Tous pour elle » Laurent Malot

Editeur : French Pulp Editions

Livre : ICI

Clémence va avoir trente ans. On ne peut pas dire que sa vie amoureuse soit une réussite…
Preuve en est, elle consulte un psy. Pourtant cette jeune femme n’a qu’un rêve : trouver le grand amour, l’homme de sa vie…
Un soir de déprime, elle erre dans Paris, et croise une fée, ou une sorcière, allez savoir…
Elle lui offre le pouvoir de séduire tous les hommes pendant quelques semaines, jusqu’à son anniversaire. Au départ elle n’y croit pas, et pourtant…

 

⭐⭐⭐⭐

Vu le plaisir que j’ai ressenti lors de ma lecture, je suis certaine que l’auteur a dû pas mal s’amuser, lui aussi, au moment de l’écriture et de ses relectures. Car oui, il s’agit bien d’un auteur, je suis beaucoup plus habituée à lire des plumes féminines, mais franchement, Laurent Malot a une très belle plume. Alors qu’il a déjà écrit des thrillers, je le trouve pas mal doué dans ce style différent. En tant qu’amatrice de thrillers, je veux absolument lire les siens !

J’ai adoré le personnage de Clémence, son humour m’a fait passer par toutes les couleurs, c’est une femme surprenante et franchement un peu fofolle ! Elle m’a fait penser à Bridget Jones.

Attention, feel-good et légèreté ne veut pas dire que tout n’est que rigolade. L’auteur nous parle de sujets comme la solitude, fléau de tout les temps. De la maudite horloge du temps qui continue de défiler sans relâche.

Imaginez un peu : que feriez-vous si vous aviez le pouvoir (dans un temps limité) de séduire qui vos voulez… Bon, moi je sais qui serait ma victime, je n’ai même aucun doute !

Vous aimerez Tous pour elle, vous aimerez Clémence, vous aimerez tellement, que vous dégusterez ce live comme un bonbon acidulé et que vous en re-demanderez encore !

– Vous savez que je vais avoir trente ans dans un mois ?
– Ça vous fait peur ?
– Non ! Enfin, si !
– Prenez le temps d’y réfléchir et dites-moi.
– Vous avez des patients après moi ? Parce qu’en fait, c’est tout réfléchi. Sauf que le temps que je vous explique, soit vous sautez par la fenêtre en vous disant : « Cette fille est The matrice qui a servi à fabriquer toutes les bavardes ineptes depuis la Création, au secours, délivrez-moi ! », soit c’est moi que vous jetez dehors. Pas par la fenêtre, vous serez gentil, j’ai une soirée. La soirée de la dernière chance, en plus !
– Je vous écoute, Clémence.

Merci aux éditions French Pulp Editions ainsi qu’au site NetGalley.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *