Le sang des sauvages #1 – Savage Task > Farah Anah

PARU LE 1 OCTOBRE AUX EDITIONS BLACK INK EDITIONS

LIEN D’ACHAT – ICI

La jeune Sanaé touche à son but ultime : intégrer la Savage Task, unité d’élite de Celestia, vouée à l’extermination des Sauvages.

Ce peuple primitif sème la mort et la désolation, surgissant de la forêt pour décimer les Celestiens lors de raids sanglants.

Sa croisade se heurte à un obstacle de taille : un guerrier, implacable, dangereux, qui ne tolère aucune distraction, pas même cette attirance aussi irrésistible qu’incompréhensible qui les lie.

La haine, le désir, l’amour et la violence s’entremêlent jusqu’à ce que la combattante puisse entrevoir la face cachée du monde au travers de deux yeux dorés. Le destin cruel se joue de Sanaé, mais son histoire peut-elle dépasser une haine ancestrale ?


⭐⭐⭐⭐

Voici un roman que je n’avais pas vraiment prévu de lire mais il s’est tout de même retrouvé entre mes mains…

Pour être honnête, ce n’est pas un genre que je lis habituellement, enfin en quelque sorte, car dans ce récit se cache une histoire qui mêle haine, désir et amour… Donc de la romance en somme, mais ce n’est pas ce qui prédomine dans ce premier opus, vous allez plonger dans un univers plein de mystère qui s’apparente à la fantasy. Au rendez-vous, deux univers qui s’affrontent, des secrets, des complots, une soif de vengeance intarissable et la naissance de sentiments en constante contradiction.

Cet avis va être le plus honnête possible, si vous nous suivez régulièrement, vous savez que nous ne cachons jamais ce que l’on ressent à la lecture d’un roman… Et celui-ci m’a particulièrement dérouté. Pour revenir sur les tenants et les aboutissants de l’histoire, le lecteur suit Sanaé, une héroïne qui voue sa vie à l’extermination des « Sauvages »… Un peuple primitif qui sème la mort et la désolation. Pour se faire, elle rêve d’intégrer la « Savage Task », cette armée vouée à combattre l’ennemi. Sanaé est déterminée, elle a un courage sans limite mais se laisse guider par son impulsivité. Elle est aveuglée par la haine qu’elle ressent pour les « Sauvages » et quand elle se heurte à un guerrier absolument implacable et ténébreux, elle ne sait plus où sont ses intérêts. Son destin est pourtant bien de les réduire à néant ? Pourquoi se sent-elle irrémédiablement attirée par cet homme qui l’envoûte au plus haut point ? Mettant à mal ses sombres desseins…

Ce premier opus nous immerge dans un monde en guerre… Les « Draoniens », appelés les « Sauvages » contre les « Celestiens ». La guerre fait rage depuis de nombreuses années, Sanaé est enfin prête à être confrontée à la mort, elle a toujours eu pour objectif d’intégrer la « Savage Task », cette unité d’élite qui est en charge de la protection de Celestia. Mais elle était loin d’imaginer la difficulté de l’apprentissage, surtout que Sanaé est trop impulsive, elle est vaillante et déterminée mais elle se laisse guider par ses démons. Sanaé est une héroïne qui donne du fil à retordre aux lecteurs et à tous ceux qu’elle croise dans le récit… elle est vraiment particulière, elle m’a parfois agacée malgré le fait qu’elle ait de bonnes raisons de prendre part à la guerre. Je dirais que c’est une héroïne qui est en constante évolution mais qui a du mal à apprendre de ses erreurs, son immaturité guide aussi un peu trop ses émotions, ce qui lui vaudrait moult aventure… Mais elle reste le pilier de cette histoire sans en être totalement consciente. Le héros à proprement parler est impressionnant et très mystérieux, l’autrice a retardé le moment de nous dévoiler son véritable héros, et mon dieu je n’en pouvais plus d’attendre mais je vous avoue que j’ai été récompensée et Leith fut à la hauteur de mes attentes… Mais Leith reste un héros difficile à apprivoiser et une fois qu’il eut gagné toute ma confiance et bien le monde s’est écroulé… Farah Anah est une sorcière, une horrible diablesse… Si si, je vous assure que j’ai terminé le roman la gorge nouée avec une sensation de trouble flagrant. J’avais vraiment envie de pleurer, me disant que tout ce que j’ai vécu n’était que pure invention… Leith est un roc, un homme que rien n’effraie et c’est déroutant car il souffle le chaud et le froid, aux prises avec ses propres émotions. Leith n’est pas le genre d’homme que l’on oublie facilement, viril et charismatique. C’est le guerrier que toute femme rêve d’avoir dans son lit pour mener une guerre sans merci toute la nuit.

Mon avis sur l’ensemble de ce premier opus est partagé. Je vous explique de suite pourquoi. J’ai eu beaucoup de mal avec la première partie, Farah Anah pose les bases de son univers, je me suis retrouvé propulsée dans un monde de désolation qui oppose deux factions. J’ai eu du mal à me situer dans le récit, enfin plutôt à situer l’époque de l’histoire et cela a entraîné une gêne à la lecture car j’avais la sensation qu’il y avait des incohérence entre le récit et le vocabulaire utilisé par l’autrice. J’ai eu l’impression qu’il y avait un mélange d’époque, clairement je me suis située dans un monde d’antan avec des descriptions qui ne correspondaient pas à notre époque moderne mais le langage des personnages étaient bien trop actuels pour que je me sente pleinement à ma place dans l’histoire. A mes yeux, le récit à beaucoup d’authenticité et la plume de l’autrice a sa véritable identité, j’ai juste eu cette petite gêne dans son écriture. Maintenant, je vous avoue qu’une fois passé la première moitié du livre j’ai tout de suite été happée par les événements, les rebondissements étant très rythmés, ce qui a totalement gommé ces sensations. L’intrigue montrant enfin le bout de son nez, j’ai particulièrement aimé la suite de l’histoire, parce que le scénario se mettait vraiment en place avec des révélations de taille, avec des sentiments contradictoires qui ne cessaient de m’assaillir.

Ce fut le premier roman de l’autrice que je lisais, et je dois avouer que je ne savais pas vraiment où j’allais, je me suis laissée séduire par les personnages qui ne manquent pas de caractère. Ils sont terriblement irritants parfois mais aussi très intéressants et quand vous penser les avoir cernés… et bien l’autrice rebondit de manière insoupçonnée… Ce récit est imprévisible, c’est ce qui le rend si addictif, car il l’est. Farah Anah s’est attaqué à un genre difficile et je pense que son défi est relevé, malgré les petites gênes ressenties à la lecture, je dois dire qu’elle a su me convaincre de l’excellence de son histoire. Le scénario suit un schéma que le lecteur ne peut pas anticiper, ce qui rend les rebondissements assez surprenants. Les petites imperfections de l’histoire rendent le dénouement plus trouble, elles entraînent de la réflexion et des suspicions. L’ambiance générale est assez sombre mais il y a aussi des nuances qui viennent rendre l’ensemble harmonieux, qui laisse le lecteur dans l’attente des indices et des révélations tant attendues. Par contre, qu’on se le dise, vous allez frissonner de peur et d’envie.

En ce qui concerne le développement des sentiments et de la « romance » qui n’en est pas vraiment une dans ce premier opus… Disons que ce n’est pas une romance classique, elle est propre à l’univers que l’autrice a créé, elle ne suit aucun code et en est d’autant plus originale. Entre la haine et l’amour, il n’y a qu’un pas mais que faire quand les secrets brouillent les pistes ? Vous serez prisonniers de vos propres émotions, j’ai voulu rager tellement j’étais prise dans les méandres de mes sentiments contradictoires, parfois je me dis que je n’aime pas être manipulée par mes émotions, je voudrais que la raison et mes convictions restent maîtresses de moi-même et pourtant… ce genre d’histoire me prouve que c’est impossible. Surtout que cette autrice est machiavélique et je la déteste, je peux vous dire que j’ai terminé ce premier opus la rage au ventre avec des envies de meurtres. Je n’en suis pas ressortie totalement indemne ^^

En bref, une lecture qui m’a sortie de ma zone de confort. Une lecture qui m’a demandé réflexion après coup pour bien analyser ce que j’ai aimé et ce qui a constitué une gêne dans ma lecture. Farah Anah a un don indéniable pour créer des univers originaux, ce début de saga m’a ouvert l’esprit, m’a montré que je peux apprécier des histoires qui me sortent de mes habitudes. Ce premier opus m’a convaincue de poursuivre l’aventure aux côtés de Sanaé, j’ai trouvé que les révélations et les rebondissements offraient une myriade d’émotions au fil des pages. Et même si je déteste l’autrice pour cette fin à s’arracher les cheveux, je ne peux qu’applaudir sa témérité et les risques qu’elle a pris avec cette histoire qui n’a pas fini de me faire palpiter.


– Tue-moi ou laisse-moi te tuer, imploré-je dans un murmure étranglé. Autrement, je ne pourrai pas vivre avec.

Ses billes claires s’injectent de souffrance comme si de m’entendre lui était insupportable. Son visage très humain, avec ces yeux irréels, devient presque beau dans cette expression suppliciée.

– Dans ce cas, je me délecterai de la croix que tu porteras, susurre-t-il presque dans mon oreille.

– Tu parles bien, pour un monstre, sifflé-je, rancunière.

Il expire contre le haut de ma nuque, déclenchant un frisson inattendu le long de mon échine. Mes mains remontent ses bras, ses muscles saillants, jusqu’à ses larges épaules, pour se regrouper autour de sa gorge. Elle est puissante, imposante, et s’il n’a pas bougé d’un iota, c’est parce qu’il est conscient que je suis physiquement incapable de lui faire du mal. Et pourtant je serre, je fais pénétrer mes doigts dans sa chair épaisse, entre les douces repousses de sa barbe, pendant que, de sa main qui ne me tient pas, il remet une mèche de cheveux derrière mon oreille. Il détaille chaque trait de mon visage, non pas avec pitié, mais avec, curieusement, la même haine que moi.

Je remercie les éditions Black Ink pour cette lecture. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “Le sang des sauvages #1 – Savage Task > Farah Anah

  1. Ummmm j’aime beaucoup ta chronique, mais du coup je ne sais pas quoi penser. Ce livre m’intrigue, mais j’ai aussi peur de le lire. On verra bien si je me lance dans l’aventure un de ces autres 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *