Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #14/17

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Dans ce recueil, vous trouverez 17 nouvelles ayant pour thème commun le harcèlement de rue. Parce que nous l’avons déjà vécu et qu’il est toujours mieux d’en parler, de montrer à quel point ça peut arriver à n’importe qui, et ce, peu importe la manière dont on est habillé, peu importe la saison, l’heure, ou encore ce que nous sommes en train de faire. Comme une boite de chocolats, découvrez des histoires diverses dans la forme et dans le fond. Certaines vous révolteront quand d’autres parviendront à vous faire sourire et à vous redonner de l’espoir.

Nouvelle #14 » Panique de Carine Petit

Ce récit de Carine Petit nous montre encore une fois que la plupart du temps, même si un harcèlement se passe devant nos yeux, peu de gens vont se bouger pour y mettre fin, c’est malheureusement du « chacun pour sa gueule » comme le dit l’expression.

Pauline, le harcèlement, elle connaît malheureusement, elle en a été victime à de nombreuses reprises, encore maintenant sur ce lieu de travail. Sous prétexte qu’elle est une femme, il faut qu’elle se mette en valeur pour que les contrats soient signés avant le départ du client. Normal comme comportement de la part d’un employeur ?

Durant sa pause de midi, elle va rencontrer encore un nouvel énergumène qui va aller jusqu’à la suivre, et carrément passer à l’acte. Qui a réagi ? Personne !!! Alors qu’il y avait du monde, une seule personne est intervenue , vous trouvez cela normal ?

Cette histoire aurait pu mal se terminer, mais si elle raconte ce qui lui est arrivé, qui va la croire, qui va vouloir l’aider par la suite ?


Carine Petit

Carine, la quarantaine depuis peu, mariée, 3 enfants. Je suis une Stéphanoise venue vivre en région parisienne en 2000 pour découvrir la ville qui me faisait rêver : Paris. Je suis correctrice-relectrice, de manuscrits principalement, en freelance. Je n’ai qu’un Bac STT (mauvaise orientation à l’époque) en poche, mais des expériences qui ne font que m’enrichir intérieurement, et des formations qui m’ont permis une totale reconversion ces dernières années ! J’aime écrire (j’écris depuis 2004), lire, lire et lire (même si ces derniers mois, je manque de temps) ! J’essaie de suivre aussi quelques séries télé quand j’ai un peu de temps…


Carine Petit en 5 questions

Tout d’abord, je tiens à te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions.
Le principe est simple, pour chacun des auteurs de ce recueil, je vais poser cinq questions, chaque fois les mêmes. Pas besoin de faire un roman pour les réponses, quelques mots suffisent souvent à dire beaucoup de choses.

Pourquoi avoir décidé de participer à ce recueil contre le harcèlement de rue ?

C’est une situation qui me touche de près et de loin. Voir et vivre des moments de harcèlement où l’on se sent seule et démunie, c’est oppressant et l’on n’a plus trop envie de croire en la bonté des gens qui croisent notre route… Cela faisait un moment que je voulais me confronter à l’écriture sur ce thème, et ce recueil en fut l’occasion.

Qu’espères-tu comme réaction de la part des lecteurs face à ce recueil ?

De la compréhension, de la compassion, ressentir la détresse, l’humiliation, la peur que les auteurs ont voulu faire passer, réussir à se transposer dans la situation, et se dire « bon sang, ça peut arriver à n’importe qui, même à moi, et que ferait-on pour moi, que ferais-je pour les autres ? »

Crois-tu que ce recueil aura un impact sur la manière d’agir des gens ?

Forcément. Peut-être pas avec toutes les nouvelles, mais justement il y a un nombre suffisant de différents cas évoqués dans ce recueil pour que chacun se sente touché au moins une fois et ait un sentiment de déjà-vécu ou de déjà-vu.

Quelle serait, selon toi, la solution pour venir à bout du harcèlement, et ce, peu importe la forme qu’il prend ?

Question difficile… Déjà, que les parents fassent prendre conscience à leurs enfants de ce qu’est le harcèlement. Déjà à la maternelle, cela peut commencer. Notre propre enfant peut être un harceleur. Il faut rester à l’écoute de ce qu’il dit, et faire attention à ses gestes. Et lui expliquer les choses. Peu importe son âge. Et surtout, je mets un point d’honneur là-dessus car peu de parents le font apparemment, renverser la situation et expliquer à l’enfant qu’il peut être dans la peau du harcelé à n’importe quel moment de sa vie. Comment va-t-il réagir ? supporter tout ça ? Est-ce juste qu’on s’en prenne à lui comme ça ? Non ? Alors, ne le fais pas toi-même aux autres.
Il faut toujours se mettre à la place des autres. Ca nous évite de faire et dire des conneries.
Ma phrase depuis l’adolescence : Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse.

Que ce soit à la victime ou au harceleur, quel message voudrais-tu leur faire passer ?

À la victime : n’hésite jamais à en parler autour de toi, ne t’enferme surtout pas dans l’engrenage de la peur.
Au harceleur : Mets-toi à la place de ta victime avant de passer à l’acte. Quel est ton sentiment ? Tu aimerais vraiment que quelqu’un s’en prenne à toi comme ça un jour ? Et ne dis pas « jamais ». On ne peut pas être sûr des événements futurs.

Eh bien voilà, c’est terminé, encore une fois je te remercie d’avoir prit un peu de ton temps pour répondre à mes questions.

Pour suivre Carine Petit :
Amazon - Facebook

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Un commentaire sur “Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #14/17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *