Ne t’enfuis plus > Harlan Coben

PARU AUX EDITIONS FRANCE LOISIRS

LIEN D’ACHAT – ICI

Votre fille a fugué avec un garçon peu fréquentable.
Vous ne l’avez pas vue depuis six mois. Et là, vous la retrouvez dans Central Park jouant de la guitare. Mais ce n’est plus la jeune fille pétillante que vous avez élevée.
Vous l’approchez et lui demandez de rentrer à la maison.
Elle se met à courir. Vous la suivez.
Quel autre choix avez-vous ?
Bienvenue dans l’enfer de Simon …


⭐⭐⭐⭐

UN RÉCIT HALETANT ! 

Si vous me connaissez, vous savez que je lis très peu de thrillers, et pourtant à chaque fois que je m’essaye à ce genre, je suis souvent conquise ! [Ne t’enfuis plus] est le premier roman d’Harlan Coben que je lis. J’ai vu la saga [Safe] mais je ne suis pas sûre que cela compte, même si j’ai adoré celle-ci !

Je partais plutôt confiante en débutant le livre et pour cause, la réputation d’Harlan Coben n’est plus à faire et je prenais peu de risques en choisissant cet auteur 🙂

J’ai passé un très bon moment avec cette histoire qui n’a eu de cesse de me surprendre au fil des pages.

DES PERSONNAGES INTÉRESSANTS AVEC UNE PSYCHOLOGIE FINE…

Le résumé ne laisse transparaître que quelques éléments concernant les personnages. J’ai été soufflée par les liens entre les nombreux protagonistes. Autant vous dire que les révélations sont déroutantes et donnent une dimension particulière à l’histoire.

Simon a tout pour être heureux, un beau mariage, trois enfants, une vie parfaite à New York, jusqu’à ce que sa fille Paige fugue. A l’âge de 21 ans, elle est tombée sous l’emprise d’un voyou. Simon n’a pas baissé les bras, il la cherche sans répit. Et puis un jour il la retrouve à Central Park faisant la manche en chantant. Mais Simon n’avait pas prévu qu’elle s’enfuirait en le voyant. C’est alors le début d’une quête infernale qui va soulever bien des secrets que personne n’avait anticipé.

Harlan Coben nous dresse le portrait d’une famille bien sous tout rapport. Mais les révélations les concernant vont ébranler les lecteurs, j’ai particulièrement aimé l’évolution des personnages, le voile se lève sur eux. On prend la pleine mesure de l’histoire sans être préparé au dénouement final.

J’ai pris plaisir à essayer de comprendre les protagonistes. Leur psychologie est vraiment bien exploitée, il n’y a pas de détails insignifiants, tout sert l’intrigue.

UNE INTRIGUE SOUS HAUTE TENSION… DES RÉVÉLATIONS DE TAILLE ET UN ENVIRONNEMENT CAPTIVANT ! 

Le scénario de ce roman est intelligent, l’intrigue est surprenante et plus pages défilent plus l’étau se resserre. Harlan Coben explore des thèmes captivants, les mets en scène avec brio dans une intrigue sous haute tension.

Sa plume est très imagée, je me suis totalement sentie investie dans l’histoire. J’étais fidèlement au côté de Simon, prête à découvrir le fin mot de l’intrigue. Et jusqu’à la dernière page, j’ai retenu mon souffle.

Cette première expérience avec Harlan Coben est une totale réussite, on sent son aisance à élaborer des intrigues complexes qui soulèvent des thématiques moderne et d’actualité. Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne cette tournure, en fait je ne savais pas à quelle sauce j’allais être mangé, et être dans l’ignorance ça a du bon !

EN BREF : 

Laissez-vous entraîner dans cette course poursuite pavée d’obstacles et de révélations de taille. Harlan Coben a su me tenir en haleine jusqu’au bout et je ne regrette pas d’avoir tenté l’aventure.


– Si je lui donnais de l’argent pour la faire taire ?
Et la fille ricana :
– C’est John Lennon qu’on assassine une seconde fois.
Certains passants jetaient des pièces dans l’étui de la guitare, mais la plupart restaient à distance ou s’écartaient en grimaçant, comme s’ils avaient capté des effluves peu ragoûtants.
Simon, lui, écoutait de toutes ses oreilles. Espérant trouver un semblant de beauté dans la mélodie, la chanson, les paroles, l’interprétation.
C’est à peine s’il remarquait les touristes, leurs guides, l’homme sans chemise (hélas) qui vendait des bouteilles d’eau à un dollar, ou le gringalet avec un bouc qui racontait des blagues pour un dollar (« Promo du jour : 6 blagues pour 5 dollars »). Il ne vit pas non plus la vieille Asiatique qui brûlait de l’encens en guise de vague hommage à John Lennon, ni les joggeurs, ni les gens sortis promener leurs chiens, ni ceux qui se faisaient bronzer sur la pelouse.
Mais il n’y avait aucune beauté dans la musique. Aucune.
Simon fixait des yeux la mendiante qui massacrait l’héritage de John Lennon. Les cheveux emmêlés, les joues creuses, elle était maigre comme un clou, sale, en haillons, cassée, perdue, sans toit ni loi.
C’était aussi sa fille Paige.

Je remercie les éditions France Loisirs pour cette lecture. 

Un commentaire sur « Ne t’enfuis plus > Harlan Coben »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *