Sur l’écorchure de tes mots > Pascaline Nolot

PARU LE 20 FÉVRIER 2019 AUX EDITIONS DU CHAT NOIR

LIEN D’ACHAT – ICI

Emma, 18 ans, est une fille d’encre et de lettres. Barricadée chez elle, elle partage la totalité de son temps entre ses romans et son blog, Mots écorchés, sur lequel elle exprime son mal-être à travers citations et poèmes. Sid, 17 ans, est son exact opposé. Les mots, les livres, il n’aime pas. Être enfermé dans un quelconque foyer ou rangé dans une case bien déterminée, il déteste. Lui, préfère l’action à la contemplation, la débrouille à la dépression. Les deux adolescents n’ont rien en commun, si ce n’est le lien du sang et l’accident qui a changé à jamais leur double destinée. Car Emma et Sid sont frère et soeur et ne se sont pas revus depuis plusieurs années. Un jour, l’existence croise à nouveau leurs chemins pour leur offrir une seconde chance.


⭐⭐,5

UN ROMAN QUI AVAIT TOUT POUR ME PLAIRE…

C’est toujours difficile d’écrire un avis mitigé, j’ai terminé ce livre depuis plus d’une semaine, mais il m’a fallu du temps pour bien analyser mon ressenti. J’ai lu ce livre en quelques heures, on peut dire que je l’ai dévoré et que la plume de l’autrice m’a plu. Il y a de nombreux aspects que j’ai aimé, hélas mon sentiment final est plus que mitigé.

Pascaline Nolot aborde des thèmes percutants, la trame du récit est profondément dramatique, et hélas je me suis noyée dans la noirceur de l’histoire.

Je vais essayer de vous expliquer pourquoi je suis passé à côté de cette histoire qui avait tout pour m’émouvoir.

DEUX PERSONNAGES RONGES PAR LE CYNISME ! 

En terminant le récit, j’étais un peu soulagée… Soulagée de quitter nos deux héros que j’ai trouvé bien trop cyniques et rongés par leurs sombres idées.

Je voulais vraiment apprécier Emma et Sid. Au départ, j’ai compris que j’allais devoir me mettre à leur place pour comprendre leur personnalité. Au fil du récit, on découvre vraiment ce que nos héros ont vécu et ce qui les a séparés. Un terrible accident a mis fin à une belle complicité, Emma et Sid n’ont qu’un an d’écart et ils avaient une belle relation fraternelle. Je me suis délectée des passages dans le passé qui ont apportés de la lumière dans les ténèbres qui peuplent cette histoire.

Emma a vécu l’enfer… Un accident terrible qui a mis fin à celle qu’elle était à 12 ans. Six ans plus tard, Emma se terre chez elle, déambule sur son blog où elle se livre sans concession à travers des textes personnels et des citations qui reflètent ses états d’âmes. Cet aspect de l’histoire est très intéressante, bien que très douloureuse à lire. Emma n’est plus que l’ombre d’elle-même. Enfermée dans une sombre existence qu’elle peine à supporter. J’ai eu du mal à m’attacher à elle, malgré le drame qu’elle a vécu, son attitude m’a perturbée. Elle est amère, presque méchante parfois, elle est cynique au possible. Du coup, je voulais ressentir de l’empathie pour elle, pour la terrible épreuve qu’elle a dû traverser et qu’elle traverse encore mais hélas je me suis sentie détachée…

Sid a dix-sept ans, totalement dans l’autodestruction, il ère dans une vie dénuée de sens. Sid est plein de violence à peine contenue. L’accident de sa sœur a bouleversé son univers le menant à la dérive. Sid n’a que peu de choses pour exister, sa famille a littéralement explosée suite à l’accident d’Emma. Il a eu du mal à trouver sa place étant livré à lui-même. Sid a eu plus de faveur de ma part, je l’ai trouvé très intéressant malgré son manque de sensibilité et de tact. Je sais qu’il est jeune et un peu perdu… mais cela n’excuse en rien son attitude déplorable envers son entourage. Mon sentiment aigre s’est dissipé au fil des pages car Sid se livre beaucoup et on comprend totalement ce qu’il a vécu. Sa personnalité reste particulière et je n’ai pas pu cautionner sa façon de voir Emma jusqu’au bout. Il y a par contre une révélation le concernant qui m’a surprise.

Les personnages secondaires sont très intéressants et relèvent les émotions dans l’histoire.

UNE INTRIGUE OPPRESSANTE ET BEAUCOUP TROP PESSIMISTE ! 

Quand j’ai découvert le résumé, je m’attendais à des retrouvailles rédemptrices et solaires… Il n’en fut rien ! Hélas, au fil des pages, mon enthousiasme s’est évaporé malgré l’addictivité de l’histoire.

Je suis septique car le roman s’adresse à un public de jeunes lecteurs et je me demande encore quel genre de message cela peut leur transmettre… Cette histoire m’a dérangée à vrai dire. Dérangée parce qu’elle n’a pas une once de lumière, j’aime les drames, j’aime les récits avec une trame dramatique du moment qu’il y a un certain équilibre dans les émotions. Ici, j’ai ressenti l’oppression, de la colère et de l’incompréhension face au dénouement de l’histoire.

Je suis donc perplexe face à cette histoire qui avait énormément de potentiel mais à mes yeux c’est un acte manqué. Je n’ai pas saisi l’essence de ce récit, pas aimé le mal être que j’ai ressenti lors de ma lecture, et ce jusqu’à la toute fin de l’histoire.

Il y a quelque chose qui m’a profondément choquée, c’est la manière dont Emma est décrite. J’ai bien conscience que son accident a laissé des séquelles physiques, mais qu’elle soit considérée comme un monstre jusqu’au bout c’était trop pour moi. Le parallèle entre son manque de beauté physique et sa beauté intérieur m’a dérangé car très mal amené dans les dialogues et l’attitude des héros.

UNE PLUME QUE JE NE REMETS PAS EN QUESTION.

La plume de Pascaline Nolot n’est en rien responsable de cette déception livresque. C’est uniquement le contenu de l’histoire qui ne m’a pas convaincue. J’ai particulièrement aimé le concept du blog d’Emma, les références littéraires et les thèmes abordés. Cependant, j’aurais aimé qu’ils soient traités différemment. L’écriture de l’autrice est addictive et pleine de nuances, j’ai donc particulièrement aimé sa façon d’écrire et je n’hésiterais pas à découvrir ses prochains écrits.

EN BREF : 

J’espère avoir été claire en ce qui concerne mon avis sur ce roman. Ce roman a tout pour plaire aux lecteurs et je sais déjà qu’il a de très bons avis. Je suis hélas passé à côté du récit à cause des personnages et d’un contenu beaucoup trop pessimiste et dénué d’espoir et de lumière. Les émotions que j’ai ressenti m’ont dérangées et je n’ai pas été émue comme je l’espérais. Je m’interroge encore quant aux messages qu’il peut transmettre aux jeunes lecteurs, et je pense que c’est ce qui m’interpelle le plus. Je le conseille éventuellement à des adultes qui seront à même de démêler la complexité de l’histoire.


C’est à toi de décider.
Depuis combien de temps la portière a-t-elle claqué sur cette phrase ? Une éternité, peut-être. Pourtant, il me semble que son écho résonne toujours dans l’habitacle.
C’est à toi de décider.
Chaque fantôme de ces mots me vrille le cerveau, me tord les boyaux. Prononcés avec douceur, presque résignation, ils pèsent néanmoins sur ma tête telle une épée de Damoclès. J’ai beau savoir que mon choix n’y changera rien, j’ai l’impression de tenir un destin entre mes mains. Lequel ? Le mien ? Le sien ?
C’est à toi de décider.

Je remercie les éditions du Chat Noir pour cette lecture. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *