Premières lignes #65

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

*[THE KISS QUOTIENT] de HELEN HOANG à paraître aux éditions HUGO NEW ROMANCE.

*[LE DERNIER ROMAN] de ANTONY ALTMAN & CATHERINE LANG paru en AUTOEDITION.

 

Stella Lane est une jeune femme brillante pour qui les chiffres n’ont aucun secret. Si sa carrière professionnelle est parfaitement épanouie, sa vie personnelle est plutôt un échec.

Elle est affectée du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, qui la tient éloignée des autres. Comment se faire des amis lorsqu’on cumule une grande timidité et une franchise un peu brutale ?

Quant à sa vie amoureuse… Elle est inexistante.

Stella comprend mal l’intérêt d’avoir un homme dans sa vie mais, curieuse et poussée par sa mère qui se désespère de la voir célibataire, elle décide de résoudre ce problème comme une équation mathématique : avec méthode et détermination.

Elle sollicite les services d’un escort boy pour qu’il lui apprenne les bases des relations amoureuses.

Michael loue son corps, à contrecoeur, aux femmes sensibles à son charme. Quand il fait la connaissance de Stella, il est stupéfait : pourquoi une si jolie jeune femme, tellement brillante, a-t-elle besoin de ses services ?

Il va vite découvrir sa timidité, ses craintes. Ensemble, ils vont apprendre à les dompter, à vaincre le mur qui se dresse entre Stella et le bonheur.

Premières Lignes

-Je sais que tu détestes les surprises, Stella. Comme nous voulons à la fois te faire part de nos attentes et te fournir un délai raisonnable, nous tenons à te dire que nous sommes prêts à avoir des petits enfants.

Les Intelligences Artificielles écriront-elles les livres de demain ?
Antony Rivoire, auteur en quête de reconnaissance, vient de recevoir le mail de sa vie : un concours littéraire d’un nouveau genre est lancé par un géant du web, la finale surmédiatisée aura lieu lors du prochain Salon International des Écrivains. « Le principe est on ne peut plus simple : douze auteurs contraints dans l’espace ont quatre-vingt-seize heures pour écrire le prochain best-seller. Qui sera le vainqueur ? » Les présélections font rage, des milliers de candidats venant d’horizons différents postulent pour être élus par le jury de Christophe Nigel, le représentant français de la multinationale. « Ces douze auteurs vont vivre une expérience unique, ils vont devenir créateurs d’une histoire, mais cette histoire, vous pourrez y participer, car c’est vous lecteurs qui, à tous moments, pourrez la promouvoir. Comment ? Nous y reviendrons plus longuement dans la soirée, mais sachez d’ores et déjà que la technologie d’Antiope n’a pas fini de vous surprendre. »

Premières Lignes

Paris.

Décembre 2017.

La file d’attente.

Une trentaine de candidats fait la queue dans le froid depuis près de deux heures. Ils ont pris le train ou la voiture, puis le métro, pour arriver jusque devant le grand immeuble de standing. Le jour se lève à peine. Ils ont choisi d’être en avance afin de passer les premiers. Antony Rivoire espère ainsi créer un impact plus fort en passant dès le début. Il pose son sac et son manteau sur le tapis roulant du contrôle de sécurité. Il n’est pas le seul à avoir eu cette idée, un petit groupe de candidats est déjà à l’intérieur. Tous sont venus pour la présélection, l’ultime étape avant le « speed-writing », un défi d’écriture rapide d’un nouveau genre organisé par Antiope, la célèbre plateforme de vente en ligne, une première mondiale inédite, comme cela a été précisé dans la convocation par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *