Harper in fall (in love) > Hannah Bennett

by

PARU LE 16 AOÛT 2018 AUX EDITIONS RAGEOT JEUNESSE

LIEN D’ACHAT – ICI

C’est la rentrée et Harper a plein de problèmes au lycée ! Elle cache sa relation avec Josh pour se préserver du regard de ses pairs. En famille, ce n’est pas mieux : la petite Poppy les dénonce à leurs parents dès qu’ils s’embrassent ! Bientôt une nouvelle élève Mackenzie, et son frère aîné Declan, l’incitent à toutes sortes de transgressions. Photographe, Declan est la vraie star du lycée et elle se sent, comme toutes les autres, implacablement fascinée par lui… Josh restera-t-il son petit ami ?


⭐⭐⭐⭐

Il n’y a pas à dire, Harper sait mettre l’ambiance partout où elle passe. Après un été à la maison du lac, elle doit se préparer à affronter la rentrée… Maintenant elle et josh sont en couple, mais ils doivent ruser pour avoir de l’intimité. Et ce ne sont pas leurs parents qui vont leur facilité les choses.

Au lycée, elle comprend vite qu’elle ne pourra pas s’afficher au bras de celui qu’elle aime… Josh est le capitaine de l’équipe de basket, il est populaire et toutes les filles lui tournent autour… Harper est membre du club de lecture… autant vous dire qu’il y a un fossé entre les deux et cela va leur jouer de mauvais tours. Comment gérer cette relation alors que tout le monde essaye de les éloigner ? Heureusement, Harper se fait une amie dès le jour de la rentrée, Mackenzie. Son frère aîné, Declan, ne la laisse pas indifférente. Harper est tiraillée entre ses sentiments pour Josh et son attirance pour Declan ! Saura-t-elle faire les bons choix ?

Ce second tome est aussi sympa que le premier. On retrouve Harper qui a vraiment du mal à se fixer. Elle peine à analyser ses sentiments et se sent souvent prise au piège des situations qu’elle rencontre. J’adore cette petite nana qui a vraiment un caractère original. C’est une jeune ado qui connait les affres de l’amour, c’est à cette période que l’on fait ces premières expériences amoureuses et on peut dire qu’elle n’a pas trop de chance à ce niveau. Sa famille tente par tous les moyens de l’éloigner de Josh, de peur qu’elle fasse des « bêtises » avec lui. Au lycée, c’est la course à la popularité et Harper se sent mal car elle n’a pas la côte comme Josh. Elle va se heurter à toutes les pimbêches qui vont tourner autour de son petit ami. Mais que ressent-elle pour Declan ? Il semble partager les mêmes centres d’intérêts qu’elle…

Cette saga est fraîche et pleine de pep’s. Elle reflète à merveille ce que les adolescents ressentent lors de leurs premiers émois. Ce sont des tomes relativement courts et Harper est une excellente narratrice qui donne beaucoup de rythme à l’histoire. On doute avec elle, on subit aussi toutes ses émotions.

Je trouve qu’Hannah Bennett arrive à mettre en lumière les sentiments qui assaillent les adolescents. Harper fait partie d’une grande famille un peu loufoque et elle doit composer avec, faire des concessions et apprendre à gérer amour et famille.

C’est toujours aussi bien écrit, l’autrice a une plume entraînante et moderne. Les jeunes lecteurs s’identifieront sans problème aux personnages, les adultes souriront à de nombreuses reprises en imaginant leurs enfants à la place de Harper et Josh.

En bref, cette suite est une belle réussite, on poursuit avec plaisir la vie d’Harper, avec ses hauts et ses bas. Cette héroïne est un vrai vent de fraîcheur qui se retrouve aux prises avec ses sentiments contradictoires. J’ai hâte de la retrouver dans le troisième opus, [Harper in winter].


J’ai pris ma douche en quatrième vitesse. J’ai enfilé mon tee-shirt préféré, un jean et des baskets. Je suis allée chercher Josh chez lui, comme tous les matins depuis que nous avons le droit d’aller à l’école tous les deux. Soit depuis quatre ans seulement, ma mère étant un rien anxieuse quand il s’agit de ma sécurité. (Après réflexion, le terme approprié est paranoïaque.)

Il était devant la porte de son garage, en train de faire des paniers, la musique à fond sur son portable posé sur le muret. Quand il m’a vue, il a envoyé le ballon derrière la gouttière, juste sous la fenêtre de sa chambre, comme il le fait toujours quand il a la flemme de rentrer le ranger.

– J’ai calculé que si j’allais au lycée en courant, je gagnais quatre minutes de basket en plus le matin, a-t-il dit. Et après, je me suis souvenu qu’on y allait ensemble.

– J’ai fait un calcul presque similaire, ai-je répondu. Si je ne t’adresse pas la parole du trajet, je dois m’épargner facilement trois points de Q.I.

Il a rigolé et m’a embrassé.

Dans la rue.

Devant nos maisons.

Quelque chose de mou et un peu humide nous est tombé sur le coin du crâne.

– Poppy ! a hurlé Josh, bien trop près de mes oreilles.

Effectivement, sa soeur nous regardait depuis sa fenêtre du premier étage, une peluche dans chaque main, prête à nous bombarder.

– Si tu n’arrêtes pas tout de suite, je te promets que tu vas le regretter, a crié Josh.

Pour toute réponse, il s’est pris un panda en pleine tête.

– Je les ai mises dans l’eau, a lancé Poppy, très contente d’elle. Pour les lester.

– Je ne ferais pas ça à ta place, Poppy chérie, ai-je dit en ramassant un lapin qui, un jour, avait dû être rose. Je suis sûre que tu tiens beaucoup à ce lapin.

– Oh, tu peux le garder, a répondu l’enfant maléfique. Celui-là, je l’ai trempé dans les toilettes.

Autant dire que je l’ai aussitôt lâché. L’enfant du mal a brandi un ours à la couleur douteuse dans notre direction. C’était le moment de déguerpir.

Je remercie Sandrine et les éditions Rageot pour cette lecture. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *