LMEDML fête Halloween #Marlène


PARU LE 17 OCTOBRE 2018 AUX EDITIONS J’AI LU POUR ELLE

LIEN D’ACHAT – ICI

« Tu es la reine des pantouflardes. Viens à cette fête, et trouve-toi un mec ! » Défiée par son frère de quitter son canapé et ses leggins, Sadie décide de l’accompagner à la soirée Halloween et, quitte à se lâcher, de s’y lâcher vraiment. C’est en princesse viking, masquée, et sans aucune inhibition qu’elle se laisse séduire dans l’ombre par le plus hot des diables. Mais tout a une fin, et elle se sépare de son partenaire inconnu sans même avoir vu son visage. Impossible de renoncer à lui si facilement. Mais comment et où retrouver celui dont on ne connaît que les mains brûlantes ? Faudra-t-il attendre le prochain Halloween et compter sur le hasard pour croiser de nouveau l’inoubliable démon ?


⭐⭐⭐⭐

Cette année, je n’ai pas choisi une lecture qui fait peur pour Halloween. J’avais [L’inconnu d’Halloween] sous le coude, j’ai donc opté pour ce roman.

Marie Harte nous propose une romance très osée et pleine d’humour pour explorer la fête d’Halloween. Tout commence lors d’une soirée où Sadie rencontre cet inconnu qui lui donne envie de lâcher prise. La soirée n’est pas à proprement parlé le soir d’Halloween mais nous avons la chance de vivre cette fête au fil des pages, et j’ai adoré cela. J’avoue qu’aux Etats-Unis, ils fêtent Halloween de la meilleure des façons et cela donne vraiment envie.

Bref, Sadie se laisse tenter par ce diable inconnu, c’est assez exceptionnel et elle en est plutôt satisfaite. Elle va très vite se rendre compte qu’elle devrait se laisser aller plus souvent. Sadie n’était pas sensée revoir son beau diable, et pourtant le destin va en décider autrement.

Cette romance est somme toute assez classique, mais très addictive. Le résumé est assez éloigné de l’histoire en vérité… J’ai passé un bon moment avec Sadie et Gear ! Ils sont chauds bouillants ces deux-là ! La romance est n’a rien d’extraordinaire, on est sur un schéma très classique, nos héros n’ont pas envie de s’engager mais vont évidemment s’apercevoir qu’ils aimeraient plus que leurs relations sexuelles explosives. Ce que j’ai aimé c’est notre héroïne, Sadie n’est pas un cliché sur patte, au contraire, elle est singulière, ce n’est pas un canon de beauté mais elle a du charme et du caractère. Gear la vénère totalement et j’ai adoré cela. Sadie est une femme brute de décoffrage, exit la petite minette qui essaye de séduire tout ce qui bouge. Elle est passionnée par son métier et j’ai aimé la découvrir au fil des pages. Gear, quant à lui est un héros très viril et qui transpire le sexe ! Ouais c’est un mâle alpha, il n’y a pas de doute. Mais Gear est aussi un passionné de moto qui ne manquera pas de vous faire fondre.

Je tiens à attirer votre attention sur le fait que la romance est assez hot, le langage est plutôt cru alors si vous êtes une grande romantique, vous allez peut-être en avoir marre du vocabulaire utilisé entre nos deux héros. Ils n’y vont pas par quatre chemins et ils ne mesurent par leurs langues ^^ Cela ne m’a pas gêné plus que cela, mais j’ai tout de même noté qu’ils étaient assez vulgaires dans leurs échanges. Cela n’empêche pas les sentiments de s’installer ce qui est un point positif.

En ce qui concerne Halloween, j’ai adoré l’ambiance de cette fête dans l’histoire. Sadie et toute sa famille sont très coutumiers de cette période et ils la subliment vraiment, j’ai eu envie de me téléporter avec eux pour vivre enfin Halloween comme il se doit.

L’écriture de Marie Harte est vraiment très addictive, les pages se tournent toutes seules et on arrive très vite à la fin de cette sympathique romance.

En bref, [L’inconnu d’Halloween] vous offre une romance dans la période d’Halloween, les personnages sont attachants et très drôles, la romance très torride et sexy. Laissez-vous tenter par ce récit qui vous permettra de vivre la fête d’Halloween sous les meilleurs hospices.


Le travail prit quelques heures, mais lorsque tout fut en place, le magasin était superbe. Des guirlandes d’ampoules oranges se croisaient au plafond. On avait installé quantité de toile d’araignée phosphorescentes aux quatre coins de la pièce. Un squelette surnommé Stan occupait une table avec une sorcière grandeur nature dans un angle – sorcière qui se révélait assez effrayante, malgré son aspect caricatural. Elle faisait finalement si vraie que, s’il n’avait pas su qu’il s’agissait d’un mannequin, Gear aurait pu croire qu’une personne en chair et en os était assise en face de Stan.
La ville fantôme se trouvait être le nom d’une maison de poupée hantée où se trouvaient huit pièces miniatures et sinistres. Çà et là, quelques loups-garous, vampires et fantômes s’en prenaient à des poupées d’enfants ou d’adultes répartis dans les pièces communicantes. La maison de poupées victorienne était protégée par une boite en plexiglas transparent, et des stroboscopes illuminaient la scène en même temps que passait une bande-son d’orage et de coups de tonnerre.
– C’est vraiment chouette, dit Gear quand ils eurent terminé.
Ils avaient dû supprimer deux tables afin de faire de la place pour leur installation, mais la famille semblait estimer que le jeu en valait la chandelle.
Sadie était excitée comme une puce.
– Oui, c’est génial, hein ? J’adore ce truc.
– Quand elle était petite, c’était une autre histoire, commenta Rose. Elle prenait toutes nos poupées, tous nos jouets et déclenchait des guerres pour savoir à qui était la maison, qui avait commencé la bataille, et qui allait découper qui en rondelles. Ma Barbie ne passait jamais la nuit.
– Pas quand Boba Fett, en bon vampire ninja de l’espace, l’avait vidée de tout son sang. Ha ha ha ha ha ! fit Sadie d’une voix démoniaque.
– Et voilà, merci, j’ai la trouille maintenant, dit Gear.
Elliot rit et lui donna une tape dans le dos.
– Sadie est une grande fan d’Halloween. Raison pour laquelle j’étais si étonné qu’elle ne veuille pas aller à cette fête, d’ailleurs.
– Je te signale que ce n’était pas encore Halloween et que le but de cette fête était juste de soigner notre carnet d’adresses, pas de faire peur aux gens.

Je remercie les éditions J’ai Lu pour cette lecture. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *