Ce qui nous consume… > Georgia Caldera

PARU LE 15 MAI 2019 AUX EDITIONS J’AI LU POUR ELLE

LIEN D’ACHAT – ICI

Violette, au passé aussi troublé qu’au brillant avenir, vient d’intégrer une école d’art. Elle s’est installée chez sa mère et son nouveau beau-père, puis a fait la connaissance du fils de celui-ci, le solitaire et énigmatique Adam. Après s’être ignorés et déchirés durant des semaines, ils ont trouvé la paix dans les bras l’un de l’autre et se sont déclaré leur amour. Violette doit désormais apprendre à lui faire confiance mais les secrets qui voilent le ténébreux regard d’Adam pèsent sur leur couple. Parviendra-t-il à lui révéler ses démons et à accepter son aide ?


⭐⭐⭐⭐⭐

UNE SUITE A LA HAUTEUR DE MES ATTENTES…

Georgia Caldera a le chic pour m’émouvoir, elle n’écrit pas de simples romances, elle arrivent toujours à défendre des thématiques importantes et elle le fait avec brio.

Cette suite était très attendue étant donné que j’avais adoré le premier opus, Violette et Adam avaient su me séduire et m’attendrir au fil des pages. Leur relation avait quelque chose de tellement libérateur pour eux deux que cela m’a énormément touchée.

On reprend l’histoire là où elle s’est arrêtée à la fin du premier tome, et mon dieu ce fut un soulagement de démarrer la lecture. J’avais un peu peur de découvrir ce que nos héros allaient avoir à traverser.

QUAND L’AMOUR EST UNE FORME DE RÉDEMPTION… 

Violette et Adam sont désormais en couple… C’est une chose nouvelle pour nos deux héros et ils vont devoir apprendre à gérer leur relation. L’amour est une chose merveilleuse qui les unit mais ils vont aller au devant de plusieurs obstacles…

Violette et Adam sont des personnages que j’ai aimé du début à la fin, ils évoluent énormément, ils apprennent de leurs erreurs, ils apprennent aussi à lâcher prise. Cette suite est vraiment prenante, le rythme est pourtant par moment un peu lent, il y a beaucoup de monologue mais personnellement cela ne m’a pas gêné tellement l’intensité des émotions était mise en avant.

Georgia Caldera a vraiment tissé son histoire par étape. J’ai aimé le cheminement du récit, que ce soit au niveau des révélations ou en ce qui concerne la romance très puissante. Nos héros découvrent l’amour, ils découvrent la confiance et des sentiments inédits. Ils composent avec leur perception de toutes ces émotions.

UNE DUOLOGIE INCONTOURNABLE ! 

Je lis beaucoup de romance new adult. Je suis toujours à la recherche de la perle rare, de l’histoire qui saura m’émouvoir et me transmettre de beaux messages. Avec cette duologie, Georgia Caldera a choisi des thèmes percutants, j’ai été touché par le parcours de nos héros, par leur force et de caractère et la manière dont ils ont su se trouver.

Il y a une certaine forme de dépendance dans leur relation, dans le contexte de l’histoire, c’est à mes yeux indispensable. Cela fait partie du processus qui permet à nos héros de traverser des épreuves douloureuses… L’autrice a su mettre en lumière certains sujets avec tact et juste. L’histoire est pleine de sensibilité, elle n’est pas édulcorée, je me suis senti évoluer avec nos héros.

EN BREF : 

[Ce qui nous consume] est un titre tellement parfait pour ce second opus ! Ce fut un vrai bonheur de retrouver Violette et Adam, de vivre avec eux cette histoire d’amour passionnée. Georgia Caldera est une de mes autrices françaises préférées, j’aime sa vision de la vie, sa façon d’aborder des thématiques percutantes sans jamais choisir la facilité. Cette duologie est très émouvante, axée sur les émotions, la sensibilité et la renaissance de nos héros, elle ne manquera pas de vous faire passer un très bon moment de lecture.

A lire si vous aimez… 

  • Si vous avez aimé [Ce qui ne te tue pas…].
  • Les romances à deux voix.
  • Les histoires pleines de sensibilité.
  • Les thématiques percutantes et bien exploitées dans le récit.

« Personne avant lui n’avait jamais pris la peine d’admirer mon corps avec autant d’application et de dévotion…
– Tu es si belle, Violette, souffla-t-il en revenant lentement vers moi. Vraiment parfaite.
Je savais que, selon les standards de beauté actuels, ce n’était pas tout à fait vrai – qui pouvait se targuer de l’être, de toute façon ? Ma poitrine était petite et, même si je n’avais pas à plaindre, étant naturellement mince, et que je me fichais un peu de ce genre de truc, il n’empêche que je manquais de hanches et de fesses pour être pleinement satisfaite de mon allure.
Mais si Adam le disait, alors je voulais bien le croire.
Alors, je me sentais parfaite. »

Je remercie les éditions J’ai Lu pour cette lecture. 

RETROUVEZ MON AVIS SUR LE TOME PRÉCÉDENT

CE QUI NE TE TUE PAS...  

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *