Premières lignes #69

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

*[ALEX, PEUT-ETRE] de JENN BENNETT à paraître aux éditions HUGO NEW WAY.

*[C’EST TOI LE CHAT] de LAURA TROMPETTE paru aux éditions J’AI LU.

 

Fan absolue de cinéma, Bailey Ridell a passé son année de lycée à discuter en ligne ave Alex, un geek également passionné des salles obscures. Et peut-être aussi à craquer un peu pour lui… Mais alors qu’elle s’apprête à le rencontrer, elle commence à paniquer. Et si c’était un pervers qui se cachait derrière son écran ? Ou tout simplement une déception dans la vraie vie ?

Dans le petit musée local où elle s’est dégoté un boulot pour l’été, elle se rapproche de Porter, un mystérieux surfer un brin impertinent. Mais avant de décider avec qui elle pourrait partager une belle histoire, Bailey veut découvrir qui est Alex. Elle va donc remonter sa piste pour le retrouver. Tandis que la vérité se dévoile, Bailey devra assumer celle qu’elle est vraiment et faire un choix. Alex, peut-être ?

Premières lignes

Ça pourrait être n’importe lequel d’entre eux.
Après tout, je ne sais pas à quoi ressemble Alex. Je ne suis même pas sûre que ce soit son vrai nom. Ça fait des mois qu’on chatte, alors je sais le principal : il est malin, gentil et drôle, et on va tous les deux entrer en terminale. On partage une vraie passion pour les films classiques. On aime tous les deux être seuls.
Si c’était là nos uniques points communs, je ne paniquerais pas tant que ça. Sauf qu’Alex habite dans la ville de mon père, et ça rend les choses… compliquées.

Un chat abandonné. Un chef cuisinier veuf et père. Une petite fille singulière. Une femme sous emprise. Lorsque quatre vies tourmentées entrent en collision, n’est-ce pas un signe du destin ? A six mains et huit pattes, seront-ils plus forts ? Chahutés mais jamais vaincus, nos héros prouvent que rien n’est immuable tant que l’on est vivant.

Premières lignes

Quelle odeur nauséabonde. Un mélange de litière mal entretenue, de chaussettes sales et de souris morte. Si j’avais su que j’atterrirais dans cet endroit crade et bondé, je me serais abstenu de faire ma toilette à la maison. Beurk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *