La première fois que j’ai été deux > Bertrand Jullien-Nogarède

PARU LE 6 JUIN 2018 AUX EDITIONS FLAMMARION JEUNESSE

LIEN D’ACHAT – ICI

«Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu’à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu’un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam.

J’étais vraiment folle amoureuse.»


⭐⭐⭐

J’ai terminé ce roman il y a quelques jours, et je suis toujours aussi perplexe face à cette histoire. Je dois avouer que je suis plus que mitigée quant à ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman. Je suis tiraillée entre les aspects que j’ai tout simplement adoré et cette sensation que je n’ai pas totalement été comblée en tournant la dernière page.

Cela vous arrive d’être troublé par votre ressenti ? C’est ce qui m’arrive avec l’histoire de Karen et Tom. Je peux dire que j’ai adoré la première moitié de l’histoire, peut-être même les 3/4 si je veux être précise, mais les dernières pages du roman m’ont fait l’effet du douche froide et cela a atténué mon enthousiasme et bouleversé mon ressenti final.

Qu’on se le dise, ce roman young adult est hors du commun, il sort des sentiers battus. Rien à voir avec les autres romans que l’on trouve chez nos libraires, et c’est vraiment quelque chose que je voulais souligner. Le style et la plume de l’auteur sont très riches, c’est inspirants et cela nous permet de réfléchir tout au long de l’histoire. Le langage est assez soutenu et vous allez vous immerger dans l’univers de deux adolescents singuliers et en marge des jeunes de leur âge. Karen, notre héroïne est assez spéciale, elle ne vit que pour l’écriture et est assez secrète. Elle a peu d’amis mais estime vraiment ceux qu’elle a. Son personnage m’a piqué au vif, on peut dire qu’elle détonne dans la société actuelle, elle sait pertinemment qu’elle aspire à autre chose que ce que le destin met sur son chemin. Elle analyse tout et tout le monde. Karen m’a perturbée au fil des pages, il faut savoir qu’elle est un brin désabusée et extrêmement cynique, et je pense que c’est ce qui a eu raison de moi sur la fin. J’aurais aimé une évolution dans sa façon de penser, qu’elle apprenne de son expérience et de sa relation avec Tom mais il faut avouer que Karen souhaite rester maître d’elle-même. Son histoire familiale y est pour beaucoup mais à mes yeux, elle ne s’est pas servie des échecs de son entourage, elle a été conditionnée par ceux-ci et cela m’a totalement démoralisée. Je n’ai pas aimé le pessimisme qui lui collait à la peau. Pourtant, Karen est une héroïne qui m’a remuée, j’ai aimé son originalité et sa loyauté envers ses amis. Mais je n’ai pas aimé l’image qu’elle véhicule au travers du récit. En tant qu’adulte, j’ai analysé son attitude d’une certaine manière sans jamais cesser de me demander comment les jeunes lecteurs allaient-ils la percevoir. Quelle influence aurait-elle sur eux ? Sur leur vision de la vie, de l’amour et du futur ? A côté de ça, vous avez Tom. Ce jeune anglais qui se retrouve en France contre son gré… Tom m’a énormément plu, il est lui aussi très intéressant. J’ai adoré sa philosophie de vie et l’honnêteté dont il fait preuve dans ses choix. C’est un héros unique en son genre, on comprend totalement pourquoi Karen a craqué pour lui 🙂 Sa situation n’a rien de simple, tout comme celle de Karen.

Nos personnages se retrouvent réunis par des points communs que l’on ne peut ignorer. J’ai particulièrement aimé le début de leur histoire, ainsi que les autres thèmes abordés dans l’histoire. L’auteur nous plonge dans la culture anglaise, on y découvre une histoire liée à la seconde guerre mondiale qui rend le livre encore plus touchant. La musique tient une place très importante aussi et cela m’a permis de m’immerger un peu plus dans l’univers de nos deux héros. L’intrigue a su me captiver tout au long avec des petits coups de cœur pour certains aspects comme les passions de nos héros. La musique pour Tom et l’écriture pour Karen. J’ai aimé la façon dont l’histoire d’amour s’est mise en place même si je suis restée sur une petite déception quant à son déroulement.

Ce roman est vraiment étonnant, plus j’y pense et plus je me dis que mon avis est vraiment scindé entre les choses que j’ai aimé et celles qui m’ont laissé sur la touche. L’auteur nous confronte abstraitement à notre époque, à ce que l’on attend de nous, à ce que l’on doit apprendre par nous-même. Nos deux héros sont passionnés, ils se démarquent de tellement de façons. Ils sont érudits et intraitables dans leur spécialité. J’ai trouvé cela rafraîchissant de découvrir des jeunes aussi impliqués et intéressés par le monde qui les entoure.

La construction du récit n’est pas banale, l’auteur y apporte un côté philosophique maîtrisé, il faut dire qu’il sait de quoi il parle. Chaque lecteur pourra s’approprier l’histoire et en sortir le message qu’il souhaite. Le roman est destiné aux jeunes lecteurs, mais franchement je vous assure que les adultes y trouveront aussi leur compte. J’ai trouvé le récit assez complexe pour les plus jeunes, ce qui est plutôt positif car ça les poussera à se poser pas mal de question.

En bref, même si je ressors tiraillée par mon ressenti, sachez que le roman remporte d’ors et déjà un franc succès auprès des lecteurs et personnellement je ne regrette pas du tout ce moment de lecture qui m’aura poussé loin dans mes réflexions. Bertrand Jullien-Nogarède nous offre un roman young adult qui sort de l’ordinaire avec des héros tout aussi singuliers. Si je n’ai pas adhéré à la totalité de l’histoire, je peux néanmoins vous assurer que j’ai aimé certains aspects qui étaient vraiment passionnants. Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce roman et n’hésitez pas à venir en discuter ici pour échanger votre avis.


Certains moments de notre existence garderont à jamais une intensité particulière, une vibration dont les ondes continueront à nous parcourir longtemps après. J’avais éprouvé toutes sortes de coups de cœur dans ma courte vie affective, mais mon désir n’avait jamais trouvé un terrain propice à son épanouissement, la majorité des garçons ne résistant pas à plus de cinq minutes de conversation. C’est une vraie maladie chez moi, je n’arrive pas à me contenter du physique, je ne dois pas avoir un âme de bonne reproductrice. Il fallait bien le reconnaître, ce qui se passait avec Tom me prenait de court. Tomber amoureuse sur un air de Quadrophenia dont je ne connaissais même pas le titre quelques jours auparavant tenait à la fois du prodige et de la catastrophe. Tout ce qui avait constitué le socle de mon existence s’enfonçait dans les sables mouvants d’un sentimentalisme qui m’aurait semblé quelques mois plus tôt du plus mauvais aloi.

Moi qui ne croyais pas au coup de foudre, je venais de sombrer corps et âme dans l’océan furieux de ce puissant mythe.

Je remercie Bertrand Jullien-Nogarède pour sa proposition de lecture.

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “La première fois que j’ai été deux > Bertrand Jullien-Nogarède

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *