La liturgie des anges #2 – Le tombeau de l’humanité » Alex Parker

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

« Hacker multimillionnaire déchu, Ted Smith n’a plus rien du fantôme qu’il désirait par-dessus tout rester. Désormais connu de la DIA, il vogue en compagnie de l’énigmatique Hicks sur une mer de doutes, un océan de pourquoi. Le décès de Lana vient de briser sa vie, qui n’est plus à ses yeux qu’une ombre vouée au néant.Les échecs, les victoires… tout cela a-t-il encore sens, une vérité ? Et qui est donc cet Aaron Green, sur lequel leurs pouvoirs n’ont pas prise ? Ted n’ignore plus qu’il est « différent », qu’un rôle lui a été attribué… Mais par qui, et surtout dans quel but ? « Il va se produire quelque chose d’exceptionnel pour toi, tu vas vers de grands desseins, et ceux-là toucheront la planète dans sa globalité. » Ces mots qui le hantent depuis toujours risquent bien de se révéler prophétiques… »

 

⭐ ⭐ ⭐ ⭐ ⭐

Cela fait maintenant un moment, je vous ai parlé du premier tome de La liturgie des anges, je vous avais souligné le fait que j’avais eu du mal avec certains termes utilisés par Alex Parker, termes qui m’obligeaient à me diriger vers un dico. En débutant le second tome, c’est vrai que j’avais une petite appréhension à ce niveau, appréhension bien vite envolée d’ailleurs. J’ai trouvé ce second tome beaucoup plus abordable à ce niveau, même si j’aime apprendre de nouvelles choses, ce n’est pas forcément simple de passer de son livre à un dico, et revenir à son livre pour poursuivre. Donc, franchement, merci à l’auteur d’avoir rendu cet opus beaucoup plus abordable.

Cette fois encore, ce que j’ai apprécié, c’est que ce ne soit pas une simple lecture, oh que non, nous en sommes d’ailleurs loin. A travers ce tome, et le précédent, l’auteur nous fait nous poser énormément de question sur l’avenir du monde, sur ce que nous allons devenir, ou pas, dans le futur. Franchement ? Cela fait flipper un max, mais sommes-nous réellement étranger à l’évolution de l’humanité ? N’est-ce pas un peu simple de toujours mettre la faute sur les autres ?

Cette couverture, on en parle ou pas ? Si j’étais déjà fan de la première, celle-ci je suis carrément fans également, et honnêtement, je VEUX les livres papier dans ma bibliothèque, non pas pour faire joli parmi mes autres livres, mais bien pour y être mis encore plus en avant, bien en place devant les autres, pour qu’au moment où l’on regarde ma bibliothèque, on ne puisse pas ne pas les voir. C’était la petite parenthèse #découvremafolie :-p

Revenons-en à ce récit, encore un peu quand même, je ne vais pas juste vous dire que j’adore la couverture et que le vocabulaire est plus abordable !!!

J’ai trouvé ce tome beaucoup plus dans le style science-fiction, pour mon plus grand plaisir car j’adore ce genre littéraire, mais là encore, l’auteur ne force pas, et pour moi en tout cas, même les personnes n’étant pas forcément fan de ce genre, ne pourront qu’aimer se plonger dans l’univers de l’auteur. Malgré tout, je trouve que le ton que donne Alex est très réaliste, à se carrément se demander si nous sommes dans une fiction où dans un monde réel. Je trouve que c’est assez perturbant, mais tellement bon à lire !

J’ai ressenti le travail en amont effectué par l’auteur, on sent réellement qu’il maîtrise son récit du début à la fin. D’après moi, il n’y a aucune fausse note, ce tome est juste parfait. Que ce soit au niveau de l’intrigue, des personnages, du rythme, des rebondissements, honnêtement, je ne vois absolument rien qui pourrait être considéré comme « négatif », j’ ai bien réfléchi pourtant, mais rien ne m’a sauté aux yeux.

Que vous soyez ou pas amateurs de SF, je vous conseille de lire ces deux tomes, peut-être (comme moi) aurez-vous un peu de mal avec certains termes du premier tome, mais ne vous arrêtez pas à cela ! Vous serez vous aussi pris dans l’histoire, pris dans les réflexions, et vous allez adorer cela, adorer l’effet que cela aura sur vous. C’est simplement impensable qu’il en soit autrement !!!

Qu’est-ce qu’exister, sinon une longue marche entre deux soleils ? Etre présent, être absent, cela a-t-il encore un sens à mes yeux ? En homme providentiel, un inconnu arrive à point nommé. Serait-il le chaînon manquant de l’histoire ?

Merci à Alex Parker pour sa confiance.

Retrouvez mon avis sur le premier opus :
L'idiosyncrasie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *