Coeur en bémol » Barbara Cartland

by

Editeur : J’ai Lu

Livre : ICI

James de Westfield n’en peut plus. Encore un professeur de musique qui claque la porte ! Devenu comte, James s’est retrouvé en charge de sa demi-soeur Charlyse qui a grandi en Amérique. En gamine capricieuse et mal élevée, l’enfant fait fuir tous ses précepteurs, jusqu’à l’arrivée de Mlle Marisa Bradshaw. Non contente de jouer du piano en virtuose, celle-ci réussit à gagner la confiance de la petite peste. Un vrai tour de force ! Marisa a tous les talents, mais sa candeur en fait une proie rêvée pour les gens mal intentionnés. Et James sent tout à coup s’éveiller ses instincts protecteurs…

 

⭐⭐⭐⭐,5

Je crois pouvoir dire qu’au plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé lire Barbara Cartland. A l’époque, je les achetais avec mon argent de poche, ils étaient facilement repérables avec leurs couvertures dans les tons orangés, et dès que je savais, je ne manquais pas l’occasion de m’en procurer un. Eh oui déjà à l’époque de mes jeunes années, j’avais une véritable addiction pour cette auteure de talent. Ses livres me permettaient de m’évader et de rêver de prince, de comte, d’aristocratie avec ses bons et mauvais côtés, de bourgeoisie.

Cœur en bémol faisant partie de ceux que je n’avais pas encore lu, il était donc impossible que je ne veuille pas le lire.

Si j’ai aimé James et Marisa, le personnage qui m’a le plus touchée, c’est Charlyse, la petite sœur de James. Lorsque l’on sait ce qu’elle a vécu alors qu’elle n’est encore qu’une enfant, on ne peut qu’avoir envie de la serrer dans nos bras et de lui dire que tout va bien aller maintenant, que le pire est derrière elle et que l’avenir ne peut qu’être meilleur. La petite Charlyse et Marisa ont d’ailleurs un point commun, c’est ce qui va leur permettre de se rapprocher. Marisa fait preuve de gentillesse et de compréhension envers la fillette alors que jusqu’ici, ses professeurs de piano n’étaient qu’autorité, avec un peu de tendresse et d’attention on arrive à tellement de chose.

Les romans de Barbara Cartland, sont ce que j’appelle des romans à l’eau de rose, des romans fleurs bleues. Mais franchement, qu’est-ce que cela fait du bien de temps en temps de pouvoir s’évader sans prise de tête, même si l’on sait que forcément tout se finira bien pour les personnages. Je peux d’ailleurs vous dire, que si j’avais les moyens et le place, il ne m’en manquerait pas un seul 🙂


Merci aux éditions J’ai Lu pour leur confiance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *