Premières lignes #34

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivants :

*[COMPANY OF KILLERS #1 – A LA RECHERCHE DE SARAI] de J.A. Redmersky à paraître aux éditions MILADY.

*[SOUS L’EMPRISE DU VIKING] de Anna Lyra paru aux éditions HARLEQUIN.

 

Elle devrait le fuir, mais pour rester près de lui, elle est prête à tout… même à tuer !

Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle attend toujours une occasion inespérée de s’enfuir. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture.
Même si la jeune femme n’a peur de rien, elle ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel qu’elle vient de quitter. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout même l’irréparable pour ne plus le quitter.

Premières lignes

Quelque part au Mexique

Ça fait neuf ans que je n’ai pas vu un américain par ici. Neuf ans. Je commençais à croire que Javier les avait tous tués.


Ce devait être le plus beau jour de sa vie… Alors qu’elle s’apprêtait à épouser le fiancé choisi par son père, Derilia, fille de roi picte, voit sa vie basculer. En un éclair, une cohorte de Vikings déferle dans le village en fête en pillant tout sur son passage. Lorsque l’un d’entre eux la sort de sa cachette et qu’elle croise son regard impérieux, Derilia voit sa dernière heure arriver. Pourtant, cet étranger aux yeux clairs l’épargne et choisit de l’emmener sur son bateau avec son jeune frère, lui aussi prisonnier. Terrifiée, et résolue à cacher son rang de princesse, Derilia se raccroche à l’intuition étrange que son ravisseur la protégera… en attendant l’occasion de fuir !

Premières lignes

An 825, Jarlöff, dans l’archipel des Shetland

L’aiguille s’enfonça une nouvelle fois sous la peau du jeune Aslak, qui ne broncha pas malgré la douleur. La séance s’éternisait. Heureusement qu’en ces journées estivales le soleil ne se couchait quasiment pas à Jarlöff. Boule incandescente rejoignant l’horizon au nord-ouest sans jamais se résoudre à plonger dans les flots, il lançait ses rayons rougeoyants à la face des hommes, comme pour les mettre au défi de trouver le repos en sa présence.

Aslak plissa les yeux. Ils étaient installés sur un banc de pierre devant la maison de sa mère, qui vivait seule depuis la mort de son père – du moins, depuis qu’il n’était pas revenu d’un raid.

– Ton tatouage va me prendre du temps, pesta Stig, penché sur son torse nu, sur lequel l’encre et le sang se mêlaient en une rigole sombre. Il  ne sera pas terminé aujourd’hui.

– L’étape finale de mon initiation n’a lieu que dans trois jours, grinça Aslak entre ses dents.

– Je sais.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Un commentaire sur “Premières lignes #34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *