Miss You > Claire Delille

PARU LE 10 JUILLET 2019 DANS LA COLLECTION INFINITY

LIEN D’ACHAT – ICI

Quand deux histoires d’amour s’entrecroisent…

Drey n’a jamais manqué d’amour, entourée par sa mère, Juliane, sa grand-mère et son arrière-grand-mère. Et tant pis si elle ne sait pas qui est son père !

Sauvage et imprévisible, pas question pour elle de se laisser marcher sur les pieds même si elle n’a que vingt ans.

Ses problèmes avec un malfrat local l’incitent à accepter l’étrange proposition de Clarence, cet inconnu qui débarque chez elle un soir d’août pour lui parler de son père et lui demander de le suivre à Capestella.

Au fil des semaines sous l’écrasant soleil de Corse, Clarence et Drey vont se rapprocher et la jeune femme découvrira enfin la vérité sur ses origines.

Mais les leçons du passé leur permettront-elles de ne pas commettre les mêmes erreurs ?


⭐⭐,5

SENTIMENT MITIGE ! 

J’ai terminé ce roman il y a plusieurs heures, et je reste toujours perplexe quant à mon avis. Je suis tiraillée entre ce que j’ai aimé et les points qui m’ont vraiment déplu.

Cette romance avait tout pour me plaire, j’ai hélas eu beaucoup de mal à apprécier la plume et le style de l’autrice. Et c’est, je pense, ce qui m’a tenu éloignée de cette histoire, ce qui fait que je ressors désappointée et légèrement déçue.

DES PERSONNAGES INTÉRESSANTS ET ANCRES DANS LEUR EPOQUE.

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est que nous suivons deux histoires en même temps. Dès les premières lignes, on comprend qu’elles seront complexes et chacune ancrées dans leur époque respective.

Nous faisons connaissance avec Drey et Clarence dans un premier temps. Je vous avoue que je n’ai pas réussi à apprécier notre héroïne, c’est un fait assez rare, parce que j’arrive habituellement à comprendre et à apprivoiser nos héros, mais ce ne fut pas le cas avec Drey. Clarence est lui aussi très particulier mais différemment, ces deux-là sont tellement opposés et pourtant, leur histoire a quelque chose d’unique et de captivant. Mais ce couple n’aura pas eu ma préférence dans le récit parce que je ne me suis pas du tout attaché à eux.

J’ai davantage aimé l’histoire de Juliane et Loris. Pour plusieurs raisons. J’ai adoré l’époque dans laquelle se passe leur histoire, les retours en arrière sont vivifiants et vraiment sympas. Les personnages sont attachants et leur histoire m’a énormément touché. Les références à l’époque sont géniales, je me suis vraiment sentie dans mon élément.

UNE NARRATION PERTURBANTE…

Je crois que c’est vraiment la narration qui m’a fait passer à côté de ce roman. Je n’ai pas adhéré au choix de l’autrice par rapport aux points de vue des personnages. Cela m’a stressé jusqu’à la toute fin du roman et m’a tenu à distance.

C’est un sentiment personnel et il n’en sera sûrement pas de même pour vous. Je ne sais pas vraiment pourquoi cela m’a dérangé autant, mais cette sensation a persistée et a quand même gâchée mon plaisir. Si on ajoute à cela qu’une des deux histoires d’amour m’a moins plu, c’est ce qui explique ma déception finale.

EN BREF : 

Petite déception pour ce roman qui avait tout pour me plaire. J’ai aimé une des deux romance qui m’a énormément touché mais je suis restée hermétique quant à l’histoire de Drey et Clarence, et ce parce que je n’ai pas spécialement réussi à m’attacher à eux et à les apprécier comme il se doit. La plume de l’autrice n’a pas su me séduire, mais je précise que c’est un ressenti qui m’est propre. Je vous invite à découvrir l’histoire par vous-même.


— D’accord, concéda-t-elle au bout de quelques trop longues minutes. Donc, tu dis que mon père ne m’a jamais abandonnée, qu’il ignorait seulement mon existence et qu’à présent, il est dans le coma et ne peut donc pas venir me voir.

— C’est à peu près ça, oui.

— Et pourquoi me dire ça maintenant ? Enfin… J’ai très bien vécu sans lui. Ça fait vingt ans que je me débrouille toute seule ou presque.

— Parce que je pense qu’il a besoin de toi.

— Tu te fous de moi, c’est ça ?

— Non ! Enfin, Drey, j’ai parcouru mille trois cents bornes pour te retrouver, après plus d’une semaine de recherches acharnées. Ça n’a rien d’une plaisanterie.

— Genre quoi ? La fille perdue et retrouvée accourt au chevet de son père et le réanime par la seule chaleur de sa main posée sur lui ?

— C’est l’idée… à peu près… formulée avec moins de conviction et plus de sarcasme que je l’aurais fait, c’est vrai. Je pensais à une sorte d’électrochoc…

Je remercie Blandine, les éditions MxM Bookmark ainsi que NetGalley pour cette lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *