Conte de la lune et de la terre #1 – La grande nuit noire » Héloïse Dalle

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Année 2076, New York Dans des circonstances mystérieuses, la Lune a parcouru la moitié de la distance qui la séparait jadis de la Terre, provoquant un cataclysme terrible et sans précédent. Dans ce qui reste de l’université des sciences de Manhattan, un jeune garçon, Julius, survit comme il le peut sous la tutelle bienveillante de la vielle Madame Johnson et des quelques scientifiques qui continuent de faire vivre les lieux et recueillent les enfants abandonnés, comme lui. Les jours sont mornes et se suivent. Pourtant, quand Julius découvre une oasis de verdure cachée au milieu de la ville envahie de débris, de terribles événements s’enchaînent à un rythme infernal et c’est tout son univers qui s’écroule. Accompagné de son professeur préféré, le très étrange et légèrement toqué Pr Mortimer Abbot, Julius ce lance à corps perdu dans un voyage périlleux au cours duquel il fera face non seulement aux dangers de la nature déchainée, mais également à celui, plus menaçant et plus traitre encore, d’un ennemi tapi dans l’ombre.

 

⭐⭐⭐⭐

Commençons par les petits points dit négatifs 🙁

Le format du livre est grand, très grand, un peu moins de deux centimètres de moins en hauteur qu’une feuille A4 et à peine un de moins en largeur. J’avoue que cela m’a perturbé, déjà en ouvrant l’enveloppe, mais également durant ma lecture, par moment j’avais l’impression de ne pas avancer, de faire du sur-place, l’impression de ne pas souvent tourner les pages. J’aurais préféré un livre plus épais, mais moins grand. En ouvrant le livre, nous sommes directement dans l’histoire, pas de page avec le titre et autres détails que l’on trouve avant l’histoire en elle-même. Cela aussi c’est perturbant, bien que finalement pas très gênant.

Bon, ça c’est fait, maintenant passons à autre chose de plus réjouissant et qui justifie mes 4 étoiles 🙂

L’univers dans lequel nous plonge Héloïse Dalle est riche et intéressant à découvrir, il est cohérent avec le résumé. Le personnage principal, Julius, est lui aussi riche et intéressant, il est entouré d’une aura de mystère, nous ne savons pas encore tout de lui, en même temps nous sommes ici dans le premier tome, cela viendra par la suite. C’est ce que j’ai apprécié, que tout ne nous soit pas immédiatement révélé, cela laisse planer le doute et les questions. J’ai cependant un petit regret qui concerne l’histoire en elle-même, j’ai trouvé que l’auteure voulait nous donner une tonne d’information mais que du coup elle c’est un peu trop concentrée sur ce point au détriment de l’intrigue elle-même qui par moment manque de rythme. Ceci n’est peut-être qu’une impression de ma part, j’aimerais avoir l’avis d’autres personnes qui ont lu ce premier tome histoire de voir si nous avons eu cette même impression.

Avec ce premier opus, les bases pour la suite sont posées, l’univers dans lequel nous évoluons est un mélange de dystopie/fantasy/science-fiction, les événements nous permettre de penser que la suite va être assez mouvementée et riche en rebondissements. Honnêtement, si je n’avais pas eu ces impressions de lenteur durant ma lecture, cela aurait été nettement plus prenant et plaisant à lire. Néanmoins j’ai envie de connaître la suite, de retrouver Julius et d’avoir les réponses le concernant, je poursuivrai donc sans hésiter.

Ne prenant pas la peine de chercher une entrée, il escalada la grille en s’accrochant aux montants ouvragés pour pénétrer à l’intérieur de l’enceinte. En moins d’une minute, Julius était de l’autre côté. Soudain, alors qu’il venait d’atterrir en douceur, il ressentit une sensation étrange. Il lui fallut un moment pour en identifier l’origine. La texture du sol sous ses chaussures lui était inconnue. En baissant la tête, il vit qu’il était recouvert d’un épais tapis de brindilles d’un vert aussi éclatant que le feuillage des arbres.


Merci à Héloïse et au site Simplement.Pro.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *