P.O.V : Point of View > Patrick Bard

PARU LE 23 AOÛT 2018 AUX EDITIONS SYROS JEUNESSE

LIEN D’ACHAT – ICI

La première fois qu’un lien vers une vidéo porno s’affiche sur son ordinateur, Lucas est en train de télécharger un film de super-héros en streaming. Cette scène, qu’il visionne sans l’avoir voulu, le sidère, puis lui procure une émotion totalement inédite. Pour retrouver ce frisson initial, il glisse en secret dans une sphère qui accapare ses pensées, ses nuits, et bientôt tout son temps libre. Vu de l’extérieur, on pourrait croire que Lucas est un simple geek. Il est en réalité victime d’une addiction dont il ne peut plus sortir seul. Pour revenir du côté de la vie, il lui faudra accepter la rencontre et l’échange avec d’autres, loin des écrans.


⭐⭐⭐⭐⭐

[Point of View] est le second roman de l’auteur que je lis. Je pense que je vais devenir une adepte car Patrick Bard choisi toujours des thèmes très intéressants et peu abordés dans la littérature jeunesse.

On a tous été confronté au pop-up porno sur nos nos ordinateurs… En est-on devenu accro ? Pas forcément, mais c’est ce qui est arrivé à Lucas, notre héros. Il va découvrir un monde insoupçonné qui va totalement l’obséder, à tel point qu’il ne va plus lâcher son ordinateur. Comme ça, on a peut-être du mal à se dire que cela puisse devenir une addiction… et pourtant… Lucas va devenir dépendant des sensations que lui procure le porno. Cela va aussi biaisé son regard sur les filles et la sexualité… Mais comment se sortir d’une addiction lorsque l’on est pas conscient que cela en est une ? Lucas acceptera-t-il l’aide que son entourage va lui tendre ?

Ce roman atypique est une véritable bombe. Difficile de verbaliser les émotions qui m’ont assaillies à la lecture de ce livre. Patrick Bard nous propose une immersion dans la vie d’un adolescent qui découvre la pornographie. Page après page, l’auteur nous met face à une réalité que les adultes occultent trop souvent. La pornographie est un monde factice qui apporte une très mauvaise image de la sexualité pour des adolescents qui ne sont pas encore construit mentalement. Lucas va lui-même voir la vie autrement à cause de son addiction. Il va percevoir des choses que l’on ne peut mettre en pratique dans la vie réelle. L’auteur nous montre l’emprise du porno sur la vie de Lucas et franchement c’est effrayant. Son récit est terriblement bien écrit, la corde de l’arc est tendue du début à la fin.

Nous n’avons pas que le point de vue de Lucas et c’est là que le récit prend toute son intensité. Je suis maman de deux pré-ados, alors je vous avoue que ce roman m’a énormément parlé. La sexualité ne doit pas être tabou, la communication est importante entre parents et enfants, et pourtant personne n’a la science infuse et il est parfois difficile d’avoir un impact important sur ce que nos enfants vivent. Ici c’était saisissant de voir que les parents de Lucas ne voyaient rien de la détresse de leur fils, j’ai eu l’impression qu’ils minimisaient la dangerosité d’une addiction, quelle qu’elle soit. Je me suis sentie concernée par ce récit, car je sais que la curiosité mènera mes enfants à voir des images pornographiques, sauf qu’elles n’ont pas le même impact que sur un adulte, attention un adulte aussi peut devenir dépendant et accro au porno, en vivant dans un monde parallèle.

Ce roman est intelligent. L’écriture est moderne et l’auteur n’omet aucun aspect de l’addiction. C’est un véritable parcours du combattant que Lucas va devoir faire. Un voyage initiatique dont il va ressortir plus fort. Le roman est assez court et c’est une excellente chose car ça le rend percutant. Le lecteur se retrouve au cœur d’une histoire qui mêle fiction et réalité. Il s’adresse à tous les lecteurs, leurs jeunes se sentiront proches de Lucas et les adultes verront l’envers du décor du côté des parents. Personnellement, je trouve que ce roman aborde avec justesse une thématique que l’on trouve encore « taboue » alors que cela fait partie de la vie. Le récit démontre aussi qu’il est parfois difficile d’entrer dans la vie intime de nos adolescents, ils ont besoin de liberté mais je pense qu’il faut un juste milieu pour leur laisser le champ libre mais sans qu’ils ne se mettent en danger.

En bref, une écriture incisive et un sujet traité avec beaucoup d’intelligence et de documentation. J’ai trouvé ce roman très intéressant et je ne peux que vous le recommander.


La bouche sèche, incertain de la destination finale, il a cliqué dessus, tout simplement parce que le visage de la fille lui a plu.

Deux années s’étaient écoulées depuis le CM2. Il avait beaucoup grandi. Sa voix était devenu plus grave. Face à cette vidéo qu’en spécialiste avéré il juge à présent totalement quelconque, il a connu son premier véritable émoi, sans vraiment comprendre ce qui lui arrivait. L’accouplement était filmé du point de vue du garçon regardant la fille. Ce qui l’a excité, c’est justement que, du coup, la fille le regardait dans les yeux. Du moins en a-t-il eu l’impression. Il ne savait pas encore qu’on appelait de telles vidéos des POV, point of view, terme anglo-saxon pour « caméra subjective ». Il ne comprenait pas non plus que l’homme forniquait tout en cadrant et en tenant la caméra. Deux emplois pour une seule personne, ça permet de réduire les coûts et d’optimiser les bénéfices. Mais de cela, Lucas ne savait alors rien, pas plus qu’il ne comprenait le sens réel de l’image qu’il voyait.

Je remercie les éditions Syros pour cette lecture. 


Découvrir l’avis de La pomme qui rougit : ICI

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

2 commentaires sur “P.O.V : Point of View > Patrick Bard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *