Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #16/17


Editeur
: Autoédition

Livre : ICI

Dans ce recueil, vous trouverez 17 nouvelles ayant pour thème commun le harcèlement de rue. Parce que nous l’avons déjà vécu et qu’il est toujours mieux d’en parler, de montrer à quel point ça peut arriver à n’importe qui, et ce, peu importe la manière dont on est habillé, peu importe la saison, l’heure, ou encore ce que nous sommes en train de faire. Comme une boite de chocolats, découvrez des histoires diverses dans la forme et dans le fond. Certaines vous révolteront quand d’autres parviendront à vous faire sourire et à vous redonner de l’espoir.

Nouvelle #16 » Quatre fois maudit-e de Elie Bouët

Honnêtement, ce récit m’a tellement marqué, que je ne sais même pas quoi en dire, j’ai terminé ma lecture dans un état pas possible !

Quatre fois maudit-e, c’est une quête d’identité, mais comment se définir lorsque les autres pensent le faire si bien à notre place ? Les autres savent toujours mieux que nous-même qui nous sommes, alors que qui mieux que nous pour le dire ? Et encore, c’est parfois compliqué, nous nous posons certaines questions, encore faut-il que ce soient les bonnes !

C’est un récit prenant à lire, mais également très dur je trouve, malgré tout, il est réaliste et cela fait d’autant plus mal de le lire. Je trouve que c’est un texte percutant, qui ne peut laisser insensible. Je vais être franche avec vous, les mots que j’ai employé ici ne sont pas à la hauteur de mon ressenti, pas à la hauteur du récit, pas à la hauteur du tout. Mais que dire tout en restant posée ? Si je dois utiliser les mots que je trouve plus logiques, je vais passer pour une je-ne-sais-pas-trop-quoi, mais je finirai malgré tout posément en disant que ce serait bien que les gens ne tentent pas de classer les autres dans des catégories, que ce soit physique ou sexuel, ou autre chose, qui êtes-vous pour dire qui est une autre personne ?


Elie Bouët

J’ai la trentaine, je vis à Agen. J’ai eu un parcours particulier : on m’a expulsé du lycée ; j’ai passé mon bac en candidat libre ; j’ai essayé plusieurs facs, où je m’ennuyais à mourir ; et j’ai fini par trouver du travail, dans le domaine de l’autisme, après mon propre diagnostic. L’écriture a toujours été là, en exutoire.


Elie Bouët en 5 questions

Tout d’abord, je tiens à te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions.
Le principe est simple, pour chacun des auteurs de ce recueil, je vais poser cinq questions, chaque fois les mêmes. Pas besoin de faire un roman pour les réponses, quelques mots suffisent souvent à dire beaucoup de choses.

Pourquoi avoir décidé de participer à ce recueil contre le harcèlement de rue ?

Pour y faire entendre un peu plus que ce qu’on entend déjà.

Qu’espères-tu comme réaction de la part des lecteurs face à ce recueil ?

Je vais citer Finley Peter Dunne : « to comfort the afflicted and afflict the confortable ». Ce n’est pas du tout ce que lui voulait dire, mais pour moi, il s’agit de faire du bien aux personnes qui ont la vie dure dans notre monde, et de bousculer celles qui y ont une position un peu trop confortable.

Crois-tu que ce recueil aura un impact sur la manière d’agir des gens ?

S’il peut amorcer un questionnement chez un-e lecteur-ice, ce sera déjà quelque chose.

Quelle serait, selon toi, la solution pour venir à bout du harcèlement, et ce, peu importe la forme qu’il prend ?

Haha ! Renverser le soi-disant « ordre naturel ».

Que ce soit à la victime ou au harceleur, quel message voudrais-tu leur faire passer ?

Un message qui vaudrait pour les deux ? Alors, je vais reprendre Assata Shakur : « personne, dans le monde ou dans l’histoire, n’a jamais gagné sa liberté en faisant appel au sens moral de ses oppresseurs ». Autrement dit, il finit par venir un temps, si l’injustice perdure, où des méthodes plus radicales sont légitimes et nécessaires…

Eh bien voilà, c’est terminé, encore une fois je te remercie d’avoir pris un peu de ton temps pour répondre à mes questions.

Si tu as autre chose à dire, ce petit moment est pour toi, que cela concerne le recueil ou pas peu importe, tu peux dire ce que tu veux sans aucune censure de ma part.

Merci pour votre lecture !

Pour suivre Elie Bouët :
Facebook

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

2 commentaires sur “Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #16/17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *