Premières lignes #32

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivants :

*[UNE SECONDE CHANCE] de Elodie Nowodazkij paru aux éditions DREAMLAND.

*[THE SAVAGES OF HELL (INTEGRALE)] de Pierrette Lavallée paru aux éditions SHARON KENA.

 

Depuis sa rupture avec Nick, Emilia ne croit plus en rien. La jeune danseuse a été meurtrie par sa rupture avec Nick qui est sorti avec une autre fille. Elle fait tout pour l’oublier et se concentrer sur son objectif : décrocher la première place dans le spectacle de son école de danse. Elle répète sans relâche pour réussir à devenir danseuse étoile et avoir le brillant destin dont elle rêve. Mais dans la vie rien ne se passe jamais comme prévu et Emilia doit se rendre à l’évidence : ce n’est pas facile d’être la meilleure. C’est le moment que Nick choisit pour revenir dans sa vie. Il affirme avoir réalisé son erreur et semble prêt à tout pour avoir une seconde chance…

Premières lignes

J’aurais dû rester à l’École des arts de la scène ce week-end. J’aurais dû passer plus de temps à me préparer pour la grande audition du gala de fin d’année. J’aurais dû répéter chaque mouvement jusqu’à la perfection…

Je ne vais jamais être prête.


Diego est à la tête des Savages of Hell, un gang de motards qui, dans l’ombre, œuvre pour le bien, pour la légalité.
Lorsqu’une vague de disparitions s’abat sur la région, il sait que ses hommes et lui-même vont devoir sortir de l’ombre.

Premières lignes

Salvatore avait tout de suite compris que son père avait été trahi, lorsque les voitures de police entourèrent le gang des Hyènes et qu’ils sortirent de leurs véhicules, l’arme au poing. Même si son paternel et ses acolytes étaient d’impressionnants bikers et qu’ils pouvaient mener leur bolide à fond de train, s’échappant ainsi de n’importe quelle situation, cette fois, ils étaient coincés.

Les mâchoires serrées, la rage au ventre, Salvatore se laissa menotter et entraîner sans même tenter de se débattre, contrairement à ses compagnons d’infortune qui résistèrent à leur arrestation, en se jetant dans la bagarre. Pourtant, Salvatore avait essayé de démontrer à Monster, le nom que s’était donné son vieux en entrant dans la grande famille des motards, les risques qu’ils encouraient, les failles dans son plan et, surtout, ses erreurs de raisonnement. Mais comme d’habitude, Monster s’était contenté d’éclater d’un rire gras, de lui assener une claque virile sur l’épaule et de le renvoyer au garage, afin qu’il s’occupe des bécanes.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

6 commentaires sur “Premières lignes #32

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *