Promo Ebook – Spéciale Emma Landas + Précommande papier de Green Oak

Vous n’avez pas encore découvert les romans d’Emma Landas ?!? Oh ! Mais c’est le moment de craquer car trois de ses romans sont en promo ! 

[Chirurgicalement Vôtre], [Goran] et [Will] sont à 1,99€ en ebook jusqu’au 20 août ! 


CHIRURGICALEMENT VÔTRE

« Jane Austen, Emily Brontë, William Shakespeare m’avaient convaincue à coups de milliers de pages que l’amour, même dans la mort, est triomphant !
Et pourtant, je suis là, à me demander si la vraie fin de toute histoire n’est pas celle d’Emma Bovary…
Jane, Emily, William, ils n’ont pas rencontré Terence Cesare.
Peut-être que s’ils avaient raconté qui il était dans leurs bouquins, ce qu’il allait me faire vivre…
Peut-être alors que j’aurais arraché la tête de Ken, éteint ma télé à Noël, et lu… je ne sais pas, tiens, des bouquins sur la guerre ou sur l’effet de serre…
Sûrement que j’aurais envisagé d’autres études, loin des hopitaux, loin des blouses blanches, loin de lui… »
Qui a dit que les plus belles histoire d’amour naissaient des contes de fées ?
Et si les contes de fées n’étaient pas ce que l’on croit, et qu’au final vous deviez tomber amoureuse du monstre sombre et obscur ?
Et si Amour et Souffrance ne devaient faire qu’un ?
Voudriez-vous toujours tomber ?…

 

LIEN D’ACHAT – ICI (Broché – 17€. Poche – 8,50€. Ebook – 1,99€ jusqu’au 20/08).

MON AVIS EN BREF : 

En bref, que dire de plus ? J’ai tout aimé, le contexte, les rebondissements, les personnages torturés mais pas caricaturaux, la plume et le style de l’auteure. Les surprises que l’auteure réserve à ses lecteurs sont de taille, et je n’aurais jamais imaginé ce que ce roman allait me faire vivre. Je ne suis pas sûre d’être encore totalement remise, voyez-vous. Je suis hantée par Selena et Terence,mais aussi par toute leur histoire où se mêlent passion, amour, haine, violence, trahison et manipulation. Je suis tombée sous le charme de la plume et du style d’Emma Landas. Elle a réussi à nous livrer une histoire équilibrée où toutes sortes d’émotions cohabitent pour notre plus grand plaisir. [Chirurgicalement vôtre] est une histoire vraie, sincère et très humaine. Emma Landas a composé une histoire où tout n’est pas tout noir ou tout blanc, où la vie reprend ses droits. Et cela rend l’histoire encore plus belle et vivante. 

MON AVIS EN INTÉGRALITÉ – ICI

« Terence Cesare m’apparaît comme étant un homme dangereux. Aucun doute sur les signaux que ma conscience m’envoie. Pourtant, je suis désespérément attirée par lui, malgré l’écueil qui se profile.
Je crois savoir que les personnes les plus complexes sont les plus intéressantes, mais également les plus périlleuses, et pourtant, je semble prise au piège des mes propres convictions. »


GORAN

Charlie n’est pas rêveuse, mais déterminée, ça, oui. Issue des mauvais quartiers de Chicago et d’une famille tout aussi peu reluisante, elle compte bien s’offrir un avenir meilleur.
Les hommes sont accessoires, son expérience l’a convaincue de ne pas compter sur eux.
Elle ne connaît que les bad boys et a fini par se convaincre que le romantisme et l’amour ce n’est pas pour elle.
Mais voilà, il y a ce type qui vient chanter un soir dans le bar où elle travaille, et qui ne la traite pas comme les autres. Difficile de ne pas craquer.
Comment pourrait-elle imaginer que ce beau brun à l’accent français et aux origines slaves a prévu de s’engager dans un tout autre genre d’amour ?

 

LIEN D’ACHAT – ICI (Poche – 8,50€. Ebook – 1,99€ jusqu’au 20/08).

MON AVIS EN BREF : 

En bref, ce roman fut une très belle surprise. Je m’attendais à un certain niveau avec Emma Landas et je ne m’étais pas trompé. [GORAN] c’est le genre de roman qui nous prouve que la romance a de beaux jours devant elle. Préparez-vous à découvrir une histoire pleine de sensibilité au travers des pages de ce roman. Emma Landas propose une fois de plus un récit très touchant, percutant et en même temps vivifiant. Elle met en lumière des thèmes et des causes qui lui sont chers, elle arrive à faire naître des émotions d’une intensité rare grâce à ses personnages singuliers et uniques. Ce fut un vrai plaisir de retrouver son style incisif avec ce roman qui aura su m’ouvrir les yeux sur bien des choses. J’ai adoré qu’elle se livre à nous dans les remerciements. Une chose est sûre, je serais au rendez-vous pour son prochain roman ! D’ailleurs, c’est pour quand ? Parce que je suis impatiente ^^

MON AVIS EN INTÉGRALITÉ – ICI

La lumière de la salle se tamise, laissant une simple poursuite sur Goran qui commence à gratter sa guitare, seul instrument l’accompagnant.
Dès les premiers accords, je reconnais un morceau d’Aérosmith, Dream on.
Et puis elle arrive… Je ne pense pas pouvoir un jour oublier cette première fois où je l’ai entendu. Ces quelques notes qu’elle a émises. Ces premiers mots qu’elle a prononcés.
La voix de Goran rejoint la guitare et s’accroche à moi pour ne plus s’en détacher.
Seigneur ! À peine a t’il soufflé les premiers mots de la chanson que je sens chaque poil qui me recouvre s’hérisser. Je jette machinalement sur le comptoir du bar le torchon que Sarah m’a abandonné, et je me rapproche de la scène, comme attirée par la mélodie de cette voix qui ne cesse de monter en puissance.
Je connais la chanson par cœur, et pourtant, j’ai l’impression de l’entendre pour la première fois, tant ce que j’en éprouve est une nouveauté. Je ne sais si ce sont les paroles que Goran chante ou si c’est simplement sa voix qui me trouble tant. Sûrement un peu des deux.
C’est comme s’il parvenait à toucher mon âme, non, il y parvient. Comme si cette voix était la chose qui manquait à mon cœur pour le faire battre sans douleur. Comme si ces mots avaient été écrits pour moi et répondaient aux questions et aux doutes qui m’habitent.
Une chanson qui me soutient que le passé a disparu. Que comme tous, je ne sais d’où je viens ni où je vais. Que je dois d’abord perdre pour apprendre à gagner. J’ai déjà tellement perdu et je veux encore tellement perdre…
 » Continue de rêver. Rêve jusqu’à ce que tes rêves se réalisent. «
Aucune pensée ne vient alors parasiter ce que je perçois comme étant un sermon, une ode à la vie. Une ode à ma vie. Un espoir, une conviction, qui me remplissent autant qu’ils m’émeuvent. Je ne perçois rien de plus que ce que mes sens me renvoient. Un trouble indéfinissable qui n’est ni de la peine ni de la joie, ni de la souffrance ni du bien-être.
Pourtant, lorsque Goran termine la chanson, je ne peux retenir une larme. Le lien si particulier qui s’est installé entre cette chanson, cette voix et moi, se brise au moment où les applaudissements et les sifflements retentissent et que la lumière se rallume dans le bar.
Je suis encore toute chamboulée et n’ai toujours pas bougé d’un iota lorsque Goran descend de scène et arrive à ma hauteur. Tout ce que je parviens à lui dire, dans un murmure à peine audible, résume assez bien à quel point je suis encore secouée.
— Bordel de merde, c’était quoi ça ?
Goran éclate de rire et m’adresse un regard surpris et accusateur à la fois, face à ma vulgarité légendaire. Il passe sa main dans ses cheveux et l’y laisse un temps. Si je n’étais pas encore pétrifiée, voilà un geste que je « rêverais » de faire moi-même !
— Ça veut dire que vous avez aimé ? me demande-t-il finalement, une humilité surprenante dans la voix.
— Si j’ai aimé ? Nom de Dieu ! C’était… Wow !
Il rit alors encore plus fort, détournant sa tête qu’il secoue, le regard au loin et les mains sur les hanches. Pour ma part, je ne sais pas ce qui peut prêter autant à rire dans ce que je lui ai dit, mais je n’irai pas m’en plaindre. Il a un sourire… Nom de Dieu, de Dieu ! À présent, c’est ma langue que j’ai envie de coller dans ses magnifiques fossettes.
— Alors si c’était « Wow », ça veut dire que j’ai réussi ma mission. Je vous souhaite de passer une bonne nuit, Charlie. Et n’oubliez pas de rêver.


WILL

« Dire que William Auguste n’a pas toujours fait les bons choix, c’est l’euphémisme du siècle !
Pour fuir cette part sombre qu’il a eu du mal à assumer, il s’est exilé à Chicago, où il exerce son activité de chirurgien.
Mais rien ne sert d’aller si loin Will ! Car le passé finit toujours par nous rattraper, et nous oblige un jour ou l’autre à affronter nos démons, même les plus anciens…
Comme par exemple, durant un vol Chicago-Bordeaux, un matin de juillet, en choisissant de mettre sur ta route ton tout premier amour. Tu sais, cette fille, celle que tu appelais « Miss Baskets » en fac de médecine ?
Montez vous aussi à bord de cet avion, et voyagez entre le passé et le présent de ce cher William Auguste. Il n’a pas fini de vous surprendre… « 

 

LIEN D’ACHAT – ICI (Broché – 17€. Ebook – 1,99€ jusqu’au 20/08).

MON AVIS EN BREF : 

Maintenant, c’est à toi lecteur que je m’adresse ! Écoutes-moi… Tu DOIS lire WILL ! Tu DOIS lire WILL ! Tu DOIS lire WILL ! C’est bon, tu es hypnotisé ? Tu as compris que le 1er mars tu dois te jeter sur ta liseuse pour acheter la nouvelle romance fun et sexy d’Emma Landas ? Non, tu n’as toujours pas compris ? Mais qu’est-ce qu’il te faut de plus ? WILL en chair et en os ? Hum… j’ai comme l’impression que « Miss Baskets » va poser son veto donc… à ce niveau-là je ne peux rien faire pour toi. Par contre, je peux t’assurer que tu vas kiffer ce livre, Will est léger, sexy et un peu agaçant ! « Miss Baskets » est une dure à cuire qui n’a pas froid aux yeux ! Tu vas adorer leur histoire ! Dépêches-toi l’avion décolle le 1er mars !

MON AVIS EN INTÉGRALITÉ – ICI

« Mon répertoire…
Sans aucun contrôle dessus, je laisse échapper un furtif sourire en me remémorant cette histoire de répertoire avec William. « Casse-couille ». Je crois que c’est comme ça qu’il m’avait inscrite sur le sien. Oui, c’est bien ça. Et il s’était noté lui-même dans le mien, sous le nom de « Maxi-William ». Sale prétentieux.
Ma foi, il n’avait cependant pas menti…
Dieu sait que j’ai essayé de lui résister cet été-là. J’ai lutté comme une acharnée ou presque. J’ai été désagréable, moqueuse, prude, mais rien n’y faisait. J’ai même joué l’opposé en me farcissant je ne sais combien de gars ce fameux soir au white garden, me disant qu’il me percevrait comme son égale, alors il me lâcherait. Je n’aurais plus rien d’excitant à ses yeux. Tu parles ! Tout ce que j’ai gagné ce soir-là, c’est de me dégoûter et de me détester. Ce jeu était aussi stupide que dégradant. Quelle honte ! Et lui, il a fait quoi ? Ça l’a excité deux fois plus ! J’avais eu un mal de chien à m’en débarrasser une fois chez moi. Et pas seulement à cause de lui….
La vérité est qu’il me plaisait énormément. Mais je savais pertinemment que ce garçon n’avait rien de bon à m’offrir, si ce n’est des pleurs et de la souffrance. Et ça, je l’avais déjà vécu avec un autre. Les queutards, j’avais malheureusement déjà donné. Et il le savait parfaitement.
Mais William était drôle, et un petit quelque chose le rendait touchant, malgré son côté play-boy qui m’exaspérait. Bon OK, c’était plus qu’un petit quelque chose.
Malgré les apparences, ce garçon pouvait être à l’écoute des autres, de moi, charmant et charmeur, d’une grande sensibilité. En fait, ses défauts étaient aussi ses qualités. Et vice versa. Piège à filles à filles imparable.
Mais il était également tellement d’autres choses… A commencer par être cette moitié de son meilleur ami, Terence Cesare. Rien que de prononcer son nom, j’en ai la nausée. »


Maintenant c’est le moment où je vous reparle de [GREEN OAK], car oui je vous en ai déjà parlé dans ma chronique, mais il fallait que je vous dise que vous pouvez pré-commander le roman en version papier avec une dédicace d’Emma Landas. Avouez qu’il ne faut pas louper l’occasion, non ?!?

On se refait un topo sur [GREEN OAK], mon coup de cœur absolu d’Emma Landas !

La vie de Victoria bascule un jour d’été ensoleillé, quand son cœur sombre en même temps qu’elle au fond du lac.
Lui, le sang-mêlé mis à l’écart par son peuple, lui le beau Tsigane aux yeux gris et à la peau trop mate pour les gadjos mais trop pâle pour les siens, est aux antipodes de la jolie blonde issue de l’aristocratie.
Et pourtant ! Le destin se joue des conventions et des apparences. Le vieux chêne vert sera témoin de cet amour hors du temps qui unit deux âmes que tous cherchent à séparer.

 

LIEN D’ACHAT EBOOK – ICI (4,99€).

MON AVIS EN BREF : 

[Green Oak] est une romance hors du commun qui nous offre des émotions intenses et touchantes. La plume envoûtante d’Emma Landas se veut poétique et lyrique. Elle embarque le lecteur dans une histoire d’amour avec un grand A qui ravira les romantiques dans l’âme. Emma Landas nous démontre une fois de plus l’étendue de ses talents d’autrice. Elle se livre à travers un récit intimiste, une romance singulière portée par des personnages terriblement attachants qui défieront tous les obstacles pour vivre leur amour. Elle nous dévoile sa sensibilité à fleur de peau et son amour pour les histoires de destin et de rédemption. Partez à la conquête du grand chêne vert, nos héros vous y attendent les bras tendus. Il n’attendent que ça que vous découvriez leur histoire d’amour.

A lire si vous aimez…

  • Les romances singulières et addictives.
  • Les légendes captivantes.
  • L’espoir et la puissance de l’amour.
  • Les héros extraordinaires avec une belle âme.

MON AVIS EN INTÉGRALITÉ – ICI

— La légende raconte qu’une Gitane était si désespérée de ne pas trouver l’amour qu’elle alla prier la lune durant toute la nuit. Elle l’implora sans relâche de l’aider à trouver un homme qui l’épouserait par amour. Au petit matin, la lune promit à la belle Gitane qu’elle aurait son homme, mais en échange, il lui faudrait lui donner son premier enfant né. La jeune Gitane accepta et elle fut exaucée. Elle trouva l’amour, duquel naquit un enfant. Mais ce dernier vint au monde aussi blanc qu’une hermine, et ses yeux étaient aussi gris que les reflets sur la lune. En le découvrant, le gitan se mit très en colère. « Tu m’as déshonoré, femme ! Cet enfant n’est pas de moi. C’est celui d’un gadjo1 ». Il était si furieux qu’il poignarda à mort la Gitane. Il monta en suivant la colline et abandonna tout en haut celui qu’il jugea comme n’étant pas son fils. La lune, comme elle l’avait toujours voulu, récupéra ainsi l’enfant. On dit que depuis, les soirs où celui-ci joue et sourit, la lune s’arrondit de joie. Mais lorsque l’enfant pleure, la lune décroît pour lui faire un berceau de lumière.2
Sauf que lui, la lune ne l’avait jamais récupéré.
Il était le bâtard aux yeux gris. Ce garçon à la peau blanche, dont le père avait tué sa mère puis disparu de la surface de la Terre. Ce vaurien qui cherchait sa place au milieu d’un peuple qui le protégeait autant qu’il le rejetait. Une famille qui n’avait pas trouvé mieux que de lui donner le nom de la légende. Comme s’il pouvait oublier qui il était, ou du moins, celui qu’il n’était pas.
Il était celui qu’ils appelaient l’enfant de la lune. Il était Lorialet3.
Et puis un jour, il a cessé d’être ce gamin isolé, humilié, ou délaissé. Car il l’avait Elle

PRÉCOMMANDE PAPIER DÉDICACE —> ICI

Article à retirer au salon de Pusignan les 14 et 15/09 ou expédié à partir du 17/09 par la poste.

Bien préciser lors de votre commande que vous souhaitez que le roman soit dédicacé par l’autrice 🙂 


Cette rétrospective est terminée ! Et j’espère que vous allez craquer pour les romans d’Emma Landas ! A l’heure actuelle, elle fait partie des autrices que je rêve de rencontrer ! Et un jour… ce sera chose faite ^^ 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *