Le cabinet noir » Véronique Minet

Editeur : Editions du Pantheon

Livre : ICI

Manu est un jeune chercheur doctorant. Il mène en parallèle un projet plus personnel. Conscient qu’il s’engage sur un terrain délicat, il préfère tenir les membres de l’université en dehors de ses recherches. Mais lorsqu’il vient à faire des découvertes qui le dépassent et malgré ses précautions pour garder son travail secret, d’autres vont vouloir s’en emparer pour des applications bien éloignées de ses ambitions premières… D’une plume aussi fine qu’affirmée, l’auteure nous plonge ainsi dans une intrigue complexe dans le monde des sciences. Qui souhaite détourner ce projet ? Quelles en sont les raisons ? Manu risque-t-il sa vie pour avoir débuté de tels travaux ? Différentes enquêtes évoluent et se mélangent mettant à l’épreuve l’esprit de tous : protagonistes comme lecteurs.

 

⭐⭐⭐⭐

Voici un livre digne d’un grand film. Je ne suis pas spécialement fan des maths et des sciences, mais j’adore lorsque cela se déroule dans un livre ou un film.

Non pas sur la base de l’histoire, mais bien sur le ton et la cadence, ce livre de Véronique Minet m’a fait penser à un film que j’aime beaucoup, il s’agit de Calcul meurtrier avec Sandra Bullock. Nous ne sommes pas dans le même milieu, mais le rythme et tout le reste m’ont fait penser à ce film, je ne sais toujours pas pourquoi, même en fin de lecture, mais c’est pourtant ce que j’ai ressenti. Oui oui ok je suis parfois un peu bizarre, pour ne pas dire que c’est souvent !

Si les premières pages sont un peu lentes, dès que ce passage est passé, nous voilà lancé à une vitesse folle dans une poursuite vers la vérité. Dans l’extrait que je vous propose plus bas, on y fait référence aux puzzles, eh bien ce n’est pas que Marion qui aime les puzzles, c’est l’histoire dans son ensemble qui en est un. Le lecteur, tout comme Marion, se lance à l’assaut d’un ensemble de pièce à remettre chacune à sa place. N’ayant pas toutes les pièces, nous avançons doucement, et croyez bien que l’auteure ne nous ménage pas un seul instant.

Une pièce après l’autre, une réponse après l’autre. Petit pas après petit pas.

Mais le pire, ce n’est pas d’attendre de trouver la place d’une de ces pièces, mais bien d’avoir l’impression de ne pas avancer, qu’une pièce pourrait se placer à plusieurs endroits. De plus, une question en amenant une autre, on en vient à se demander si nous ne nous sommes pas lancer dans une affaire impossible à résoudre, si nous allons finir par avoir toutes les pièces de ce fameux puzzle.

Mon conseil pour ce livre serait de le lire à tête reposée, sans enfants qui vous tournent autour, car si vous perdez le fil ne serait-ce que quelques minutes, vous allez vous sentir perdu assez rapidement. Je vous le dit parce que cela m’est arrivé, suite à cela j’ai préféré attendre que mes enfants soient au lit pour poursuivre. Dès que je me suis replongée dans ma lecture, au calme, plus moyen de lâcher mon livre avant la fin, et au final c’est un régal que de résoudre ce puzzle immense.

Merci à Jean-François et aux éditions du Pantheon pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *