La peau des hommes » Camille Lanvin

Editeur : Harlequin

Livre : ICI

J’aimais les hommes. J’aimais leurs peaux, leurs yeux, leurs mains de bûcheron, d’intellectuel, de professeur, de collégien, de vieillard, de nomade… Chacun d’eux était une île à la dérive, un univers encore vierge de mes caresses, un coffre-fort dont je détenais la clé.

Estelle multiplie les rencontres. Qu’ils soient tendres, drôles, égoïstes ou spirituels, elle aime observer les hommes et les mettre à nu avec d’autant plus d’entrain qu’elle fuit sa propre histoire. Car l’avantage de tous ces hommes, c’est qu’ils ne sont pas lui : Ganaël, celui qu’elle a réussi à quitter dans un ultime réflexe de survie. L’amour de sa vie à qui elle avait tout donné. A Paris, elle tente désormais de tourner la page, et c’est à travers le regard des hommes qu’elle va chercher la femme en elle, celle dont elle a perdu la trace…

 

⭐ ⭐, 5

Comme je le dis et le répète à chaque fois que cela m’arrive de mettre une note si basse, mon ressenti en fin de lecture n’engage que moi, ce n’est pas parce que je n’accroche pas à un récit, que cela sera forcément votre cas.

Je dois vous avouer qu’il m’a fallu attendre avant de pouvoir écrire un avis qui veuille dire quelque chose, mes idées étaient on ne peut plus chaotique, à la hauteur de ce que le récit m’a fait ressentir. Je dois également avouer que j’ai failli abandonner ma lecture après seulement quelques chapitres… malgré tout, j’ai persévéré, en me disant que cela irait mieux par la suite. La seconde partie du récit m’a donné raison, il y avait un regain d’intérêt de ma part. Malheureusement la troisième partie m’a de nouveau laissé un goût plus qu’amer en bouche. Honnêtement, je me suis demandée pourquoi je n’avais pas laissé tomber, a réponse est simple, c’est juste que je voulais absolument donné une chance à l’histoire d’Estelle de me surprendre.

Au final, je trouve que le résumé qui me tentait n’a pas été suffisant, que la plume agréable de l’auteure n’a pas su me retenir réellement entre ses lignes. Je suis passée complètement à côté de ce récit et j’en suis désolée pour l’auteure.

Je ne vais pas développer plus mon avis, je pense que c’est bien assez pour comprendre que personnellement ce livre n’était pas pour moi, alors que je lis de tout, celui-ci n’a pas réussi à se faire une place si ce n’est de celle que j’oublie rapidement.


Merci à Babélio ainsi qu’au éditions Harlequin pour l’envoi de ce livre.


Découvrir l’avis de La  pomme qui rougit : ICI

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *