Premières lignes #56

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

*[COUPLE IMPROBABLE #1] de T. GEPHART à paraître aux éditions COLLECTION INFINITY.

*[MON OMBRE ASSASSINE] de ESTELLE THARREAU à paraître aux éditions TAURNADA.

 

Tia Monroe est une jeune femme intelligente, vive et accomplie. D’accord, elle est aussi légèrement toquée – la vie n’est jamais ennuyeuse avec elle – mais ça fait partie de son charme. Et même si elle ne se voit pas comme une « beauté classique », elle ne manque pas d’options quand il s’agit de petits copains. C’est juste qu’aucun n’a su retenir son attention.
Jusqu’à ce qu’elle pose les yeux sur Eric Larsson. Là, ce fut le désir au premier regard.
Les cheveux blonds, les yeux bleus, une carrure d’un mètre quatre-vingts incroyablement sexy, il incarne le mélange parfait entre chaleur torride et flegme à toute épreuve. Un sourire de sa part suffit à la retourner de l’intérieur, lui procurant des frissons délicieux. Et s’il n’y avait que son apparence… mais il est également brillant et drôle – adorablement charmant, en somme.
Le seul problème… c’est que Tia ne l’a jamais rencontré.
Eric Larsson est l’un des acteurs les plus en vue d’Hollywood, une star au sommet de sa carrière qui ne laisse que des petites culottes désintégrées sur son passage. Celle de Tia n’échappe pas à la règle, mais elle ne se fait pas d’illusions. L’amour, le mariage et les enfants ne font pas partie de son fantasme. Elle veut simplement le rencontrer. Juste une fois. Une seule. Elle se dit que le voir en chair et en os lui permettrait d’en finir avec cette obsession.
C’est donc fermement décidée à oublier Eric qu’elle se lance dans une véritable mission pour rendre cette rencontre réelle – si possible en évitant de devenir une criminelle recherchée.
Ce qui est sûr, c’est qu’elle aura une sacrée histoire à raconter.

Premières Lignes

Il y a un truc que vous devez savoir…
J’étais une fille intelligente. Pas du genre à avoir la folie des grandeurs, ou à mélanger réalité et fiction. En fait, je me considérais plutôt comme une personne réaliste, saine d’esprit et les pieds bien plantés sur terre. Mais ça ne voulait pas dire que j’étais ennuyeuse, loin de là ! J’étais la première surprise des situations invraisemblables dans lesquelles j’arrivais à me mettre. Tout ça parce que, même si je maîtrisais plutôt bien le concept de réalité, je n’avais jamais été du genre à faire du coloriage sans dépasser.

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession. Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs. Celle d’une femme manipulatrice et cynique. Celle d’une tueuse en série froide et méthodique. Un être polymorphe. Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir. Une ombre. Une ombre assassine.

Premières Lignes

Article du quotidien Le Méridional du 20 juillet 2018

Une institutrice mise en examen pour « homicide involontaire »

Une institutrice a été mise en examen lundi suite à la découverte du corps sans vie d’un policier dans la piscine de son domicile.
Dimanche, vers 0 h 25, Nadège Solignac, une institutrice de 29 ans, prévient les secours suite à une « noyade accidentelle ». Sur place, les pompiers ne peuvent que constater la mort de Fabien Bianchi, un policier âgé de 38 ans. Cette institutrice, proche de la famille, raconte s’être rendue au domicile de la victime afin de rapporter une peluche. À son arrivée, le policier sous l’emprise de l’alcool lui aurait fait des avances avant de se montrer menaçant et de l’entraîner de force dans la piscine. Une lutte s’en serait suivie, conduisant à la noyade du policier sous les yeux de sa fille de quatre ans, réveillée par le feu d’artifice.

Un commentaire sur « Premières lignes #56 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *