Le grand nord #1 – Amertume > Sarina Bowen

by

PARU LE 6 SEPTEMBRE AUX EDITIONS HUGO NEW ROMANCE

LIEN D’ACHAT – ICI

Les fermiers font trembler la terre.

Griffin s’attendait à tout sauf à tomber sur la fille avec laquelle il avait partagé quelques soirées torrides à l’université. Audrey, quant à elle, n’avait pas la moindre envie d’atterrir dans ce coin perdu du Vermont.

Pourtant, ces deux-là vont se retrouver par hasard sur le domaine agricole de Griffin, promu à vingt-sept ans seulement chef de famille au décès de son père. En plus de la ferme familiale, il lui incombe désormais de s’occuper de sa mère, de ses trois frère et sœurs et d’un grand-père entêté, et n’a pas de temps à accorder aux petites bourgeoises superficielles qui débarquent de Boston avec l’intention d’acheter sa production de cidre à moitié prix.

Missionnée par une grosse entreprise de restauration, Audrey doit passer plusieurs jours dans la région pour négocier l’achat de produits biologiques. Elle réussit à séduire toute la famille du jeune agriculteur par sa bonne humeur et ses talents de cuisinière, et aucun fermier grincheux et moralisateur ne parviendra à entraver ses ambitions de devenir chef.

Adversaires, leurs attentes face à la vie divergent radicalement. Manque de chance, l’alchimie sexuelle qui existe entre eux deux est au moins aussi exceptionnelle que la sauce top secret des enchiladas que mijote Audrey…


⭐⭐⭐⭐⭐

J’étais hyper pressée de lire ce roman, qui est le premier opus de la saga [Le grand nord]. Il faut savoir que j’adore l’autrice et que j’ai été comblée de bonheur avec sa précédente saga [The Ivy Years] qui se déroule dans le milieu du hockey universitaire. Ici, dépaysement total, direction le Vermont ! Et mon dieu, que j’ai aimé découvrir cette région. J’ai trouvé que cela apporte tout le charme de l’histoire.

Il ne m’a pas fallu grand chose pour faire ce choix de lecture, simplement le nom de Sarina Bowen et le synopsis très intrigant ! J’avais envie d’être dépaysée, j’avais envie de découvrir un univers que je ne connais pas et qui est parfois sujet à des a priori infondés. Bref, j’avais envie de cette histoire, tout simplement.

Ici il est question de fermiers sexy… de la passion de notre héroïne pour la cuisine. Il est aussi question de famille, de loyauté et de seconde chance. Et tout cela dans une ambiance des plus singulières.

Audrey, notre héroïne, est missionnée par une grosse société de Boston pour démarcher les fermiers du Vermont, elle doit négocier l’achat de produits, ici de l’agriculture biologique à bas prix… Elle va se heurter à un Griffin mal luné qui va lui donner du fil à retordre… Car Audrey et Griffin ont un passif, court et intense, mais un passif tout de même.

Dans ce roman, Sarina Bowen aborde beaucoup de sujet. La notion de rêve à la part belle. Audrey rêve d’ouvrir un restaurant, la cuisine c’est sa passion, et même si elle n’a pas encore réussi à réaliser son rêve, elle se donne les moyens pour y arriver. Griffin quant à lui a dû mettre de côté ses rêves pour reprendre les rênes de la ferme familiale. Et s’il aime plus que tout son métier qui fait vivre toute sa famille, il ne peut s’empêcher d’imaginer qu’elle aurait été sa vie s’il avait continué le football. La notion de rêve est très bien représentée dans l’histoire, j’ai trouvé cela saisissant car nos héros se remettent en question, ils évaluent le champ des possibles et composent avec ce que la vie leur a donné.

Audrey est une héroïne passionnée, j’ai aimé cette jeune femme dès le début car elle se donne les moyens de réussir. Elle est généreuse et très touchante. La voir évoluer dans une cuisine est tout simplement magique, elle est dans son élément, elle rêve d’avoir un endroit où elle serait heureuse à faire la cuisine pour une grande famille comme celle de Griffin. Hélas, Audrey n’a jamais connu l’amour et la bienveillance. Tout ce qu’elle a, elle ne le doit qu’à elle même. Elle n’a pas toujours fait les bons choix dans la vie mais elle en assume toutes les conséquences. C’est une héroïne qui ne manque pas de piquant, elle est pleine de nuances et j’ai aimé sa façon d’évoluer. Griffin quant à lui est un peu le genre d’homme grognon que l’on aime au premier regard. Il a énormément de responsabilités et de pression… Audrey débarque à un moment inattendu et pas pour les bonnes raisons. Griffin va être mis à rude épreuve, il n’a jamais oublié cette jeune fille qu’il a eu si peu de temps à l’époque de l’université, pourtant, Audrey lui paraît différente. Griffin est un héros intéressant, j’aime bien les hommes bourrus, un peu nounours qui ont du mal à cacher leurs sentiments. Griffin est aussi passionné qu’Audrey, il est réfléchit et vraiment admirable. C’est un bosseur, une force de la nature, je suis rapidement tombé sous son charme en ayant tout de même envie de le secouer de temps en temps.

Dans ce premier opus, on rencontre de nombreux personnages. Tous plus sympathiques les uns que les autres. Tout d’abord, la famille de Griffin est géniale. Les membres qui la composent sont très attachants, ils s’entraident et s’aiment de la meilleure des façons. On fait aussi connaissance avec Jude et Zach, qui seront les héros des tomes suivants. Je peux déjà vous dire qu’ils ont énormément de potentiels, et que leurs histoires s’annoncent intenses.

L’intrigue est prenante, dès les premières lignes, je me suis sentie à l’aise avec l’environnement. La bienveillance qui se dégage de l’histoire. Les interactions entre les personnages sont réconfortantes, j’ai aimé le fond profondément positif de l’histoire. Je ne peux pas dire que j’ai été surprise par le dénouement de l’histoire et pourtant j’en ressors comblée. C’est le genre de roman que l’on lit au coin du feu, un moment cocooning hors du temps. Sarina Bowen n’a pas omis le côté sérieux à son histoire, elle nous démontre aisément les difficultés que les fermiers rencontrent. C’est saisissant de se rendre compte de tout ce qu’ils doivent surmonter pour continuer de faire perdurer leur agriculture. On ne se rend pas forcément de tout le travail qu’il y a derrière lorsque l’on va chercher ses fruits et légumes, son lait et sa viande. Ce roman m’a permis d’ouvrir les yeux sur le monde agricole, pas que je m’y sois jamais intéressée… mais je pense que l’on oublie facilement d’où proviennent les choses que l’on mange. La passion de Griffin pour ses pommiers est touchantes, j’avoue que j’ai une furieuse envie de découvrir le Vermont. Sarina Bowen a su nous décrire les paysages avec passion. Son écriture est très imagée, j’ai pu me transporter là-bas sans aucune difficulté.

La romance est assez classique mais là encore j’ai tellement aimé Audrey et Griffin que j’ai trouvé l’histoire d’amour hyper addictive. Il faut dire que Sarina Bowen a su mettre en scène ses deux héros, sans se précipiter, en tenant compte de leur passif et de leurs différences. Elle a aussi mis en dualité la vie rurale et la vie urbaine. Les valeurs familiales sont mis en lumière et j’avoue que cela a joué dans le fait que j’apprécie autant ce roman. L’autrice vous réserve aussi des moments sexy qui m’ont donné envie d’acheter un déguisement de fermier à mon homme… Pas sûre qu’il accepte de jouer le jeu ^^

En bref, une très belle découverte du Vermont et de ses richesses. Audrey et Griffin forment un couple adorable et j’ai aimé chaque page de ce roman, le dégustant lentement comme un bon verre de cidre de la cuvée spéciale de Griffin 🙂 Je suis tombée en amour de tous les personnages ainsi que de l’ambiance bienveillante du récit. Une chose est sûre, je vais me jeter sur la suite qui se consacre au personnage de Jude, dès sa sortie.


Mardi, me voilà de retour à la ferme Shipley. Ces quelques jours sans le voir ne m’empêchent pas d’avoir la langue qui pend en me garant devant la cidrerie. Griff et ses garçons sont tous là, torse nu à empiler des cageots de pommes. Aussi loin que mes yeux peuvent voir, il y a des pommes, des biceps saillants et des pectoraux parfaitement dessinés. Zach est le seul qui, en me voyant sortir de la voiture, attrape une chemise pour se couvrir. Jude, qui au passage est tatoué sur tout le torse, m’ignore. Kyle, qui est lui accroupi, me fait un clin d’œil. Frimeur…

Et je ne sais même pas comme Griff a réagi, car je me fais violence pour ne pas le fixer, lui et ses tablettes de chocolat qui descendent jusqu’à son…

Merde. Je suis une femme d’affaires catastrophique. Déshabiller mentalement son vendeur, c’est interdit… Non ?


La saveur de la bouche d’Audrey Kidder me fait perdre la tête à chaque fois. Occupé à lui manger la bouche, là juste en face du Mountain Goat, j’arrête de m’en défendre.

Je ne sais pas pourquoi cette petite femme fougueuse a un effet si ravageur sur moi.

Peut-être bien que je ne le saurais jamais. tout ce que je sais, c’est qu’elle m’excite comme aucune autre. Je la veux de toutes les manières dont un homme peut vouloir une femme. Je la veux dans mon lit, sous moi. Je la veux contre ce mur.

Je la veux même assise à côté de moi quand je vais au marché, à pinailler sur tout ce que je dis. Et je la veux dans ma cuisine, à flâner, à ajouter des cerises dans la sauce Barbecue et à papoter avec mes sœurs.

Putain, je suis foutu.


Et c’est reparti pour un tour. Je ne suis pas plus capable de résister à Griff Shipley que Homer Simpson à un beignet. Ce que ce garçon me fait ressentir, rien qu’en effleurant ma main est probablement illégal dans plusieurs Etats.

Je remercie les éditions Hugo new romance pour cette lecture. 

1Pingbacks & Trackbacks on Le grand nord #1 – Amertume > Sarina Bowen

  1. […] RETROUVEZ MON AVIS SUR LE TOME PRÉCÉDENT  LE GRAND NORD #1 – AMERTUME […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *