Au Phare D’Albion #1 » Guy Ng Tat Chung

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Claude, coopérant français à l’ile Maurice, vit avec un enfant qu’il croit être le sien et un autre qu’il rejette sans savoir que c’est son fils biologique. Comment un tel imbroglio a-t-il pu se produire ? Les terribles drames qu’il entraine dans son sillage déterrent aussi des secrets de famille bien enfouis. L’intrigue qui traverse ce roman est dense et tourne autour de sept personnages charismatiques et attachants : Anne-Claire, Catherine, Idriss, Mahmoud, Maddy, Lucas et Patricia.

 

⭐⭐⭐⭐

Je me dois de remercier l’auteur de m’avoir contactée, honnêtement, je ne sais pas si j’aurais remarqué ce livre si cela n’avais pas été le cas.

Ce premier tome a eu plusieurs images de couvertures, mais je dois dire que celle-ci est pour moi la plus harmonieuse, tout en restant assez simple finalement, mais ce dégradé de couleurs attire beaucoup plus l’œil que les précédentes que j’ai pu voir. Note à l’auteur : ne plus changer, celle-ci est juste parfaite.

Ce livre est donc le premier tome d’une duologie, et déjà rien qu’avec cette première partie, je trouve qu’il est digne d’un film, d’ailleurs j’adorerais pouvoir le visionner sur grand écran, il rencontrerais pas mal de succès je pense. Par contre, il ne faudrait pas me demander de prononcer le nom de l’auteur, j’en serais bien incapable, mais l’avantage c’est que l’on peut mal de ne pas le remarquer tant celui-ci est particulier.

Avez-vous déjà été sur cette petite merveille qu’est l’île Maurice ? Moi, non 🙁 Mais grâce à l’auteur je m’y suis retrouvée, les détails qu’il donne du décor m’ont donné l’impression d’y être, fini le temps frais de ce début d’hiver, place au soleil et ses bienfaits ! Déjà rien que pour cela ce fut un véritable bonheur que de me plonger dans cette aventure.

C’est vrai que ce décor donne envie d’y rester ^_^ Mais il n’y a pas que ce superbe décor, il y a également l’histoire en elle-même qui est addictive et très prenante à lire, j’y ai fait de nombreuses découvertes sur la manière de vivre des habitants de cette île. Bon ok nous sommes dans une fiction, mais l’inspiration de l’auteur ne sort pas de nul part après tout. Pour dire quelques mots sur les personnages, je les ai trouvé peu banal, malgré tout je n’ai pas eu l’impression qu’ils étaient de parfaits inconnus pour moi, dès le départ ce fut comme si je les côtoyais depuis un bon moment. C’est difficile de décrire exactement ce que j’ai ressenti vis-à-vis d’eux, mais ce n’est que du positif.

Quant à la manière d’écrire de l’auteur, elle est franchement unique, c’est un style très imagé et riche, tout comme les mots utilisés ainsi que les tournures de phrases. C’est le genre de livre que je recommande à mon entourage, le genre de livre que j’encourage à découvrir même s’il faut pour cela sortir de notre zone de confort et de ce que nous lisons en temps normal.

La dernière fois qu’elle l’avait vu, il n’avait pas encore mué. Ce jour-là, quand il ouvrit la bouche, une voix harmonieuse, douce et grave à la fois, fit vibrer jusqu’à la plus petite fibre de celle qui était venue l’entendre; une voix si agréable, et, oh combien apaisante ! C’était la voix d’un homme qui commande d’autres hommes et non pas celle d’un subalterne, même si la position qu’il occupait l’était.

Merci à Guy Ng Tat Chung pour sa proposition de service presse.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *