Premières lignes #39

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes du roman suivant :

*[Bad #5 – Amour insaisissable] de Jay Crownover paru aux éditions HARLEQUIN.

*[AXIOS] de Jaclyn Osborn à paraître aux éditions MXM BOOKMARK.

 

Jusqu’où ira-t-il pour la sauver ?

Depuis son retour à The Point, Snowden Stark n’a qu’un objectif : éviter les problèmes. Voilà pourquoi il n’a pas réfléchi plus de deux secondes avant de claquer la porte au nez de Noe Lee lorsqu’elle a débarqué chez lui, terrifiée, en implorant son aide. Rien, et pas même le charme fou de la jeune femme, n’aurait pu le convaincre d’intervenir. Sauf qu’aujourd’hui Noe Lee a disparu, et Stark ne se le pardonnera jamais s’il lui arrivait quelque chose. Alors, pour retrouver la seule femme capable de lui retourner la tête, il est désormais prêt à toutes les transgressions. Car il le sait, pour tenter de la sauver, il n’a qu’une solution : s’associer à l’homme le plus dangereux de The Point.

֎֎֎֎֎֎֎֎֎֎

Premières lignes

Noe

« J’étais sur le point d’entreprendre une démarche que je m’étais juré de ne plus jamais faire de ma vie : demander de l’aide.

J’avais appris assez tôt que la seule personne sur laquelle je pouvais compter, la seule qui ne me laisserait jamais tomber ni ne me décevait, c’était moi. »


Je suis Axios, de Sparte, et je suis né pour tuer.

À l’âge de sept ans, j’ai quitté la maison pour m’entraîner avec d’autres garçons. On nous a enseigné l’obéissance, la solidarité, la stratégie militaire et la résistance à la douleur.
Mon éducation stricte m’a débarrassé de mes faiblesses et m’a obligé à devenir fort. Impitoyable.

֎֎֎֎֎֎֎֎֎֎

Premières lignes

396 av. J.-C., à Sparte.

– Debout ! Les faibles ne survivent pas ici, gamin, cria Felix, l’homme qui nous entraînait.

Tous les garçons étaient obligés de suivre l’agôgè, l’entraînement qui nous préparait pour l’armée spartiate et mon petit corps devait encore s’adapter aux épreuves qu’un tel apprentissage impliquait.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

4 commentaires sur “Premières lignes #39

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *