L’Anti-Magicien » Sébastien de Castell

Editeur : Gallimard jeunesse

Livre : ICI

Kelen, 16 ans, est l’héritier d’une des grandes familles qui se disputent le trône de la cité. Il prépare son premier duel pour devenir mage. Mais ses pouvoirs ont disparu. Il doit ruser… ou tricher, quitte à risquer l’exil, voire pire.
Ses seuls soutiens, deux acolytes explosifs: Furia, la vagabonde imprévisible et Rakis, un chacureuil féroce et acerbe.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Alors que le tome 4 est déjà disponible, voilà seulement que je me lance, mais j’ai l’avantage que je ne dois pas attendre entre les tomes, ce qui n’aurait pas été le cas si j’avais lu ce premier tome au moment de sa sortie 🙂

Honnêtement, je me doutais que j’allais passer un très bon moment, mais j’étais très loin du compte, j’ai complètement perdu la notion du temps lorsque j’ai débuté ma lecture. En voyant le livre, on se dit : Oh une brique de presque 500 pages, mais vous savez quoi, les pages défilent à une de ces vitesse ! Cette saga est pour les plus jeunes, … eh bien j’assume totalement le fait que j’ai adoré ce premier opus, et que j’ai hâte de me plonger dans la suite aussi d’ailleurs !

Cependant, il faut bien que je vous avoue que ce n’était pas gagné dès le début, oh que non ! Le peuple de Jan’Tep est tellement méprisant et méprisable, que j’ai clairement eu peur. Mais lorsque j’ai appris à connaître Kelen, ce jeune garçon qui va avoir seize ans, j’ai changé d’avis, et honnêtement il est pour beaucoup dans le fait que je me suis plongée dans ma lecture, que je me suis enfermée dans ma bulle et que je n’ai plus lâché mon livre.

Que penseriez-vous d’un peuple qui ne vit que pour la magie, mais que si à l’âge de seize ans, vous n’avez, malheureusement pour vous, aucun sine d’une des sept magie, vous êtes relégué au rang de moins que rien, voir même d’esclave parfois ? Avouez qu’il y a de quoi ne pas avoir envie de côtoyer ce genre de peuple ! Ma petite lumière dans parmi les gens de ce peuple fut Kelen.

Sans magie, Kelen va devoir être ingénieux, et croyez-moi qu’il l’est, pour l’aider il aura à ses côtés Furia et Rakis. Rakis, oh mon dieu je l’ai adoré cet énergumène, à lui seul il vaut le détour ! Ce premier tome n’est déjà pas de tout repos, ne pensez pas l’ouvrir et vous la couler douce bien tranquillement dans votre sofa. Vous allez en voir de toutes es couleurs, vous allez trépigner d’impatience, vous allez adorer les réparties, et les rebondissements ne vous laisseront pas de répit.

Certes, c’est une saga censée être pour les plus jeunes, mais franchement, j’ai pris mon pied avec ce premier opus, et je compte bien le prendre à nouveau avec la suite !

J’aimerais également souligner que les couvertures de cette saga sont sublimes avec certains endroits en relief, mais il y a un travail formidable également à l’intérieur du livre avec des illustrations magnifiques.

Une larme roula lentement sur la joue de ma mère et, d’un geste endormi, je tendis la main, comme si je voulais l’essuyer. Mon père avait le regard sombre, l’air dévasté et dur. Le monde devint tout à coup brumeux, et je sentis ma tête devenir trop lourde pour que je continue à la tenir droite. Et là, je compris que rien n’allait s’arranger.
Ma mère m’avait drogué.

Merci aux éditions Gallimard pour leur confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *