Te séduire, te trahir » Clara Oz

Editeur : Addictives

Livre : ICI

Pilote d’exception, tête brûlée, bagarreur, grand frère attentionné… Il y a six mois, Ben avait en apparence tout : les femmes, les victoires, les trophées.
Aujourd’hui, un seul mot lui correspond : criminel. Et ça, Alyssa ne l’oubliera pas. Elle l’embauche dans son atelier de mécanique, pour garder un œil sur lui et mener à bien sa mission. Peu importe s’il la trouble, la fait rire et lui offre des sensations inédites ! Elle sait ce qui se cache derrière son masque et compte bien le renvoyer derrière les barreaux.
Sauf que Ben ne se laissera pas faire aussi facilement…
Quand la plus inattendue des relations devient le plus grand des pièges.

 

⭐⭐⭐⭐

Si tout les taulards, ou ex-taulards, sont dans le genre de Ben … je ne dis pas non tout de suite ;-p

Si au début j’ai eu un peu de mal à m’attacher à un ou l’autre personnage, ce petit désagrément est très vite parti en fumée. Ben a commencé à prendre une très grande place, alors que je ne supportais pas Alyssa. Là aussi les choses ont changés par la suite, j’ai commencé à mieux la cerner et du coup à mieux la comprendre, petit à petit elle aussi c’est fait une place. Julia, la sœur de Ben, j’ai eu du mal avec elle, pour moi, peu importe ce qu’il se passe, la famille passera toujours avant le reste, alors voir qu’elle ne veut même plus voir son frère, parce que soi-disant il a tué celui qu’elle aimait, jamais elle ne c’est posée la question de savoir si c’était la réalité, elle c’est fiée aux apparences qui étaient toutes contre lui. Ce n’est que beaucoup plus tard dans le livre que j’ai commencé à la voir différemment.

Heureusement que ce livre comporte les deux parties de l’histoire, je serais devenue hystérique si j’avais du attendre, surtout avec cette fin de première partie qui est juste une envie de torture vis-à-vis de l’auteure :-p Cette intégrale, fait plus de 500 pages et pourtant je les ai dévorées à une vitesse folle, je voulais toujours avancer, ne pas faire de pause, ne pas reporter au lendemain. La vie étant ce qu’elle est, j’ai du m’arrêter à un moment, mais je n’avais qu’une idée en tête, reprendre mon livre et poursuivre.

En ce qui concerne l’intrigue, j’ai aimé que Clara Oz ne dévoile pas tout de but en blanc, elle a prit son temps, en mettant à mal ses personnages (et moi par la même occasion), mais je trouve que le rythme est juste comme il le faut. Des moments plus lents qui permettent au lecteur de souffler un peu, d’autres beaucoup plus rapides avec lesquels il faut parfois bien s’accrocher. Pour le suspens, eh bien sur ce point, rien à dire, l’auteure maîtrise très bien.

Et si maintenant, je vous avoue que je n’ai pas lu du tout le résumé avant de me lancer dans ma lecture ? Eh oui, juste la couverture et le titre m’ont suffit pour avoir envie d’en savoir plus. C’est toujours risqué, et pourtant je n’ai pas eu de doute sur le fait que j’allais aimer, que j’allais passer un moment agréable en compagnie des personnages dont je ne connaissais pas les prénoms avant de les découvrir au moment de ma lecture, ni le contexte d’ailleurs, forcément sans lire le résumé cela devient un peu difficile de savoir ce que l’on va lire.

Maintenant, à vous de voir, mais je ne peux que vous conseiller de vous lancer vous aussi 🙂

– Tu étais vraiment sincère lorsque nous avons fait l’amour ? demandé-je à mi-voix, cette question étant la seule essentielle pour moi en cet instant.

– Oui, Ben, souffla-t-elle. Bien sûr que oui.

Et c’est elle qui approche son visage du mien. Elle qui pose ses douces lèvres sur les miennes, faisant frémir mon corps. Je glisse une main sur sa nuque, l’autre dans ses cheveux, et prolonge ce baiser. Je l’embrasse avec voracité. Je l’entends gémir, très légèrement, et ses doigts s’accrochent à mon tee-shirt, me ramenant vers elle, plus près. J’ai chaud. Froid.

Terriblement envie d’elle…


Merci à Léna et aux éditions Addictives pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *