Gros sur le cœur > Carène Ponte

PARU LE 15 NOVEMBRE 2018 AUX EDITIONS MICHEL LAFON

LIEN D’ACHAT – ICI

C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile.
C’est l’histoire d’un nouveau lycée, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent.
C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui accompagne, qui séduit.
Mélissa, 17 ans, suit ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée.
Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi, et renaissance.


⭐⭐⭐⭐

UN ROMAN YOUNG ADULT TOUCHANT QUI ABORDE DES THÈMES PERCUTANTS. 

Carène Ponte nous revient avec un roman young adult des plus saisissants. [Gros sur le coeur] c’est le récit de Mélissa, 17 ans qui s’apprête à devoir repartir de zéro dans une nouvelle ville. Elle va devoir affronter le regard des autres, assumer la place de la « nouvelle » et vaincre ses peurs…

Mélissa est une adolescente qui a besoin de prendre confiance en elle, selon les diktats de la mode, elle est un peu trop ronde… Elle ne rentre pas dans les « standards » de beauté, son arrivée dans un nouveau lycée va la fragiliser un peu plus. Elle va être prise pour cible et subir un harcèlement destructeur.

Comment faire pour se sortir de cette spirale infernale ? Peut-être compter sur le soutien de Camille, sa meilleure amie, qui est maintenant si loin d’elle ? Ou bien encore sur la bienveillance de ce nouveau professeur d’allemand ?

UNE HÉROÏNE ATTACHANTE ET SINGULIÈRE !  

Mélissa incarne à la perfection l’adolescente moyenne qui n’assume pas son corps, qui n’arrive pas à avoir confiance en elle. Mélissa en veut au monde entier, elle n’en peut plus de devoir s’adapter sans arrêt. Elle entre en conflit avec elle-même mais aussi avec son entourage. Mélissa est particulièrement attachante, il faut savoir qu’elle a dix-sept ans et qu’elle ne réfléchit pas comme une adulte, elle n’a pas la même vision du monde et je pense qu’en tant qu’adulte on oublie un peu trop vite que l’on a nous aussi traverser cette période difficile qu’est l’adolescence.

Le parcours de Mélissa a un goût amer. Je vous avoue que j’ai eu énormément de peine pour elle, Carène Ponte met en lumière le fléau de notre société, le harcèlement scolaire, mais elle va bien plus loin en abordant d’autres travers du système scolaire. Mélissa va survivre à un véritable calvaire, s’enfermant un peu plus dans son mal être. Je n’avais qu’une envie, qu’elle s’en sorte et qu’elle prenne conscience de ce qu’elle avait traversée, seule et brisée.

UNE HISTOIRE DÉCHIRANTE QUI SENSIBILISE LE LECTEUR ! 

En très peu de pages, Carène Ponte a su traiter plusieurs sujets avec beaucoup de finesse. Le roman s’adresse à tous les lecteurs, Mélissa n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. C’est une fiction qui a la particularité de faire réfléchir les lecteurs, les tenants et les aboutissants sont très intéressants et l’histoire a une très belle morale.

Carène Ponte a su me captiver grâce à son héroïne qui reste humaine, qui n’est pas parfaite et qui apprendra de ses propres erreurs. Le harcèlement est intolérable, hélas c’est un fléau qui fait des ravages. Les victimes ont peur de parler, peur des retombées, elles s’enferment dans leur malheur qui peut aboutir sur des situations dramatiques.

Carène Ponte met bien en évidence l’importance de dénoncer ces actes, le harcèlement, il faut en parler pour s’en sortir.

UNE PLUME TRÈS IMAGÉE A LA PORTÉE DE TOUS LES LECTEURS ! 

Je n’ai eu aucun mal à me mettre à la place de Mélissa, la plume de Carène Ponte est simple mais porteuse d’un message. Elle s’adresse à tous les lecteurs, elle ouvre les yeux aux jeunes et aux adultes, car nous avons tous un rôle à jouer. Ne jamais minimiser le mal être de nos ados, dialoguer un maximum sans être trop intrusifs dans leur vie. La communication est d’une importance capitale. L’écriture de Carène Ponte m’a plu dans ce nouveau genre, je l’ai trouvé très pédagogue. Et en même temps elle a su rester proche de son héroïne.

EN BREF : 

En lisant ce livre, j’en ai eu gros sur le cœur ! Carène Ponte nous propose une fiction qui met en lumière le harcèlement scolaire mais pas que… L’histoire de Mélissa est un véritable exemple, j’ai été touchée par son parcours et par la façon dont elle s’en sort. Le récit est assez court, Carène Ponte va à l’essentiel en conservant un aspect psychologique très bien amené, j’ai trouvé ce roman très bon pour illustrer les travers de notre société. A lire sans modération, à mettre entre toutes les mains !


« – Mais tu as vu sa dégaine aujourd’hui ? glousse une fille.
Je reconnaît la voix de Morgane. Instantanément, je retire ma main de la poignée. Comme si elle était devenue brûlante après avoir été chauffée à blanc au chalumeau.
– De qui tu parles ?
– De Mélissa Sac à gras ! Il faudrait que quelqu’un lui dise que plus personne ne s’habille comme ça. Et puis aussi qu’elle devrait arrêter le beurre. C’est très mauvais pour les hanches. Il ne faut pas qu’elle se plaigne après, la Grabeau, qu’on se moque d’elle.
Elle éclate de rire.
– Sac à gras, ça lui va bien, tu ne trouves pas ? poursuit-elle. Ce n’est pas très éloigné de son nom de famille mais c’est bien plus parlant. J’adore !
Ses mots me font l’effet d’une gifle.
Sac à gras. 
Je les entends rire. Morgane semble très fière de sa trouvaille. Julie lui réponds qu’il faut absolument le dire aux autres.
Sac à gras. Sac à gras. Sac à gras. 
Ça tourne en boucle dans ma tête. Titre d’une mélodie abjecte dont je suis le personnage central. Je suis tétanisée. Mes jambes me paraissent de plomb, comme ancrées dans le sol. »

Je remercie les éditions Michel Lafon et Carène Ponte pour cette lecture. 

 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “Gros sur le cœur > Carène Ponte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *