’est jusqu’à vouloir tuer, si j’aime, c’est jusqu’à en crever et il n’y a rien entre les deux.
Et Mila… Elle me donne envie de l’aimer et je me déteste pour ça. »

Je remercie les éditions Hugo & Cie pour cette lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *