Riders #2 – Chevauchée ardente » Lorelei James

Editeur : Milady

Livre : ICI

Depuis la mort de son mari, Gemma s’occupe seule de son ranch dont viennent les plus belles bêtes de rodéo. Mais les affaires ne sont pas bonnes, et elle embauche un ancien champion de rodéo pour lui prêter main-forte. Cash accepte de lui venir en aide à une condition : le jour, c’est elle qui tient les rênes, la nuit, c’est lui.
Attirée par ce jeune homme plein de fougue aux désirs indomptables, la propriétaire du ranch consent à lui accorder ce privilège.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

C’est avec un grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers relativement chaud des cowboys. Si le premier tome de Riders m’avait donné pas mal de chaleurs, celui-ci est un niveau encore au-dessus ! Ah oui oui je vous assure que c’est possible, en plus nous n’avons pas un, ais bien deux couples avec ce second opus, alors autant vous dire que les galipettes de Colby dans le premier, bien que très nombreuses, ne sont pas de la même intensité qu’ici.

Si vous avez lu mon avis sur le premier tome, vous savez déjà que j’avais envie d’en savoir plus sur Gemma, ce tome lui étant consacré, ce fut un véritable bonheur de le lire. Gemma, c’est une femme que la vie n’a pas épargnée, elle a perdu son mari, avec lui ses repères se sont envolés, malgré tout elle veut continuer dans la même voie et de ce fait poursuivre dans les rodéos, ou du moins le monde qui tourne autour du rodéo car elle ne monte pas les taureaux ni les chevaux, mais elle tente de continuer à fournir les rodéos avec ses propres animaux qu’elle élève. Depuis la mort de son mari, là aussi tout a changé pour elle, un peu comme si étant une femme, elle n’avait pas sa place dans ce monde de machos, personne ne lui a dit, mais c’est bien de cette manière qu’elle prend la chose, les personnes à qui elle vendait les animaux ont commencés à ne plus faire appel à elle, à ne plus prolonger les contrats. Elle n’a plus trop le choix, elle va devoir demander de l’aide, et qui mieux que Cash Big Crow pour ce rôle ?

Depuis qu’elle a perdu son mari, Gemma ne c’est jamais remise avec aucun homme, comme si le fait de vouloir retrouver le bonheur lui donnerait l’impression de tromper le seul homme qu’elle a aimé. Entre elle et Cash, il y a une attirance que personne ne peut nier, malgré tout, Gemma n’a jamais voulu aller plus loin que leur petit jeu de séduction et du je-te-tourne-autour-mais-cela-n-ira-pas-plus-loin. Cela fait maintenant une année environ qu’elle n’a pas vu ou croiser le bel indien, mais ayant pris la décision que peut-être elle pourrait refaire sa vie, qu’elle pourrait avoir droit à une seconde chance, qu’elle n’a jamais cessé de penser à Cash, c’est vers lui qu’elle va se tourner pour l’épauler au ranch. Ce qu’elle ne sait pas à ce moment-là, c’est qu’il a déjà une fille d’un peu plus de vingt ans, au final elle se rend compte qu’elle ne sait pas grand chose sur cet homme.

Cash va être surpris par la demande de Gemma, mais ne pouvant cacher qu’il a toujours voulu que cela aille plus loin entre eux, il va tenter sa chance en acceptant le boulot, mais en donnant quelques conditions, comme celle que ce soit lui qui soit le « patron » une fois la journée de boulot terminé. Ce qu’il veut c’est forcer la main au destin et peut-être qu’à ce jeu il ne sera pas perdant, du moins c’est ce qu’il espère. Macie, la fille de Cash, va elle aussi habiter sur le ranch. Cash et elle n’ont pas vraiment de lien père-fille, il était très jeune lorsque celle-ci est née et lui qui était toujours dans les rodéos n’a pas franchement vu sa fille grandir. Il veut renouer avec elle, tisser un lien qui devrait déjà exister, s’il n’est pas trop tard.

Carter, un des frères de Colby que l’on rencontre dans le premier tome, vit également sur le ranch, il donne un coup de main à Gemma, il est artiste peintre le reste du temps, mais il est en manque d’inspiration, il a perdu son imagination. On peut dire qu’entre lui et Cash, la relation est tendue, en effet, Cash connaissant la famille McKay et leurs frasques avec les femmes, ne veut pas que celui-ci tourne autour de sa fille, et franchement je peux le comprendre parce que vu ce que l’on sait déjà des frères McKay, personne n’aurait envie que ce genre d’individu tourne autour de sa fille. Mais peut-être que celui-ci est différent de ses frères, ce n’est pas pour rien que lui a voulu faire des études alors que les autres sont plus dans la trempe des ranchers.

Maintenant que je vous ai planté le décor, parlons un peu du reste 🙂

Gemma et Cash, dès le départ, pour moi, ce fut une évidence. Gemma a du mal avec les quelques années qu’elle a de plus au compteur, et pourtant cela ne semble pas gêner notre bel indien fougueux. Avec lui, elle se sent différente, prête à voir au-delà des années d’écart, après tout, il n’a jamais caché qu’il voulait que les choses aillent plus loin entre eux. Croyez-moi que ces deux-là lorsqu’il s’agit de passer à l’acte, c’est du chaud bouillant !!!

Cash et Macie, ce n’est pas évident tout les jours, mais il veut vraiment que leur relation s’améliore, c’est ce qu’il veut et ce dont il a besoin, une véritable relation père-fille. C’est aussi ce que Macie veut, avoir un père, un vrai père présent pour elle et pas uniquement par téléphone ou quelques fois sur l’année. Leur lien va petit à petit se tisser au fil des pages, on sent la difficulté de chacun à véritablement aller vers l’autre, mais cela les rend encore plus touchant, et le lien si fragile au début va se renforcer, cependant ils doivent y prendre garde car un rien peut le briser, ce lien est encore fragile mais ils ont chacun la volonté de le consolider.

Macie et Carter, c’est clair que c’est de la dynamite ce couple, dès qu’ils sont ensemble ils ne peuvent s’empêcher de passer à la vitesse supérieure et de finir complètement nus. Entre eux, cela ne semble pas vouloir aller plus loin que le sexe, mais petit à petit l’oiseau faisant son nid, ils vont vouloir encore plus que cette relation charnelle, voir plus loin que les apparences et franchir les murs que chacun d’eux à construit autour de lui. Ce n’est pas une relation simple, mais quelque part, cela peut au contraire tout consolider et faire de leurs parties de jambes en l’air quelque chose de plus sincère et profond.

Avec ce second opus, Lorelei James va encore plus loin dans le travail des relations et des sentiments, elle donne une place aux secondes chances. Le sexe a encore une très grande place et c’est parfois plus que chaud, cependant il y a autre chose derrière, tout comme pour Colby et Channing qui font d’ailleurs un passage également dans ce tome. Ce n’est pas du sexe pour du sexe, il y a de véritables histoires derrière, et pas des plus simples, je trouve d’ailleurs que l’auteure excelle dans la diversité, et je n’en suis pourtant qu’au second opus. Je pense que le prochain opus, consacré à Cord McKay, un des frères de Colby et Carter, va être plus dans l’émotion, Cord est divorcé et ne veut plus se laisser prendre au piège de l’amour, il n’est pas seul, il doit également penser à son fils qu’il élève seul maintenant. J’ai franchement hâte de le découvrir et de vous en parler.

Merci aux éditions Milady pour leur confiance.

Retrouvez mon avis sur le premier tome :

Chevauchée exquise

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Un commentaire sur “Riders #2 – Chevauchée ardente » Lorelei James

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *