La robe de nuit » Véronique Janzyk

Editeur : Onlit Editions

Livre : ICI

Date de parution : 18/09/2018

Dans La Robe de Nuit , la narratrice évoque sa mère, hospitalisée à la suite d’une chute. Une nouvelle vie s’amorce que la fragilité rend plus précieuse encore. Avec une belle acuité, Véronique Janzyk évoque ce quotidien teinté par la joie d’un présent à réinventer bien plus que par la mélancolie d’un passé révolu.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Cela faisait un bon moment que je n’avais pas lu de poésie, j’en lis trop peu à mon goût, mais pour trouver une plume qui me plaît dans ce genre, ce n’est pas toujours évident. Avec La robe de nuit, je réunis plusieurs choses, non seulement une bien jolie plume qui m’a émue, un éditeur belge, une auteure belge et de ma région d’origine. Eh oui, Véronique Janzyk et moi avons au moins un point commun, nous sommes de Charleroi, même si moi je n’y suis plus depuis pas mal d’années maintenant.

Chaque texte de ce livre fait ressortir et ressentir certaines émotions, parfois avec une petite touche d’humour, mais nous sommes dans l’émotion jusqu’au bout. On ressent notamment de l’amour, du respect, de l’humilité. Il faut dire aussi que le fait que chacun des textes ayant un unique personnage, en l’occurrence la maman de l’auteure, cela donne une autre profondeur que si elle avait écrit sur des personnes lui étant inconnues, il y a forcément ce lien particulier qui se ressent, même s’il n’est pas clairement exprimé dans les textes.

Cela ne m’aurait pas du tout gênée s’il y avait eu une centaine de pages supplémentaires, au contraire, je serait bien restée dans cette multitude d’émotions encore un peu. Pour tout vous dire, je n’ai pas résisté à le lire une deuxième fois 🙂


Merci à Pierre et aux éditions Onlit pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *