Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #13/17

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Dans ce recueil, vous trouverez 17 nouvelles ayant pour thème commun le harcèlement de rue. Parce que nous l’avons déjà vécu et qu’il est toujours mieux d’en parler, de montrer à quel point ça peut arriver à n’importe qui, et ce, peu importe la manière dont on est habillé, peu importe la saison, l’heure, ou encore ce que nous sommes en train de faire. Comme une boite de chocolats, découvrez des histoires diverses dans la forme et dans le fond. Certaines vous révolteront quand d’autres parviendront à vous faire sourire et à vous redonner de l’espoir.

Nouvelle #13 » Affamé de Laetitia Mahy

Nous voilà déjà à la treizième nouvelle de ce recueil sur le harcèlement, et c’est une auteure de chez moi, mais également de mon lieu de naissance que je découvre.

La nouvelle écrite par Laetitia Mahy, je pense que pas mal de monde l’a vécue, si vous êtes encore dans les années d’école, peut-être d’ailleurs êtes-vous en train de la vivre. La morale de ce récit, pourrait être qu’avant de juger il faut discuter, que le dialogue peut aider à ce que certaines situations puissent être évitées.

L’effet boule de neige est au centre de ce récit, d’un jugement au départ, cela a engendré comme conséquence principale la peur pour elle, l’esprit de chasseur pour lui. Alors que s’ils avaient parlé dès le départ, toute cette souffrance aurait pu être évitée.

Cette histoire est la plus longue du recueil, elle fait 40 pages, et honnêtement je ne les ai pas vue défiler. J’ai aimé le fait que l’on puisse avoir les deux points de vue, bourreau et victime, j’ai trouvé que cela permettait de réellement comprendre les ressentis, les émotions de chacun d’eux.


Laetitia Mahy

Je suis une jeune auteure belge de 27 ans. J’ai toujours aimé lire et été passionnée par les arts, la culture, la littérature. De ce fait, c’est vers un cursus de lettres que je me suis orientée et je suis diplômée d’un bachelier en communication. J’ai écrit des articles dans un journal universitaire durant mes études, mais j’écris depuis que je suis enfant. J’ai commencé par des histoires courtes, inspirées d’une image, d’un thème pour finir par développer aussi bien des nouvelles que des romans.
Comme je suis également une passionnée de voyages, j’aime plonger mes personnages dans des décors et des villes différentes. Je veux que le lecteur voyage avec moi. Mais je tends à écrire des histoires qui se veulent réalistes et j’attache la plus grande importance au réalisme et à l’identification possibles à mes personnages par le lecteur. Pour moi, la lecture est un voyage et l’écriture est un mode de transport vers ce voyage.


Laetitia Mahy en 5 questions

Tout d’abord, je tiens à te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions.
Le principe est simple, pour chacun des auteurs de ce recueil, je vais poser cinq questions, chaque fois les mêmes. Pas besoin de faire un roman pour les réponses, quelques mots suffisent souvent à dire beaucoup de choses.

Pourquoi avoir décidé de participer à ce recueil contre le harcèlement de rue ?

C’est par Wattpad que l’on m’a informé du projet et proposé d’y participer et, en voyant le thème, cela m’a de suite donné envie de participer. C’est un sujet important, complexe et compliqué, ce n’est pas facile de mettre des mots sur ce thème. Je l’ai pris comme un nouveau défi à relever, une manière de peut-être éveillé des consciences et d’écrire quelque chose de différent.

Qu’espères-tu comme réaction de la part des lecteurs face à ce recueil ?

J’espère que cela éveillera les consciences. Les réactions peuvent être diverses. Ce n’est pas une lecture facile, dont on va dévorer les pages et se dire « encore ». Le but était de toucher un maximum de personnes, d’ouvrir un débat sur un sujet encore bien trop souvent tabou. Ce n’est pas toujours facile à lire, c’est même parfois douloureux, ou malaisant. Mais, au final, peu importe la réaction qu’il engendre, l’important c’est qu’il ait suscité une réaction, une émotion, un sentiment au terme de sa lecture.

Crois-tu que ce recueil aura un impact sur la manière d’agir des gens ?

Je ne sais pas, j’espère juste qu’il entraînera une réflexion de la part des lecteurs surtout. Peut-être que cela aidera les victimes à oser faire entendre leurs voix, peut-être aussi que certains se rendront compte que ce qu’ils font relèvent d’une forme d’harcèlement et arrêteront.

Quelle serait, selon toi, la solution pour venir à bout du harcèlement, et ce, peu importe la forme qu’il prend ?

Je ne sais pas s’il existe vraiment une solution concrète et qui pourrait convenir en tout temps mais je crois que les choses pourraient s’améliorer si on en parlait davantage, s’il y avait de vraies punitions pour les harceleurs. Si l’on voit que l’on encoure quelque chose de grave, peut être que certains réfléchiraient davantage à ce qu’ils font subir aux autres. D’autres parts, je pense qu’au niveau système scolaire, il serait vraiment intéressant de mettre en place une sorte de programme pour ouvrir le débat et entraîner une réflexion sur ce thème. Cela peut sembler ennuyeux mais, même chez les jeunes, ce problème fait des ravages. Je reste convaincue que certains harceleurs n’ont pas conscience d’en être et de vraiment blesser autrui.

Que ce soit à la victime ou au harceleur, quel message voudrais-tu leur faire passer ?

Je voudrais dire aux victimes que malheureusement elles ne sont pas seules mais que la parole d’une seule pourrait libérer d’un poids celle de toutes les autres. Parler c’est un premier pas. Quant aux harceleurs, j’ai envie de leur dire qu’on sait que s’ils font ça, c’est parce qu’il y a quelque chose derrière. Les gens ne font jamais rien « comme ça ». Mais ce n’est pas parce qu’ils vont mal ou que quelque chose ne va pas, qu’ils doivent faire subir cela aux autres. Si eux aussi libéraient leurs paroles, les choses iraient mieux. Si seulement, on communiquait davantage !

Eh bien voilà, c’est terminé, encore une fois je te remercie d’avoir pris un peu de ton temps pour répondre à mes questions.

Si tu as autre chose à dire, ce petit moment est pour toi, que cela concerne le recueil ou pas peu importe, tu peux dire ce que tu veux sans aucune censure de ma part.

Je voulais remercier Sandra et Charlotte pour l’élaboration de ce recueil. C’est ma première publication et je suis vraiment très fière d’avoir pris part à cette aventure !

Pour suivre Laetitia Mahy :
Facebook - Wattpad - Instagram - Twitter

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

5 commentaires sur “Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #13/17

  1. Merci pour ton avis, ton article, tu as vraiment bien su cerner le message que je voulais faire passer dans cette nouvelle et je suis ravie que sa lecture t’ait été agréable malgré ce sujet sensible 🙂

    1. C’est un bonheur pour moi de mettre chaque semaine un auteur en avant, je trouve cela beaucoup plus enrichissant que de faire un avis global. Cela permet également de donner la paroles aux 17 auteurs du recueil.
      Oh oui oui je confirme que malgré le thème central du harcèlement, Affamé est clairement une de celles que j’ai préférée, si je peux m’exprimer de cette manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *