Des auteurs auto-édités se mobilisent contre le harcèlement de rue – Nouvelle #10/17

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Dans ce recueil, vous trouverez 17 nouvelles ayant pour thème commun le harcèlement de rue. Parce que nous l’avons déjà vécu et qu’il est toujours mieux d’en parler, de montrer à quel point ça peut arriver à n’importe qui, et ce, peu importe la manière dont on est habillé, peu importe la saison, l’heure, ou encore ce que nous sommes en train de faire. Comme une boite de chocolats, découvrez des histoires diverses dans la forme et dans le fond. Certaines vous révolteront quand d’autres parviendront à vous faire sourire et à vous redonner de l’espoir.

Nouvelle #10 » Le bar de l’angoisse de Joëlle Laurencin

Durant une période de ma vie j’ai travaillé comme barmaid, des énergumènes comme nous en rencontrons un ici, j’en ai connu. Heureusement pour moi, pas à cette extrême !

Ici nous passons d’un simple harcèlement de comptoir, simple si je peux m’exprimer ainsi, à un comportement carrément flippant incluant des menaces. Dans un cas pareil c’est vrai qu’il vaut mieux en parler, même si on pense pouvoir gérer, à ce stade, mieux vaut ne pas être seule à affronter ce genre de comportement.

Joëlle Laurencin pousse vraiment loin dans son récit, pourtant rien ne m’a semblé exagéré, finalement des individus de ce genre sont tellement imprévisibles que tout cela reste plausible. Franchement ça fait peur, mais la réalité des choses est parfois tellement atroce !

L’auteure nous montre bien que peu importe le niveau de harcèlement, mieux vaut en parler, ne pas rester seul car cela peut avoir des conséquences catastrophiques.


Joëlle Laurencin

Joëlle Laurencin est née le 10 avril 1980 à Sète, dans l’Hérault.
Elle a commencé dès son adolescence à écrire, en amateur, de nombreuses histoires, sans penser qu’un jour son rêve d’être publiée serait réalisé.
Vivant dans le Sud-Ouest avec son mari et ses enfants, elle continue sans cesse d’écrire des histoires aussi différentes les unes des autres, toujours aussi passionnée qu’à ses débuts.

Joëlle Laurencin en 5 questions

Tout d’abord, je tiens à te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions.
Le principe est simple, pour chacun des auteurs de ce recueil, je vais poser cinq questions, chaque fois les mêmes. Pas besoin de faire un roman pour les réponses, quelques mots suffisent souvent à dire beaucoup de choses.

Pourquoi avoir décidé de participer à ce recueil contre le harcèlement de rue ?
J’ai décidé d’y participer parce que c’est un sujet de société qui me touche.

Qu’espères-tu comme réaction de la part des lecteurs face à ce recueil ?
J’espère que les lecteurs se rendront compte de la réalité des choses. Je veux dire par là, qu’il y a de multiples façons d’être harcelé, souvent cela peut virer au drame, malheureusement.

Crois-tu que ce recueil aura un impact sur la manière d’agir des gens ?
Je l’espère du fond du cœur. Quelquefois, il suffit de peu pour faire avancer les choses.

Quelle serait, selon toi, la solution pour venir à bout du harcèlement, et ce, peu importe la forme qu’il prend ?
Sans doute, faudrait-il appliquer la tolérance Zéro vis-à-vis des harceleurs, afin qu’ils ne puissent plus jamais faire de mal à autrui.

Que ce soit à la victime ou au harceleur, quel message voudrais-tu leur faire passer ?
Si je devais m’adresser à la victime, je lui dirais ceci ; tiens bon, quelque soit ce que tu endures, tu n’es pas seul. Un jour, tout finira par s’arranger. Courage et ne renonce jamais.

Eh bien voilà, c’est terminé, encore une fois je te remercie d’avoir prit un peu de ton temps pour répondre à mes questions.

Si tu as autre chose à dire, ce petit moment est pour toi, que cela concerne le recueil ou pas peu importe, tu peux dire ce que tu veux sans aucune censure de ma part.

J’aimerais tout d’abord te remercier pour cette interview très sympathique, dans un second temps, j’aimerais ajouter ceci: le harcèlement sous toutes ses formes existe. Que l’on soit une femme, ou bien un homme, chacun de nous peut y être confronté un jour. Ne laissons pas les tabous et les préjugés nous séparer, mais soyons unis dans un même combat. Le harcèlement doit cesser. Je ne sais pas si les lecteurs comprendront le message que j’ai tenté de faire passer, mais merci de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer.

Pour suivre Joëlle Laurencin :
Facebook - Amazon

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *