Les Prières de sang » Jean-Marc Dhainaut

 

Editeur : Taurnada

Livre : ICI

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère.
Et dire que tout a commencé parce qu’une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n’avait pas perdu la mémoire…

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Quelle joie de retrouver la plume de Jean-Marc Dhainaut ! De plus, si c’est pour découvrir une nouvelle petite merveille, que demandez de plus, sérieusement ???

La maison bleu horizon est déjà bien prenant, mais alors là, ici, niveau intensité, j’ai trouvé que l’auteur a fait encore plus fort que précédemment. Pour ceux qui ont lu les deux, je suis curieuse de savoir si vous êtes du même avis que moi sur ce point. En tout cas, moi, à partir du moment où je l’ai commencé, il m’a été impossible de le lâcher ! Les pages tournent à une vitesse monstrueuse. J’ai même l’impression que l’auteur a affiné sa plume, à ce train là, son prochain sera dans les coups de cœur, je suis bluffée par l’évolution de son style qui est plus affuté, plus prenant encore que pour son premier. Une évolution simplement flagrante, et je me permet une petite note à Joël : ne le lâche surtout pas 😉

Finalement mon problème à cette minute où je dois vous donner mon ressenti, c’est que je n’ai pas envie de le faire, mais plutôt de vous recommander de vous jeter dessus (sans vous faire trop mal quand même), de le dévorer comme je l’ai fait, de le savourer comme un bon verre de vin, de frissonner, de retenir votre souffle, de vous plonger dans ce décor qui vous glacera le sang. Pour moi, c’est le genre de livre que j’adorerais avoir la possibilité de se voir projeté sur un grand écran, j’adorerais voir les personnages évoluer et non pas les imaginer. L’auteur nous donne déjà une histoire ou le visuel est excellent, le lecteur n’a aucune peine à voir ce qu’il lit, mais les voir sur un grand écran c’est encore autre chose.

Le style de l’auteur et son évolution entre ces deux romans, me fait un peu penser à une lame de couteau, qui au lieu de s’émousser au fil du temps, s’aiguise et s’affine pour encore mieux pénétrer l’esprit et l’imagination du lecteur. C’est une véritable petite merveille tout simplement.

Merci à Joël et aux éditions Taurnada pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *