Les Orphelins de Windrasor #1 » Paul Clément

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Ce premier tome rassemble les 3 premiers épisodes 
d'une série qui en compte 8 au total.
#1 Entre les murs
#2 Un monde ignoble
#3 Traqués

À Windrasor, l’un des orphelinats les plus prestigieux du duché de Morenvagk, le sort des pensionnaires semble joué d’avance. Une adoption peu probable ou un envoi au front, synonyme de mort certaine au service d’une guerre dont plus personne ne semble se souvenir des raisons, sont leurs seules perspectives d’avenir.
Dans ce monde qui a perdu la tête, prisonniers du plateau imprenable sur lequel s’élève le célèbre orphelinat, Spinello et ses amis ne savent pourtant pas que le destin a prévu bien d’autres choses pour eux.
Toutes les grandes aventures ont un point de départ, parfois perdu au milieu de l’immensité d’une forêt entourant un bien étrange établissement.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

C’est un avis d’une des anciennes chroniqueuses du blog qui m’avait donné envie à l’époque de découvrir la plume de Paul Clément, et je suis ravie que ce soit maintenant fait.

Honnêtement je ne sais pas si j’aurais pu lire cette saga lors de sa sortie en épisode, c’est juste impensable, déjà ici avec le premier tome qui rassemble pourtant les 3 premiers épisodes, je suis frustrée, j’aurais bien continué dans la foulée tellement j’ai trouvé ce premier opus addictif.

J’ai eu un gros penchant pour le jeune Spinello, j’ai adoré ce jeune garçon intrépide. Je n’oublie pas les autres personnages, mais c’est clairement lui qui m’a le plus touchée. Lorsque l’on parle d’orphelins, cela me fait toujours quelque chose, étant maman moi-même de deux garçons, je réagis toujours plus intensément que avant de les avoir. La vie de ces orphelins n’est pas de tout repos, et je ne les envie définitivement pas.

Je peux vous certifier que l’auteur a l’art et la manière de tenir le lecteur en haleine, c’est réellement intense et addictif. Il nous fait vivre le quotidien de ces enfants, il y a pas mal de points sombres qui demandent un éclaircissement. Comme ce fameux directeur par exemple, ou encore le Marquis, il plane un mystère autour d’eux, un mystère qui donne franchement froid dans le dos car nous n’avons que très peu d’indices.

Paul Clément nous plonge dans un univers inquiétant et surprenant, un monde qui nous plonge dans les méandres sombres de cet orphelinat qui cachent pas mal de secrets. Un monde où les orphelins sont soit adoptés, soit, si ce n’est pas le cas, envoyés au front à l’âge de 14 ans. Un monde où il ne fait pas bon vivre, et qui retient le lecteur entre ses pages.

C’est ma première expérience de la plume de l’auteur, une plume fluide et entraînante qui, encore une fois, confirme que l’autoédition cache souvent de très bons livres, et qu’il faudrait que pas mal de personnes réticentes osent enfin se lancer dans la découverte de ces auteurs qui osent l’autoédition.

Apparue en un éclair, la terrible ombre qui lui bloquait le passage se déploya au-dessus de lui. Les escaliers plongèrent aussitôt dans une obscurité encore plus inquiétante. Une partie de Spinello hurlait de terreur, lui ordonnait de s’enfuir, mais une autre, plus forte, était autant écrasée par la peur que par la fascination que lui inspirait la créature.

Merci à Paul Clément pour sa proposition de service presse.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

3 commentaires sur “Les Orphelins de Windrasor #1 » Paul Clément

Répondre à Pommy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *