Le rosier de Julia » Frédéric Doillon

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Soudain, elle se ravisa. A toute allure, elle revint vers son rosier, et d’un coup sec, l’arracha de terre. Elle l’enfouit sous son pull et courut vers la voiture.

 

⭐ ⭐ ⭐ ⭐

Après ma lecture, il m’a fallu quelques heures avant de réussir à noter ce que j’avais ressenti, non pas que mon avis est négatif, non, il est tout à fait positif, mais il a fallu que je trouve les mots à mettre sur mon ressenti.

J’ai classé ce livre dans les romans, mais c’est plutôt un conte qu’un roman, un conte très poétique et d’où il ressort une grande douceur. Pas uniquement dans les mots, mais dans l’ambiance général de ce récit qui est surprenant, un récit dont vous ne pourrez deviner la fin. A l’image de la couverture que je trouve très belle, vous allez découvrir un récit qui ne l’est pas moins.

Pour poursuivre un peu sur cette couverture, si au départ on la trouve belle, au fil des pages elle prend une signification à laquelle nous ne penserions pas de prime abord, elle prend tout son sens en cours de lecture, tout comme un rosier prend ses racines dans la terre pour grandir.

Si j’ai adoré ce récit et que malgré tout il n’a pas la note maximale, c’est que forcément quelque part j’ai eu un petit couac. Ce couac, eh bien ce sont les parents de Julia. Je n’ai pas adhérer du tout à son père, à ses réactions, à sa manière d’être tout simplement. Sous prétexte qu’il a une promotion, toute le monde doit le suivre et déménager, mais à quel moment lui, il écoute les souhaits de sa famille ? Ce genre de décision ne se prend pas seul lorsque l’on est père ou mère de famille. La mère c’est un peu la même chose, sauf que elle c’est la suiveuse, celle qui ne dit rien malgré le fait qu’elle n’a pas envie de se retrouver loin de chez elle. Des parents ne doivent-ils pas agir pour le bien-être de leur enfant ? Je ne suis pas à la place de la mère de Julia, mais je sais que dans la même situation, tu prends tes affaires et tu vas où ta promotion te mène, moi je reste ici avec notre fille.

C’est mon seul point noir  dans toute cette palette de couleur. Pour le reste, eh bien j’ai trouvé cette fillette adorable et attachante, qui pour son jeune âge a déjà de belles valeurs bien ancrée en elle.

Une belle couverture, un joli récit rempli de magie, et une plume très poétique et fluide à lire. Un livre à découvrir, un livre qui risque de vous surprendre.


Merci à Frédéric Doillon ainsi qu’au site Simplement.Pro.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *