Les Misophones » Bruno Salomone

Editeur : Le Cherche Midi

Livre : ICI

 » Et je coupe le son.  »
Damien est misophone. Tous les petits bruits du quotidien lui sont insupportables : les croustillements de pop-corn au cinéma, les aspirations interdentaires d’un voisin de table, les mastications de chewing-gum dans le métro… À sa solitude s’ajoute ce fardeau qu’il pense être seul à porter. Jusqu’au jour où il croise le chemin d’Alexi, serveur à la repartie grinçante.
Ces deux naufragés du cœur vont devenir complices grâce à leur misophonie. De leur handicap ils feront un atout. Leur vie, ballottée entre tumulte sentimental et chaos acoustique, va être bouleversée, pour le meilleur et pour le pire…
Damien et Alexi réussiront-ils à s’écouter pour mieux se soigner ?

 

⭐ ⭐ ⭐ ⭐

Savez-vous ce qu’est un misophone ? Eh bien je dois bien avouer que je ne le savais pas, c’est en lisant le résumé d’une part, en allant sur le net d’autre part.

La misophonie (terme apparu en 2000 qui veut dire forte aversion aux sons) est un état chronique caractérisé par une aversion à certains sons répétitifs produits par d’autres personnes (adultes) que soi (bruits gutturaux, nasaux ou buccaux, tapotements des doigts sur un clavier…)Les sons en lien avec des mâchements de bouche sont les plus fréquemment mis en cause.

Source : Passeport Santé

C’est le fait que j’allais apprendre quelque chose qui m’a donné envie de découvrir ce livre de Bruno Salomone. J’étais également curieuse de voir ce que Bruno, que je connais en tant qu’acteur, pouvais donner en tant qu’auteur. J’ai aimé ce livre, principalement parce que l’auteur connait le sujet, même mieux que bien, il n’a pas du faire des recherches pour en connaître les inconvénients car il en est lui-même atteint. Mais ce que j’ai apprécié, c’est qu’à aucun moment il n’est question d’apitoiement, le ton de l’humour reste omniprésent et cela rend le récit plaisant à lire.

Je trouve que c’est même intelligent de faire connaître ce genre de chose à travers un roman, car qui l’aurait lu s’il s’agissait simplement d’un témoignage ? Peu de monde je pense, alors moi, je dis bravo pour cette initiative de la part de l’auteur ainsi qu’à l’éditeur de l’avoir publié. Même moi qui lis également des témoignages lorsque j’en ai l’occasion, je ne suis pas certaine que je l’aurais lu, encore moins si cela avait été un genre de guide médical. Alors qu’à travers un roman, non seulement me voilà moins bête, mais j’ai par la même occasion passé un très bon moment en découvrant Bruno sous une autre facette.

J’ai adoré le duo Alexi/Damien, ils sont parfois déroutants, mais franchement attachants et touchants. Qui aurait pu croire que ce serait leur pathologie qui les rapprocherait ? Certainement pas eux, mais vu de l’extérieur en tant que simple spectatrice, je dis que c’est un mal pour un bien, même si la route est sinueuse.

Etant donné que je prône l’honnêteté dans mes avis, il me faut avouer que je ne pensais pas découvrir un récit aussi bien mené. Pas que je doutais des talents de l’auteur, mais je ne pensais pas que cela serait si prenant à lire. J’ai aimé découvrir la plume de Bruno Salomone, je savais déjà ce qu’il valait en tant qu’acteur et humoriste, mais cette facette de lui m’a conquise également. Si l’envie lui prend d’écrire un nouveau roman, je sais déjà que je le lirai sans hésiter.

Prologue

J’ai toujours pensé être atteint d’une forme de folie orpheline, jusqu’au jour où j’ai appris qu’elle portait un nom et que ses caractéristiques étaient bien définies.
J’étais persuadé d’être le pire de ses spécimens, mais ma rencontre avec Alexi Cormès m’a rapidement permis de relativiser.
Alexi était un fou qui ne s’ignorait pas et il semblait avoir réussi à se sociabiliser. Les apparences étaient pourtant trompeuses, plus que trompeuses.

Merci à Eric Poupet Presse et Communication pour sa confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *