Premières lignes #33

by

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivants :

*[MONSTERS IN THE DARK #2 – LARMES BRULANTES] de Pepper Winters paru aux éditions MILADY.

*[GOING WILD #1 – DANS LA TANIERE DU LOUP] de Candice Ulrik à paraître aux éditions MXM BOOKMARK.

 

Âmes sensibles, s’abstenir !
Tess appartient totalement à Q.
Q appartient éternellement à Tess.
Tout en cherchant à se venger des hommes qui ont vendu Tess, tous deux apprennent les limites de leur relation hors norme et ne se lassent pas des nuits aussi sensuelles qu’envoûtantes… jusqu’à ce que le malheur s’abatte une fois de plus sur Tess mettant en péril leur folle passion et risquant de changer la jeune femme à tout jamais…

Premières lignes

PROLOGUE

QUINCY

Je brûle de voir ta chair saigner, hurler, satisfais-moi, laisse le sang couler, le monstre en moi l’a emporté…


« Depuis sa naissance, Stephen lutte contre une maladie incurable. Jusqu’au jour où il est victime d’une mystérieuse agression, qui le laisse contre toute attente en parfaite santé. Enfin, si se transformer en loup peut être appelé une « parfaite santé » ?
La meute de Jason est en alerte : contrevenant à leur loi, un loup-garou a mordu un humain, faisant de lui l’un des leurs. Le loup en devenir va avoir besoin d’un guide. Bien qu’il n’en ait aucune envie, Jason est désigné. Pour couronner le tout, le nouveau n’est autre que Stephen, le « loser » de son lycée ! »

Premières lignes

Depuis toujours, Stephen avait été différent des autres enfants. Au premier baiser salé offert à sa mère, le mal avait parlé. Dès le premier jour, son existence avait été complexe : les médecins, les prélèvements sanguins, les examens sans fin, et les interminables avertissements et inquiétudes de ses parents, qui l’avaient surprotégé, tentant de le garder en sécurité au sein du cocon familial. Mais qu’auraient-ils pu faire, eux, ces merveilleuses âmes n’ayant que leur amour à opposer à la terreur qu’imposait cette terrifiante bête noire qui avait creusé sa tanière au plus profond de son être, dans son ADN ? Il avait toujours su que, quoi qu’il fasse, sa vie ne pourrait jamais être aussi simple que celles des autres jeunes de son âge. Quoi qu’il puisse espérer, l’espoir ne le ferait pas vivre. Toutefois, il n’avait jamais baissé les bras. La vie était trop belle et méritait d’être vécue pleinement, quel qu’en soit le cheminement, quelle que soit la durée du voyage.

You might also like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *