Les larmes rouges #1 – Réminiscences » Georgia Caldera

Editeur : J’ai Lu

Livre : ICI

« Le temps n’est rien, il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s y méprendre avec la réalité.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Un premier tome de plus de 700 pages, y a plutôt intérêt à accrocher dès le début au récit ! Mais je me suis lancée sans problèmes et en faisant confiance à Georgia Caldera 🙂 De plus, j’avais envie de découvrir cette parution depuis sa sortie initiale, il était donc temps que je me décide !

J’ai complètement adhéré à cet univers sombre dans lequel je me suis retrouvée dès le départ, il y a une certaine angoisse qui nous emporte et ne nous lâche pas avant la fin. Georgia nous embarque dans un voyage à travers les siècles, entre le présent et le passé. Nous découvrons petit à petit cette menace qui plane au-dessus de Cornélia, jeune femme de 19 ans, une menace qui ferait devenir fou n’importe qui. Honnêtement à sa place, je ne suis pas certaine que j’aurais tenu le coup avec autant d’aplomb, bien que je pensais souvent la voir complètement perdre pied, elle a su rester à la surface, tout en ayant malgré tout l’impression de se noyer à plusieurs reprises.

Le résumé ne dit au final pas grand chose sur ce que nous allons découvrir, je vais donc moi aussi garder le mystère. Je vais simplement vous parler des personnages.

Commençons par Cornélia. Comme je viens de le dire, elle a 19 ans, et notre première rencontre avec elle n’est pas des plus joyeuse. Nous la rencontrons sur un pont, en pleine réflexion sur sa vie, sur ce qui pourrait la retenir de ne pas sauter à l’eau. Et puis, il y a cette voix qui la pousse clairement à le faire, mais à qui appartient cette fameuse voix, qui pourrait avoir un intérêt à ce qu’elle passe à l’acte ? Ces images qu’elle voie également, images qui feraient passer n’importe qui à l’acte.

Ensuite, il y a Henri, aaaah Henri, je suis tombée sous son charme sans qu’il doive faire grand chose, il est tellement mystérieux et différent que l’on ne peut qu’avoir envie d’en apprendre plus sur lui. Tout en cet homme sent le danger, après tout, ce n’est certainement pas pour rien que les gens du village en ont peur et racontent tellement de choses sur lui ! Déjà rien que sa manière de s’habiller, de parler, de se tenir, tout paraît être d’un autre temps, comme s’il venait tout droit d’un autre siècle. Tout ce mystère donne envie de creuser, de passer outre ce danger que l’on ressent en l’approchant.

Le père de Cornélia, eh bien j’ai eu envie de le secouer à plusieurs reprises. Lui qui a toujours été très détaché par rapport à sa fille, lui qui semblait ne pas s’y intérésser, du jour au lendemain il devient assez présent dans la vie de sa fille suite à cette tentative de suicide au moment de notre première rencontre avec elle. Mais il passe de rien à trop en peu de temps, il en deviendrait carrément étouffant !

Au final, je me suis franchement régalée avec ce premier tome et j’ai hâte de retrouver Cornélia et Henri, voir ce que l’auteure leur a réservé pour la suite. A mon avis, le tome suivant doit être pas mal mouvementé, après tout, elle n’a pas mi les pieds dans un monde peuplé de licornes ! C’est vrai que je ne dis pas grand chose finalement, mais ce que le résumé ne dévoile pas, ce n’est clairement pas à moi de le faire ! Un univers angoissant entre passé et présent dans lequel je replongerai avec délice !

Tu m’appartiens Cornélia, à tout jamais, sussura-t-il, un sourire obscène se dessinant sur son visage inhumain. Et si ce n’est pas dans cette vie que je t’obtiens, ce sera dans la suivante, ou bien encore dans la suivante. Moi je serai toujours là, et toi, toi tu seras éternellement condamnée à me fuir.

Merci aux éditions J’ai Lu pour leur confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *